IMG00109-20111123-1953

Des clics et des claques, exercice médiatique


Lise: "on se retrouve vers 19h45, 19h50."

Evidemment, je suis arrivé à 19h30 "sur zone". J’étais invité de la seule longue émission radio pédago sur le Web. Le fond du sujet, le motif de l’invitation était les bisbilles à gauche: la peur a-t-elle changé de camp ? Je voulais juste expliquer  (1) que le fond des désaccords avait peu d’importance, (2) que l’ampleur prise par ces bisbilles était préoccupant, (3) que la gauche, Hollande/Joly/Mélenchon et les autres ne devaient pas oublier de tacler Sarkozy jusqu’au bout.

Dans le studio, il faut chaud (pour moi) ou froid (pour Lise Pressac). Il y a des caméras partout.Une hotesse me demande qui je suis. "Juan, je suis invité à l’émission DCDC". Elle: "Ah d’accord. Je les préviens". Elle appelle. Nicolas, l’homme de la revue du Web, vient me chercher à l’accueil. Il prévient au passage un jeune homme chargé de nous filmer que je ne souhaite pas être filmé.

Vraiment pas. Le Web conserve tout.

En arrivant au studio, je croise Mry. Sur internet, je me suis clashé avec Mry. Mais là, il me sourit chaleureusement. Sans haine ni rancune. Sur le moment, je ne le remet pas. Je suis confus.

Dans le studio, 10 minutes avant l’antenne, Lise Pressac, Guy Birenbaum et David Abiker sont installés. David Abiker porte un pull rouge quasi-révolutionnaire. Il se permet quelques propos off que je ne dévoilerai pas. Lise Pressac a des yeux d’un clair que je n’avais pas remarqué sur son site perso.

On attend l’antenne. Jack Lang arrive, il repart discuter en coulisses avant le début de l’émission. Lise va s’inquiéter pour moi des gens en coulisses. Un studio radio a une régie derrière une vitre sans teint. J’étais inquiet d’éventuelles photos. Laurent Guimier débarque quelques secondes avant le top départ.

Dans le fil de l’émission, je commets un grosse bourde en expliquant que, bien qu’écologiste,  je soutiens Hollande depuis le début, "enfin, … depuis le second tour des primaires." Je voulais citer Ségolène Royal, la seule qui le matin même avait encore compris qu’il fallait tacler Sarkozy plutôt que se disputer entre nous. Cette dame nous manque.

Le reste est écoutable sur le site d’Europe1. Sur Twitter, un éminent blogueur me traite de merde. Sur le coup et après coup, ça m’amuse. Lui, ça a dû l’emmerder. Je lis ça après coup. Le garçon n’a rien compris, pas grave. On lui expliquera. J’avais commis le sacrilège de critiquer les éditocrates qu’on nous impose à la radio/TV.

A la fin, 20h30 bientôt, Laurent Guimier me demande quel conseil j’aurais à donner à François Hollande via Jack Lang interposé. Il est très simple: "Il faut être plus mordant contre Nicolas Sarkozy". Il faut tacler le bilan, sans compromission.

Il faut partir. Je m’éclipse comme un voleur. Lise m’explique qu’il va y avoir une photo en plan large.

J’appelle à la maison pour prévenir que j’arrive. Mon fils: "C’est drôle, ils t’appelaient Juan".

Oui. C’est drôle.

About these ads

7 réflexions sur “Des clics et des claques, exercice médiatique”

  1. Être inquiet d’éventuelles photos,oui je le comprend le Web n’oublie rien mais comme dit Léo Ferré ,on oublie pas les voix qui disent tous bas ….on écoutera demain !

  2. C’est marrant les points de vue.

    "Je me suis clashé avec Mry" ou "J’ai fait un article contre Mry comme d’autres" ?…

    Content que tu sois venu en tout cas.

  3. je ne suis plus auditeur d’Europe, je t’ai donc loupé , dommage
    mais te lire quotidiennement fait toujours mon bonheur et je n’y manquerai pour rien au monde

  4. Je n’ai pas écouté l’émission : le créneau horaire n’est pas facile familialement parlant ;-)

    Mais j’aime beaucoup votre "retour d’expérience", vraiment beaucoup ! Il me parle.

    Je ne viens pas assez souvent vous voir…

    Bonne journée !

  5. "Rouane" vous parlez bien….et votre choix d’anonymat est courageux à une époque du culte de la personne….les idées avant tout!

Les commentaires sont fermés.