Bloguer peut coûter la vie


Au Vietnam, un blogueur risque la peine de mort, pour "subversion". En France, les blogueuses et blogueurs (dont votre serviteur) s’inquiètent, s’indignent, protestent contre les menaces sécuritaires du moment. Ils ont raison. Mais ailleurs, l’expression d’une liberté d’opinion peut coûter cher. En Egypte, le blogueur Kareem Amer reste emprisonné, après le rejet, le 22 décembre dernier, de son dernier pourvoi en Cassation. Il a été condamné en 2006 à 4 ans de prison pour "insulte au Président et à l’islam".

Et nos démarches me semblent alors si dérisoires. Simples blogueurs occidentaux cachés au chaud dans nos foyers, à bloguer par connexion triple play, iPhone ou clé 3G. Nous n’expérimentons pas le danger.

Les critiques du pouvoir contre les secousses d’internet semblent tout aussi dérisoires, voire grotesques et dangereuses. Entendre Frédéric Lefebvre ou Nadine Morano s’énerver contre les "ravages" du Net a quelque chose de cocasse. Qu’ils aillent au Vietnam, en Egypte ou en Thailande. Là-bas au moins, ils pourront envoyer les blogueurs trop critiques en prison.

"Le parquet vietnamien aurait retenu de nouvelles charges contre l’avocat défenseur des droits de l’homme Le Cong Dinh, selon le journal vietnamien Thanh Nien. Initialement accusé de "propagande contre l’Etat", il est désormais poursuivi pour "subversion" de l’Etat et risque la peine de mort, tout comme le blogueur et militant démocrate Nguyen Tien Trung. Ce dernier avait été arrêté le 7 juillet dernier, tandis que l’avocat avait été arrêté le 13 juin. Tous deux seraient accusés de liens avec le Parti démocratique du Vietnam, interdit par les autorités, de rédaction de documents de propagande contre le régime, et d’incitation à la subversion sur Internet. La date de leur procès n’a pas encore été annoncée, mais il pourrait se tenir en début d’année prochaine.

Reporters sans frontières dénonce les accusations retenues contre Le Cong Dinh et Nguyen Tien Trung pour nourrir l’existence d’une véritable conspiration internationale contre le gouvernement d’Hanoï alors que ces deux hommes n’ont fait qu’exprimer leurs opinions. "Nous demandons leur libération immédiate et inconditionnelle" a déclaré l’organisation.

Signez la pétition pour la libération de Nguyen Tien Trung, militant des droits de l’homme qui a effectué ses études en France : http://freetrung.tk"

About these ads

3 réflexions sur “Bloguer peut coûter la vie

  1. En fait, sous une forme ou sous une autre, tous les pays ont plus ou moins un problème avec Internet, et sa liberté de ton. La réaction ne se produit pas avec la même force selon ces pays, et surtout avec la même discrétion.

    Le Vietnam a choisi de porter l’affaire en procès à mort, sur la place publique en somme. C’est à la fois terrible, révoltant, et en même temps plus honnête en quelque sorte que dans d’autres pays dont les États-Unis ou la France : il s’agira là de pressions sournoises, de simples procès en diffamation par exemple, mais la finalité est la même. Il ne fait pas bon dire tout haut ce que beaucoup de gens pensent tout bas.

    Bien entendu, Reporters sans frontières sera bien moins prompt à dénoncer ces manœuvres-là, que celles qui existent en Chine, au Vietnam, en Russie…. tous pays moins inféodés aux États-Unis et à la CIA.

    Blogueurs de tous les pays, il faut dénoncer PARTOUT les politiques visant à émasculer Internet et à l’asservir au Nouvel Ordre Mondial.

  2. Tout est mis en exergue pour faire peur mais il faut faire savoir à tous les pouvoirs que nous n’avons pas peur….

Les commentaires sont fermés.