« On n’est pas amis »


L’échange fut symbolique, mais la politique est faite de symboles, de dialogues crus ou violents qui marquent les esprits et forgent un rapport de force.

Nicolas Sarkozy visitait Pau. François Bayrou l’accueillait à l’aéroport, protocole républicain oblige «Je suis venu à l’aéroport car je suis très attaché au respect des principes républicains.». Quand le Président lui propose de l’accompagner pour le reste de sa visite, l’échange fut vif et brutal.

Sarkozy: «Les principes républicains c’est bien, mais il y a aussi l’amitié.»

Bayrou : «J’ai pu vérifier que l’amitié prenait des formes diverses.»

François Bayrou a refusé l’offre de Nicolas Sarkozy. A l’heure à Jack Lang joue à la Belle aux Bois Dormants qui attend le baiser du Prince Sarko Pas trop Charmant, cette résistance est louable.

Merci François.

On lui pardonnera quelques dérives locales ici ou là (je ne compte pas la liste François Goulard UMP/Modem, Goulard étant l’un des rares « Justes » de l’UMP).

Publicités

5 réflexions sur « « On n’est pas amis » »

  1. @Nicolas : non, j’essaye de faire le tri. Je suis habituellement très rancunier.
    @Lancelot : dans tes rêves o:)

  2. Bayrou a bien fait. Il faut laisser Sarkozy à ses manoeuvres. Lui serrer la main et ensuite compter ses doigts et vérifier qu’on a toujours son portefeuille.
    Travailler avec Sarkozy et ses sbires, c’est forcément se renier, parce qu’il faut absolument appliquer leurs idées. Plusieurs sont déjà en train d’en faire les frais.
    Pour Bayrou, sa stratégie ne le mènera peut-être nulle part, mais il conserve l’honneur, ce qui n’est pas rien.

  3. Eric a raison. Sans approuver Bayrou à chaque instant, il faut lui reconnaître cette tenue.

Les commentaires sont fermés.