« Dis papa, pourquoi on voit les seins de la dame ? »

C’était une question de fille de 10 ans devant je ne sais plus quelle photo dénudée devant un kiosque à journaux. Le Bondy Blog se penche aussi sur le sujet.

Les lecteurs qui attendront de ce billet une critique prude voire traditionaliste de ce genre d’exhibition seront déçus. Les lectrices qui attendront une critique féministe de cet abaissement de la femme seront également déçues.

J’ai une conception assez souple de la pudeur collective. Le tchador porté ostensiblement me choque tout autant.

« Elle montre ses seins parce que les hommes aiment cela. Ce qui est dommage c’est que les hommes sont rarement nus pour le plaisir des femmes (ou des hommes). » ai-je répondu à ma fille.

Publicités

J’écoute Radio Courtoisie

Radio Courtoisie est une radio d’extrême droite. L’écouter est fascinant. On sent ses intervenants jongler avec la loi avec délice. Vendredi 27 juin au soir, ils parlaient de la gay pride du lendemain. Un intervenant s’exclamait contre le prosélytisme homosexuel puis, dans la phrase d’après, se réjouissait que Nadine Morano attaque la pédophilie sur Internet.

Rapprocher l’homosexualité de la pédophilie à deux phrases d’intervalles, voici la saloperie ultime de Radio Courtoisie. La même émission célébrait le détestable Vanneste.

Il faut connaître son ennemi.

L’écouter pour mieux le combattre.

République des Blogs

Le deuxième anniversaire de la République des Blogs fut très couru, malgré un match Allemagne-Turquie de l’Euro 2008. J’y ai retrouvé avec plaisir Dagrouik et Eric Mainville, MIP, puis Martin P et un administrateur de Betapolitique (Raphaël Anglade n’était pas là). Luc Mandret n’était pas loin. Comme d’habitude, on s’est croisé. Corinne Lepage (qui ?) et le militant Abandinte étaient là également.

Il manquait évidemment la plupart de confrères vigilants.

J’ai appris qu’Eric n’avait pas de téléviseur (ben alors ?), que la charmante MIP était l’étoile montante de la Gauche pour un collègue Vert (« vert de rage » ?), que Luc Mandret était interviewé par France Culture (la star); que Delanoë était droit selon Martin P; que Dagrouik avait piégé Julien Tolédano.

Je partage le constat d’Eric sur la convivialité de ces réunions de blogueurs. Il y a de la posture, mais aussi (et surtout) de l’envie de débattre. Le blogueur anonyme est handicapé par son anonymat pour jouer à plein de la convivialité.

J’ai pourtant éprouvé le besoin de revoir physiquement certains confrères blogueurs.

En vrai.

Sarkozy m’espionne, appel aux blogueurs.

Depuis que j’ai appris comment tracer les sources de visites grâce à Google Analytics (que les experts blogueurs pardonnent mon jargon d’amateur), je vérifie régulièrement si la « Présidence de la République » vient visiter Sarkofrance.

Sur les 30 derniers jours, les visites sont plus espacées, mais régulières. La surveillance des blogs politiques a « agité » la blogosphère il y a plusieurs mois. Depuis, plus rien.

Je lance donc un appel aux blogueurs: comment pister, traquer, suivre les visites de la Présidence, des agences de communication, des ministères sur nos sites respectifs.

Allez ! Un peu de parano…

Traité de Lisbonne : auriez-vous voté oui ?

Un récent sondage révèle que 53% des Français auraient refusé le Traité de Lisbonne si un référendum avait eu lieu en France.

Autant le dire tout de suite, je crois que j’aurai voté oui. Je vous invite à lire le traité pour juger. Qu’il soit compliqué, c’est évident. Ce traité n’a de simplifié que le nom. Il est même impossible de voter OUI ou NON à un tel Traité. L’idée même d’un référendum sur un tel document est une question qui dépasse l’entendement.  Poser une question binaire (Oui ou Non) sur un document de plus de 250 pages, truffé de références au Traité originel est une stupidité. Il eut fallu simplifier l’enjeu.

1. Le préambule du Traité sur l’Union Européenne aurait fait référence « aux droits inviolables et inaliénables de la personne humaine, ainsi que la liberté, la démocratie, l’égalité et l’État de droit« . Qui est contre ?

2. Aurais-je rechigné aux référence au marché intérieur , à l’union économique et monétaire et autres suspicions libérales ? NON.

L’Union établit un marché intérieur. Elle œuvre pour le développement durable de l’Europe fondé sur une croissance économique équilibrée et sur la stabilité des prix, une économie sociale de marché hautement compétitive, qui tend au plein emploi et au progrès social, et un niveau élevé de protection et d’amélioration de la qualité de l’environnement. Elle promeut le progrès scientifique et technique.
Elle combat l’exclusion sociale et les discriminations, et promeut la justice et la protection sociales, l’égalité entre les femmes et les hommes, la solidarité entre les générations et la protection des droits de l’enfant.
Elle promeut la cohésion économique, sociale et territoriale, et la solidarité entre les États membres. Elle respecte la richesse de sa diversité culturelle et linguistique, et veille à la sauvegarde et au développement du patrimoine culturel européen.

3. J’aurais été gêné par certaines dispositions relatives à l’immigration, notamment celle page 63 qui laisse Hortefeux tranquille: « Le présent article n’affecte pas le droit des États membres de fixer les volumes d’entrée des ressortissants de pays tiers, en provenance de pays tiers, sur leur territoire dans le but d’y rechercher un emploi salarié ou non salarié.  »

Globalement, je pense que j’aurai voté OUI

Mes proches sont précaires

Sans entrer dans le détail de ma vie professionnelle qui n’intéresse que les Renseignements Généraux et moi-même, je n’ai jamais autant bossé, mais mes amis n’ont jamais été aussi précaires.

Un copain, de 5 ans mon aîné, cherche son job d’après depuis un an. Sa boîte a fermé. Micro-PME dans le grand monde de la culture. Famille à charge, mais le garçon est solide, méthodique.

Un copain, de 10 mois mon aîné, travailleur social, vient de se faire virer en période d’essai. Un centre en province, une famille déplacée. Il faut repartir. « Reviens à Paris » lui ai-je conseillé. Le secteur social n’a de social que la mission

Un collègue, journaliste intermittent, voit son contrat se terminer. « Un contrat de saison. » Il cherche son employeur de septembre.

Un copain, « entrepreneur » depuis 8 ans, dans le disque. Il lutte contre les grosses méchantes majors. Comment (sur)vivre ? Faut-il finalement vendre ? « Oui » lui conseillais-je.

Un copain, endetté par le lancement d’un nouveau commerce, se demande depuis 5 mois comment réduire son trou de trésorerie de 30 000 euros à la banque du coin. Petit commerce de proximité, frappé de plein fouet par la morosité ambiante, un petit Sarko au pouvoir qui nous généralise les soldes (du surmesure pour la grande distribution), un troisième choc pétrolier

Trois exemples, trois proximités, trois précarités sans doute ponctuelles (tous rebondiront).

Plusbtard, je serai libraire. Au moins, le livre est à prix unique.

« On t’a pas prévenu ? La loi de Modernisation de l’Economie vient de changer tout cela. Au bout d’un an, les livres peuvent être soldés. »

Merde. On ne m’avait pas prévenu que l’autre con allait jusqu’à dérouter mes petits plans personnels.

Nous sommes tous un précaire en puissance.