Mon 6 mai 2007.


Mes 2 enfants pleurent, ma femme console; je rassure; il est 20H et quelques minutes; 53% des Français ont choisi Nicolas Sarkozy comme Président. Si ce dernier applique son programme, la France sera dans un état de ruine et de confrontation civile comme elle n’en a pas connu depuis 60 ans. Le cas contraire, il aura menti. Quelque soit l’option, nous serons perdants.

Cette mention accompagne mon blog depuis son premier jour. Une soirée à regarder les informations. Puis j’allume mon mac. Je tape « créer un blog » sur Google. Je tombe sur Blogger. Je ne sais plus comment m’est venu le titre de Sarkofrance.

Le premier jour, lundi 7 mai, je poste 7 billets: des faits, des images, des brèves. Le tout premier billet de Sarkofrance est une profession de foi plutôt maladroite: « les mensonges du Président »

Bonjour

Je voudrais par cette lettre rappeler quelques unes des promesses du nouveau Président.

Pour que ceux qui ont voté pour lui s’en souviennent, sans démagogie;

Pour que ceux qui ont voté contre lui conservent espoir :

– le plein emploi dans 5 ans,
– la surveillance des comportements violents des enfants dès l’âge de 3 ans, par le biais d’un carnet de suivi,
– la reconduite à la frontière des immigrés ne maîtrisant pas la langue française,
– la non-interdiction des OGM
– la reconnaissance du rôle positif de la colonisation
– la création d’un bouclier fiscal limitant à 50% des revenus (salaire et patrimoine) le taux d’imposition maximal
– la non imposition à l’IS et aux charges sociales des heures supplémentaires au-delà des 35H hebdomadaires
– le scrutin proportionnel partiel au Sénat
– la baisse de 4 points des prélèvements obligatoires, soit 68 Mds € par an.
– le maintien de 90% du salaire « aussi longtemps que nécessaire » par tout licencié économique qui suit une « formation qualifiante »
– la suppression des indemnités chômage pour tout chômeur « refusant deux emplois sans justification »
– la création d’un « contrat de travail unique plus souple pour les entreprises »
– l’équilibre financier des retraites grâce à la suppression des régimes spéciaux ,
– l’obligation aux élèves de se lever en classe quand le professeur entre en classe
– la suppression de la carte scolaire
– la suppression des droits de donation et de succession
– la création de peines planchers pour les multi-récidivistes, et ce, dès l’âge de 16 ans
– la création d’un Ministère de l’Identité Nationale et de l’Immigration
– le déplafonnement des heures supplémentaires dans les services de santé

Ces promesses sont tirées de son programme et de ses meetings de campagne depuis septembre 2006.

Pour ma part, je n’oublierai rien

C’était il y a un an. C’était il y a une éternité. Rien n’a changé, tout continue

Publicités

3 réflexions sur « Mon 6 mai 2007. »

  1. Je me souviens de ce billet! Pas si maladroit, même pas du tout.

    Le 6 mai 2007, on n’aurait jamais pu imaginer où nous en serions le 6 mai 2008, et pourtant retrospectivement le cheminement de notre président héroïque semble parfaitement logique.

    L’Histoire est toujours comme ça, mais c’est étrange de le vivre.

Les commentaires sont fermés.