Désespoir radiophonique, ou pas.


Un billet bouclé quelques minutes avant minuit ou quelques minutes avant 6 heures. C’est selon.

A 6h52, la jonction nuit/jour se fait avec Guy Birenbaum sur Europe1. A 7h, interlude familial. Dans le journal de 7h, Jean-François Achilli a toujours son commentaire sur l’Elysée. Tu peux le rater, il le publie ensuite sur son blog.

A 7h16, Dominique Seux des Echos livre sa chronique libérale. Jean-Marc Sylvestre, il y a 20 ans et quelques minutes plus tard agaçait déjà les gauchistes en herbe que nous étions.

A 7h406, ne pas oublier de s’énerver/s’exciter contre l’interstice perso de Patrick Cohen. L’animateur de la tranche livre une information brève.

A 7h45, Thomas Legrand livre sa chronique. Noter une idée. S’il y en a .

A 7h48,Pascale Clark maltraite gentiment son invité. Elle s’essaye toujours à paraître intervieweuse politico-sociale.

Jean-Michel m’"apatique" avec son invité sur RTL. Parfois, l’invité(e) a du mal. 8h00 et il faut zapper. Rapidement. Chopper les titres de France Inter, France Info, Europe ou RTL. RMC peut-être. A 7h15, Guetta (France Inter) et Adler (Europe1) nous endorment sur leurs considérations géopolitiques brillantes (ou pas). Il faut zapper sur France Inter car Raphaelle Duchemin, en général, travaille déjà son invité. Quelques dizaines de secondes plus tard, Jean-Pierre Elkabach enchaîne avec le sien. Cette année, il est plus offensif. Il a même posé quelques questions sur Karachi à Claude Guéant.

7h20 ou presque et Patrick Cohen entame sa propre interview politique sur France Inter. Il est 8h30, la séquence politico-éditorialiste se termine sur les radios. Un peu avant 9h, deux cinquantenaires de la presse magazine font semblant de s’écharper sur France Info.

Il faut bosser, c’est fini.

Peace of Mind.

About these ads

6 réflexions sur “Désespoir radiophonique, ou pas.”

  1. Il faut vraiment être désespéré pour enchaîner de telles écoutes surtout pour entendre à peu près la même chose. Et pour le pauvre banlieusard qui est dans le train, il y a aussi le journal, le livre, électronique parfois accompagné de la douce musique de son baladeur numérique haché par les bips des portes du métro/train et les crissements des rails.

  2. J’ai aussi découvert le club de la Presse de radio classique à 8h40. Pas mal.
    Plus animé que la petite pastille de 8h55 de FRance info.

  3. J’aime beaucoup ! Dommage que je ne trouve pas le temps de venir plus souvent ;-)
    Bonne journée de " l’entre-radio " !

    1. Bernard ! ça me fait plaisir, ce commentaire ! Oui, France Cul, aussi. Mais il faut le temps de la culture et de la pédagogie. Difficile quand on travaille dans l’urgence de la riposte. Je me trompe peut-être…

Les commentaires sont fermés.