Tuer ou être tué

C’est une maxime de vie. Une morale qui est dure, qui n’empêche pas la compassion et le partage. Mais une conduite qui peut conduire à la violence.

Je n’ai pas compris la clémence de Ségolène Royal en 2006-2007 contre ses opposants, fussent-ils de l’intérieur.

Tuer ou être tué, c’est aussi une maxime professionnelle.

C’est sans doute une maxime de droite.

Publicités

Merci pour mes enfants

L’écologie est finalement un combat de tous les jours. Malgré ses belles promesses, la majorité présidentielle est divisée sur la protection anti-OGM. Sarkozy avait annoncé de belles intentions. Un Grenelle de l’Environnement plus tard, une grève de la faim de José Bové et une loi, et voici l’UMP tuant dans l’oeuf une belle ambition: protéger les cultures non-OGM contre la dissémination OGM des champs voisins.

Lundi 7 avril, l’opposition de gauche à l’Assemblée Nationale a gagné un combat, pas la guerre. Elle a obtenu la suppression d’une disposition du projet de loi sur les OGM, qui limitait la liberté d’expression des membres d’un futur Haut Conseil des biotechnologies.

Merci pour enfants. Encore un effort.

J’ai rencontré David Abiker

C’était un matin, vers neuf heures, juste avant d’aller bosser. Il m’avait donné rendez vous aux Ondes, en face de la Maison de la Radio. David Abiker est éclectique. Il tient une rubrique très bien faite sur le Web, chaque matin à trois reprises, sur France Info. Premières news vers 7h20, je les rate systématiquement. Puis une rubrique plus complète vers 8h48. En enfin, « les infonautes », vers 9h20. Trop tard pour moi, je bosse.

Je l’avais contacté quelques semaines avant. Il m’avait cité dans sa rubrique.

Ce matin-là, il était chic mais cool. Curieux mais distant. En fait, tranquille. « Et vous travaillez où ? »

« Je ne peux pas vous dire ».

On a échangé quelques instants sur la jalousie de Sarkozy, le contrat de Cécilia, le poids de l’image, sources d’information et anonymat. David Abiker tient un blog personnel, et vient de publier des chroniques.

Un pape pas catholique

« Le jugement éthique de l’Eglise sur le divorce et l’avortement est clair et bien connu : il s’agit de fautes graves (…) qui violent la dignité de la personne humaine, impliquent une profonde injustice dans les rapports humains et sociaux et offensent Dieu lui-même, garant du pacte conjugal et auteur de la vie« , a dit le pape. Benoît XVI s’exprimait devant des participants à un congrès catholique sur le mariage et la famille reçus en audience au Vatican.

Ben voyons.

Excommunie moi, Benoît.

Vas-y. Lâche-toi.

Mais lâche-moi.

Ne t’occupe pas de mes enfants.

OGM: mes enfants ne vous ont rien demandé

Depuis 10 ans – et les premiers jours de ma fille, je fais attention à la composition alimentaire de nos aliments familiaux. Impossible d’être 100%, ce serait trop cher. Mais même les petits pots pour bébé sont pollués d’OGM.

Je crois au progrès, nous sommes tous vaccinés à la maison, je remercie les chercheurs pour leurs trouvailles. Mais les OGM sont autre chose que du « progrès scientifique »

Les OGM sont des organismes mis au point par des multinationales du pesticide pour gagner plus d’argent. Grâce aux OGM, ces multinationales ont inventé l’un des pires commerces humains : elles ont breveté le vivant et créer une dépendance.

Laissez mes enfants tranquilles. Ils ne vous ont rien demandé. Cela fait déjà 10 ans que ma fille mange « OGM« , malgré toute la vigilance de ses parents.

J’ai rencontré Olivier Marchal

Un peu par hasard, dans une de ses manifestations médiatiques, il discutait avec une connaissance professionnelle. Je me présente : « j’adore ce que vous faîtes ». Plus tard, plusieurs mois plus tard, je le croise dans la rue. Il se souvient. Surprenant. Du tac au tac, « alors, votre prochain film, c’est pour bientôt ? » « il est fini. » me répond-t-il.

J’ai vu MR73. Une claque. Des larmes. Il y a 30 ans, ce film aurait subi le sort de l’inspecteur Harry. La presse intello, tendance Nouvelle Vague, l’aurait sabré sur l’autel du politiquement incorrect « Film reac, blablabla« .
Les critiques furent plus modestes. Olivier Marchal est un flic que la réalité a psychologiquement brisée. Ses films (Gangster, 36 puis MR73) sont bruts d’émotion.