Ces journalistes qui se font rincer


Une polémique agite le landernau journalistique. Un DG de Marie-Claire a été surpris les doigts dans le pot de confiture: il a trop insisté pour se faire inviter dans un restaurant que son magazine devait mettre à l’honneur. Et le restaurateur ne voulait pas céder.

Son insistance a viré à l’insulte, la menace et la pression. C’était scandaleux, triste, désolant. Le DG de Marie-Claire fit l’objet de réactions outragées, et c’était heureux.

Mais comme l’a écrit un autre journaliste, Renaud Revel, de l’Express, la pratique de ces cadeaux « imposés » est si répandue qu’il fallait être lucide. Si lynchage il devait y avoir, il devrait être plus général.

Combien de cadeaux, de voyages, de réceptions, de complaisances ?

« Je me souviens avoir été mis un jour en contact avec un attaché de presse travaillant pour quelques personnalités du monde du cinéma et de la chanson. Ce garçon au solide carnet d’adresse négocie pour sa clientèle des nuitées d’hôtel gratuites au soleil, en échange de quelques photos sur place. Or l’intéressé m’avait expliqué que, moyennant quelques lignes dans les colonnes de l’Express, j’avais mon transat assuré sur une plage de «Saint-Barth» !

Combien de journalistes de renom et de patrons de presse ont ainsi profité du régime de Ben Ali, en Tunisie, invités des années durant aux frais du prince avec épouses et enfants, avant d’aller dénoncer le dit régime sur les plateaux de télés, une fois la révolution passée! Suivez mon regard. On pourrait en raconter à l’infini… »

Je me souviens d’une journaliste, rencontrée dans un cadre professionnel il y a longtemps. Elle voulait déjeuner. Elle refusa de se faire inviter, même si le repas n’avait rien d’exceptionnel. C’était pou elle une question d’éthique professionnelle.

Je la remercie tous les jours de ce geste symbolique qui m’a conforté dans l’idée qu’il y avait encore  des journalistes qui avaient les réflexes qu’il fallait.

26 réflexions sur “ Ces journalistes qui se font rincer ”

  1. Et oui, y en a qui ne vendent pas que leur pucelage et qui trouvent çà naturel. Bien vu Juan. Et après çà on s’étonnera que ces coutisans enrubanés se prosternent devant des enflures politicardes et des dictateurs (c’est même à çà qu’on les reconnait, suivez le vol du vautour et vous trouverez la charogne). Cà serait bien qu’on ait la liste, juste pour rire… ARAMIS.

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/les-docks-en-folie-1858422

    1. Très bon article sur une revenante qui n’en finit pas d’essayer vainement de revenir, et qui est devenue un vrai boulet pour le PS.

      1. Vous êtes si prévisible, M. Arié ;) Il suffit de dire du bien ou de défendre Ségolène Royal pour que vous sortiez de votre grotte. J’ai une vision bien différente de qui sont les boulets du PS, mais de là à dire que cet article est bon, alors qu’il n’apporte rien et ne fait que cautionner votre vision haineuse de la question, là, vous me semblez avoir perdu toute lucidité.

          1. Des militants du PS qui sont partis lassés des croches-pattes du même parti contre Ségolène, j’en connais beaucoup, ils sont presque tous allés chez Mélenchon. Nombre de sympathisants aussi. Les autres sont restés parce que comme Juan, ils avaient une peur panique de voir Sarkozy gagner. Quant aux 4 ou 5 interviewés triés sur le volet par le Figaro, cela me fait sourire.

            Moi, je crois à l’expérience, aux actes, pas au blabla. Et il suffit de voir tout ce que Ségolène Royal a réalisé en quelques années seulement dans sa région, qui tient la route, qui a donné du travail au peuple, développé des entreprises, aidé les jeunes à acquérir un métier et à l’exercer, etc… tout ceci sans augmenter les impôts, il est bien clair qu’elle a réalisé plus en ces quelques années que tous les présidents réunis depuis 50 ans. Cela M. Arié, ce sont des faits, pas des rumeurs dont tout le monde se gausse, pour suivre les moutons qui croient qu’il n’y a pas de fumée sans feu.

            Des erreurs de communication, elle en a faites, c’est sûr, et j’étais la première à les relever, mais qui n’en fait pas dans de telles circonstances et pression hostile continue de son propre parti ? Expliquez-nous un peu, pourquoi vous cautionnez son absence alors que la plupart de ses idées géniales ont été reprises par les autres, même l’opposition parfois ? Sans pour autant les appliquer d’ailleurs, juste pour être élu. Non, Monsieur Arié, les actes ne trompent pas. Pas plus que votre rancune tenace et destructrice, autant pour vous que pour la France.

            Sa plus grosse erreur sans doute, était de vouloir rester dans ce parti hypocrite plutôt que de fonder le sien au bon moment, c’est à dire juste après les élections de 2007. Elle n’a pas voulu quitter sa « famille ». Les femmes, celle-ci en particulier, sont dévouées de nature, c’est leur faiblesse, et cette faiblesse a été largement utilisée par Hollande pour soutenir son élection.

            Il serait un juste retour des choses qu’elle occupe un poste qui lui permette de faire avancer la France dans le bon sens, même si je doute qu’on la laisse faire. Elle aurait eu tout intérêt et les français aussi, de ne pas dépendre d’un parti qui n’était pas le sien.

            1. Ségolène Royal est trop intelligente et politique pour avoir commis l’erreur grossière de fonder son propre parti en 2007: elle sait que tous ceux qui ont tenté l’aventure, et dont certains étaient bien plus populaires qu’elle (Mendès puis Rocard en allant au PSU, Chevènement avec son MRC, Mélenchon avec le PdG) ont toujours échoué, et n’ont eu le choix qu’entre la marginalisation ou la réintégration du PS; il n’y a que deux grosses machines à gagner les élections en France, le PS et l’ UMP; les autres peuvent espérer grapiller quelques places de députés ou de ministres par le jeu des alliances (comme EELV ou les radicaux de gauche), mais n’ont aucune chance de gagner la présidentielle.

              1. Je comprends bien votre argument M. Arié, mais pour moi, ce n’est pas parce que quelque chose n’a jamais fonctionné que cela ne pourrait pas être le cas dans le futur. Je pense qu’à ce moment là, c’était le bon moment, elle avait ses millions de suiveurs et ceux-ci l’auraient suivi, déçus du reste. En politique, comme dans le reste de la vie, il faut savoir reconnaître lorsque l’on est au bon endroit au bon moment et agir en conséquence, ne pas fuir les opportunités qui se présentent. Car bien souvent, cinq minutes plus tard, c’est déjà trop tard.

                L’intelligence, c’est de suivre le courant qui nous porte vers la mer, pas de nager à contresens. Ceci était de la raison, pas de l’intelligence, cette raison issue du mental, qui sabote bien souvent par ses peurs, le courant de la vie. C’est comme une artère qui se boucherait parce qu’elle aurait peur que le sang parvienne au coeur.

                1. Mais non: Désirs d’Avenir n’a jamais compté plus de 6 000 adhérents à sa plus grande époque, et pas bien longtemps (moins qu’ EELV; alors que l’UMP et le PS, c’était dans les 200 000 chacun) ; la majorité des gens qui ont voté pour Royal (comme moi) l’ont fait uniquement parce que c’était la candidate du PS au 1er tour, la candidate de la gauche au 2 ème.

                  La popularité de Mendès était sans commune mesure avec celle de Royal, et il était même populaire à droite.

                  1. M’enffin M. Arié, si Gaston Lagaffe vous lit, il va se retourner dans sa tombe… vous ne pouvez pas limiter les adeptes de la vision politique de Ségolène Royal aux membres de Désir d’avenir ! Ce dernier est un lieu de travail, d’idées, de débats, pas représentatif de tous ceux qui adhèrent par ailleurs à son remarquable sens pratique et visionnaire, de sa détermination et sa capacité à mettre en actes cette vision. Et si la plupart de ceux-là se sont dirigés vers Mélenchon, c’est logique, il était le plus près de cette vision et avait en outre un remarquable projet écologique. Bien plus près d’elle que ne le sera jamais le PS, hélas.

  2. Il paraît que les grandes maisons d’édition usent beaucoup de ces pratiques avec les critiques littéraires pour les livres dont elles veulent assurer la promotion (chacun sait qu’on ne peut bien se concentrer sur la lecture d’un livre que sur le sable d’une plage des Seychelles: essayez, vous verrez).

  3. La corruption est un sport de plus en plus pratiqué et pas seulement dans les «républiques bananières» C’est de bon ton, surtout lorsqu’on est célèbre, en vue et souvent riche, de se faire offrir de « menus plaisirs » et parfois même, comme un dû !
    Le système qui soutient l’appât du gain, l’individualisme, l’égoïsme comme des vertus cardinales ne peut qu’encourager de telles attitudes peu scrupuleuses…
    Honneur aux professionnel-les qui ont encore un peu d’éthique et de conscience

  4. Saluons le très grand écrivain Julien Gracq qui a refusé le prix Goncourt, sorti un pamphlet violent contre le monde de l’édition et ses mœurs (« La littérature à l’estomac »), et est toujours resté fidèle à son tout petit éditeur José Corti.

  5. jememeledetout,

    je trouve que vous faites trés bien de citer cet article
    de « Sylvain Corage » n’importe quoi de puant , sans aucune vérité ni analyse juste pour faire
    beaucoup de tord à Royal et peut-être y réussir

    Car voilà bien ce qui me parait incroyablement nocif plus que « les repas gratuit »
    (une mauvaise pente il est vrai) ces prises de positions dans maints médias automatiques
    sans justification et orchestrées.

    Car que va-t-il resrer de l »article sinon le titre sans aucune vérité (L’intervention de Ségolène
    fut pour le moins percutante et plut^tot applaudie) et les phrsases baveuses du monsieur
    Courage ?

    Et pourtant presque tous les commentaires sont trés lucides et trés sévère à juste titre
    à l’egard de ce article e-t eux n’auront certainement pas la moindre inflluence ou
    si petite.

    je cite le dernier commentaire lu qui me parait trés exact
     »
    ça, du journalisme? Plutôt du gaspillage. De temps , et d’argent si ce monsieur est payé pour lâcher ce genre d’étrons.
     »

    Elie Arié
    vous qui venez toujours taper sur Royal avec jamais le moindre argument
    juste pour votre plaisir de la Salir avez vous vu ou écouté lau moins
    la vidéo du discours de Royal ?

    Tout sauf un discours fantôme, trés précis, trés percutant sur les orientations
    et mesures précises que l’on attend du Socialisme et dont on s’inquiète
    qu’elles restent « en attente ».
    (et Plutôt bien accueilli dans la salle, une spécialité de cette « opposition »
    genre « Courage » à Royal étant de racontet un isolement et une désapprobation
    fictive alors qu’au contraire elle suscite toujours grand intérêt et trés
    souvent grand enthousiasme, à ‘étranger notamment, où elle intervient)

    Ce PS, soit disant renouvellé, ferait peut-être bien de se demander
    pourquoi depuis quelques années il a perdu presque la moitié
    de ses adhérents et pourquoi ce sont toujours au plus haut niveau
    les mêmes « crocodiles » certains et non des moindre n’ayant
    aucune idée de ce signifie « honnêteté ipolitique ». jusqu’aux manoeuvre
    les plus grossièrement délinquantes.

    De toute façon je ne dois pas être le seul
    (je pense que ce serait une grave erreur de se fier au 7 % pour
    être présidente photo sur un jour de primaire « pour être président »)
    mon crédit (bien difficile à à exister) pour Hollande ne passe que par Royal.

    1. Bon, on ne va pas faire un débat sur Royal; tout le monde dit la même chose, au PS, lorsqu’il n’est pas au pouvoir (Hollande: « Je n’aime pas les riches » « Mon ennemi, c’est la finance », etc.) et Royal n’est pas au pouvoir; si elle l’était, elle ferait comme elle a toujours fait: OUI à l’ Acte Unique Européen (libre circulation des capitaux en Europe), au traité de Maastricht (monnaie unique), aux traités de Nice et d’ Amsterdam (libéralisation totale de la circulation des marchandises), au protocole de Barcelone (âge de la retraite porté progressivement à 65 ans dans toute l’ UE), au TCE, à la ratification parlementaire du traité de Lisbonne (ex-TCE rejeté par référendum); Royal et Hollande sont deux deloristes, tout le reste n’est que postures et com.

      1. Je pense surtout que Ségolène Royal aurait été beaucoup plus active
        et volontariste que Hollande à aller vers une « rénovation financière » et à motiver pour les petites
        et moyennes entreprise (en insistant sur l’écologique)
        et
        qu’Hollande ayant été complaisant envers le « Financier » et les grandes entreprise
        (malgré ses déclarations – comme d’habitude opportunistes – de matamore) pour en être
        propulsé et être élu, en est enchainé et maintenant nous condamme à l’obeissance et
        à l’inertie craintive.

      2. Elie Arié , je ne suis pas toujours d’accord avec vous mais là , pour le coup , vous résumez très bien ma pensée . Ceci dit, j’ai un peu de mal à réduire LE politique à des postures , des styles personnels sans m’intéresser plutôt à ce que cela cache idéologiquement . C’est à dire ce qui meut profondément au delà des apparences . Merci de votre contribution que je trouve réaliste .

  6. Les USA ne sont pas toujours un modèle, mais qqfois nous devrions nous en inspirer, surtout ces journalistes qui nous gonflent en permanence de bashing et autres fast checkings…. aux USA un journaliste pris le doigt dans le pot de confiture est viré… la sanction est aussi rapide que le parjure, pas de peine de prison ni d’amende à la clé…ouf, mais on est viré.
    Si qq’un m’invite à déjeuner, à diner, en vacances, m’offre un transat sur un plage de Gustavia (St Barth) il est bien évident que je serais plus aimable, plus indulgent avec cette personne… mais en fait cette personne est un corrupteur
    et je suis corrompu. Et nous le savons tous un journaliste est un individu comme un autre, sensible à la flatterie, les

    poilitiques eux, par contre ne font jamais rien gratuitement… un journaliste acheté est corrompu il n’est plus libre, il ne peut plus exercer son métier.

    Mais en France les journalistes, les politiques pataugent en permanence dans la corruption, le conflit d’intérêt et aussi les abus de biens sociaux.

    La France est en haut du classement dans celui de la corruption

  7. Tant de « faux pas » sont possibles et tolérés dans les hautes sphères…..les gens honnêtes finissent par passer pour des idiots…..
    Je ne sais pas comment ils s’arrangent avec leur conscience…mais peut-être n’en ont ils pas ?
    Alors il ne faut pas s’étonner que certains raillent « la fraternité » de S Royal…..moi ce mot me plaît et je continue d’espèrer.

  8. Sur le sujet de l’article, j’en connaissais une qui était connue pour « se » récompenser elle-même à posteriori !
    Quelques jours après avoir pondu un papier sur ma dernière collection (certes élogieux) dans un canard réputé, elle était revenue à mon showroom, et s’était servie sans y avoir été invitée : « Tiens, c’est beau ça ! »… Et hop dans la poche… « Oooh que ça me plait ! »… Et hop dans l’autre poche…
    Pour ne pas créer de scandale sur place, je lui avais fait adresser la facture… Elle a fini par renvoyer la marchandise !!! Non mais alors.
    L’histoire dit que j’ai eu l’occasion de la rencontrer à nouveau… Mais c’est curieux… Pourquoi m’a-t-elle regardé avec froideur la Dame !? C’est pas poli tout de même.

    ***

Les commentaires sont fermés.