Les 10 conseils du blogueur politique

1. Lis l’actualité tous les jours

2. Anticipe l’actualité

3. Lis tes adversaires

4. Réponds aux commentaires

5. Trouve des confrères

6. Respecte tes confrères

7. Cherche des sources d’informations diversifiées

8. Un fait est une information. Le relater est une prise de position.

9. De temps à autre, laisse exprimer ton émotion.

10. La plupart du temps, maîtrise tes émotions.

Publicités

Qu’écriviez vous le 7 mai 2007 ?

Le 7 mai au matin, Luc Mandret, futur Modemiste, éditorialise sa déception.

« Allez, je reprends le clavier. Bien que plus mes textes soient longs moins on les lise. Je vais donc essayer de faire court. Nicolas Sarkozy a gagné. Ou bien Ségolène Royal a perdu. Le résultat est le même : on va se retrouver avec 5 ans de droite (sauf évènement). Après 5 ans de droite. Après 12 ans de Jacques Chirac comme président de la République. Et l’on devrait se réjouir ? Moi pas. Je vois Ségolène Royal tous sourires devant les caméras de télévision. Je ne vais pas être aussi violent que Dominique Stauss-Kahn : il ne souhaite qu’être calife à la place du calife soit le candidat du Parti Socialiste en 2012. Mais comment interpréter la joie qui se lisait sur le visage de Ségolène Royal ? Et le bain de foule ? Pour remercier « ses » militants ? Ils n’ont pas réussi à convaincre suffisamment d’électeurs ! Pour rendre hommage à « ses » collaborateurs et conseillers ? Ils ont mené le PS vers la défaite.

Pourtant, la France sort de cinq années de droite dure. Et le candidat sortant de convaincre qu’il incarne la rupture. Certains diront que Ségolène Royal a rassemblé quantitativement plus de voix qu’en 1995. Super ! Mais Lionel Jospin faisait un score relatif plus important. On ne se bat pas pour participer, mais pour gagner. On ne devrait pas se réjouir du verre à moitié plein. On doit condamner le verre pas rempli à plus de sa moitié. »

Et de conclure sur une touche vigilante très centriste: « Peut-être irais-je construire l’aile extrême-gauche du futur Mouvement Démocrate, avec François Bayrou. »

Bon courage.

Qu’écriviez vous le 6 mai ?

Nicolas Jegoun n’écrivait rien le 6 mai. Il n’avait pas internet. Sur le coup, je ne m’en suis pas rendu compte. Je ne le connaissais pas. Depuis, j’ai rattrapé mon retard.

Nicolas J s’explique:

« Certains ont pensé que j’avais disparu. Non, c’est internet qui a disparu chez moi, comme je l’explique là. Ca tombe mal : un week-end d’élections.

Qu’aurais-je pu dire ?

Que je suis déçu ? Non, même pas : c’était largement prévisible même si on continuait à militer dans les blogs et les bistros ! »

Qu’écriviez vous le 6 mai ? (6)

Le 6 mai dans la nuit, Cabinet de Subversion était gazé par les CRS.

J’ai pleuré rue de Solférino, puis me suis fait gazer Place de la Bastille par les CRS SS. C’est sympa le Sarkoland.
Et vive les infirmières lybiennes !

Le lendemain, Trublyonne préfèrait la chanson.

« Les mots me manquent aujourd’hui.

Ou ils se bousculent tellement fort dans ma tête que je ne sais lesquels écrire.

Alors je préfère vous offrir ceux-là. Une femme et un homme debout parmi tant d’autres. Chapeau bas.

Il y avait quelque chose dans l’air hier soir, indéfinissable, comme après une bataille… ou comme avant, va savoir.

Qu’écriviez vous le 6 mai ? (5)

Eric Mainville publie un billet à première vue très étrange: « Sarkozy ou la rencontre d’un homme, d’un peuple et d’une époque. »

L’élection de Nicolas Sarkozy signifie deux choses, selon moi:

1) Approuver le libéralisme

Les Français ont fait le choix du libéralisme. Plus de libéralisme. C’est une nouveauté. (…)

2) Identité nationale

Le débat sur l’identité nationale a été le « grand moment »de l’élection (mieux vaut en rire). Il a marqué le point de bascule à partir duquel Sarkozy a créé la différence avec Ségolène Royal et François Bayrou.

Il critique le rôle des médias, le culte du chef comme caractéristique essentielle du Sarkozysme, et les travers du marketing politique. Eric maîtrise sa rage. Comme toujours.

Qu’écriviez vous le 6 mai ? (4)

Dagrouik est un vétéran. Il a bossé dans la Netscouade de Ségolène Royal. Le 7 mai au matin, quand je lis ce billet, je ne le sais pas encore.

 » On a constaté que les gens de plus de 50 ans votent majoritairement pour Sarkozy. il faut donc les remercier pour leur contribution :

  • Merci de nous demander de travailler plus pour gagner plus… et pour pour payer vos retraites, alors que vous avez bénéficié depuis 1968 d’une baisse régulière du temps de travail.
  • Merci de nous demander de travailler plus longtemps alors que statistiquement plus de 60% des plus de 57 ans sont à la retraite

(…)

Merci à Dagrouik, pour sa persévérance. Mon premier contact blogosphérique.