Le jour où la police se pointera chez moi…

… Mes enfants seront prévenus.

J’ai été frappé par le récit de l’interpellation musclée d’un journaliste de Libération. Vittorio de Filippis, journaliste économique et ancien directeur de la publication du quotidien, a été arrêté vendredi 28 novembre à 6h40 du main, à son domicile, devant ses enfants de 14 et 10 ans. Le motif ? Il fait l’objet d’une plainte pour diffamation du patron de Free.

Les plaintes pour diffamation se multiplient ces derniers mois, et elles débouchent plus facilement qu’avant sur des condamnations.

sarkofrance-ton-logo

Mes enfants seront prévenus le jour où cela arrivera. Ils caricaturent déjà l’emprise de la répression. Les discours alarmistes, les expulsions, les surveillances en tous genres, la médiatisation de la violence, cet ensemble les frappe sans conteste. A peine âgés de 7 et 10 ans, ils parlent parfois de la police comme d’une armée d’occupation. A moi de les convaincre que la police fait parfois son boulot et que les responsables sont ailleurs. Plus haut, plus fort.

Publicités

23 ans d’attente ?

J’avoue. Je ne cherche qu’à détruire. Le président-monarque est l’objet politique le plus fascinant de ces dernières années. Malgré mes chroniques quotidiennes depuis 82 semaines, je n’arrive pas à prononcer cette simple phrase sans penser que je suis tomber dans un mauvais cauchemar: « Sarkozy est président. »

Quand j’avais 11 ans, Mitterrand a été élu. Je me souviens de mes parents qui me disaient qu’ils attendaient cette alternance depuis 23 ans. J’ai récemment réalisé que le même sort pouvait m’attendre. Cela m’a donné un supplément de courage pour les mois à venir.

Banzaï.

République des Blogs: les masques tombent

Je suis allé à la République des Blogs qui s’est tenue mercredi 26 novembre à Paris. Ce n’est qu’un sentiment personnel,: j’ai ressenti plusieurs ruptures.

Je n’avais jamais autant discuté avec des journalistes, du moins dans ce genre de réunion : Jacques ROSSELIN (« mais qu’est-ce que c’est que ces blogueurs anonymes qui se montrent ? » 🙂 ou « On sait où tu bosses. »), Philippe COHEN, Maud ETIENNE et l’un de leurs collègues qui me pardonnera d’avoir oublié son nom (tous également curieux de rompre nos anonymats pour mieux connaître leurs sources). Il a fallu rappeler que Google est l’ennemi du blogueur au chômage, les rassurer de notre soutien, entendre leurs critiques (« 5 Blogs ? C’est trop… Et puis, un blog au JDD, c’est pas bien ça. »

La charmante Bénédicte CHARLES (Marianne2), au tutoiement spontané, interrogative et motivée. Il me fallait comploter un peu, et remercier un site efficace qui me publie.  J’ai manqué Sylvain LAPOIX (argh !)

J’ai été surpris par les propos chaleureux de blogueuses modémistes. Non pas que je doute de leur sympathie, mais Quitterie Delmas (« enchantée » – « moi de même« )  a revendiqué une vraie lucidité vis-à-vis de Bayrou; MIP était chaleureuse vis-à-vis de Royal ; Hypos était reconnaissante à Sarkofrance d’être sorti de l’actualité socialo-déprimante de ces derniers jours. Hervé faisait encore quelques photos (argh !).

J’ai été heureux de retrouver quelques Left-blogueurs après une expérience rémoise parfois rinçante: Dagrouik, toujours aussi précis et combattif; Abadinte qui gérait la « victoire » d’Aubry (« elle ne sera pas candidate en 2012« ); Eric Mainville, qui m’a livré l’explication de sa photo à casquette (désormais retirée de la page d’accueil de son blog).

J’ai été ravi de féliciter deux blogueurs pour leur victoire judiciaire contre une méchante mairie, Christophe et Abadinte. Un soulagement par procuration.

J’ai été satisfait des aveux d’Authueil, qui publie ses billets comme autant de « pièges à gauchisses« .

J’ai regretté de n’avoir davantage discuté avec certains, tels Jules , CiceronPingouin, Gonzague, ou Mathieu; d’avoir manqué Cratyle, ou Sylvain.

Je suis rentré soulagé et inquiet.

Soulagé de cet activisme blogosphérique qui perdure.

Mais inquiet car paranoïaque.

Elections prudhommales : votez !

L’abstention y est record. Pourtant, ceux d’entre nous qui sont salariés savent combien les Prud’hommes peuvent être importants. D’ici le 3 décembre, vous pouvez voter, par correspondance (comme moi), par internet (comme Olive à Paris), ou physiquement (comme d’autres).

Le conseil de prud’hommes est un tribunal spécialisé, chargé de faire respecter les textes légaux et conventionnels relatifs au droit du travail. Il dispose d’une compétence exclusive et règle notamment les litiges individuels liés au contrat de travail ou d’apprentissage entre employeurs et salariés. Le conseil de prud’hommes est également compétent pour statuer sur un litige opposant deux salariés. Dans le cadre de cette mission, les conseillers prud’homaux sont chargés de la conciliation des parties et, à défaut, du jugement des affaires.

Pour être traité par le conseil de prud’hommes, le litige doit concerner un problème individuel, comme l’application d’une convention collective à un salarié. Les litiges collectifs, telle l’annulation d’un plan de sauvegarde de l’emploi, relèvent du tribunal de grande instance.

Le conseil de prud’hommes est une institution originale, car il est à la fois une juridiction paritaire et élective. Le conseil intervient à la demande du salarié ou de l’employeur et s’efforce de concilier les parties. Il ne juge que si la conciliation, en principe obligatoire sauf exception légale, a échoué.

Les fonctionnaires, salariés d’Etat ou des collectivités locales doivent, eux, s’adresser au tribunal administratif.

(source)

Dépéchez-vous.

Soyez citoyen jusqu’au bout.

Je voudrais habiter Neuilly ou Versailles

L’appartement est trop petit, les « ptites racailles » grandissent. Et l’aînée devrait entrer au collège l’an prochain. Dans le 18ème arrondissement, les collèges n’ont pas bonne réputation. Et les lycées frisent le cauchemar.

Si Ségolène Royal avait été élue, la carte scolaire aurait été assouplie aux arrondissements voisins (9ème, 17ème, 19ème).

Si Laurent Fabius avait été élu, les pauvres seraient restés scotchés dans leurs collèges et lycées de rattachement. J’habite dans une ZEP, une Zone d’Education Prioritaire. On n’en sort pas, de l’école maternelle au collège.

Comme Sarkozy a été élu, on n’a plus du tout de carte scolaire. Je peux inscrire ma fille où je veux. Donc je remplis ma liste de préférence. 10 établissements à proposer. In fine, je sais que je vais me retrouver … au même endroit. Dans les beaux quartiers, les collèges et lycées retiennent les élèves du coin. Point barre.

J’aimerai habiter Neuilly ou Versailles. J’irais chercher le pain avec un tee-shirt Che Guevarra, ma poupée vaudou de Sarko sous le bras. Le look Racaille des bobos qui se la pètent…

Ma fille serait dans un bon lycée.

Je croiserai Nicolas et Carla le week-end quand ils se reposent à la Lanterne.

Aubry élue… tout reste à faire

Martine Aubry a donc été confirmée Première Secrétaire du Parti Socialiste, mardi soir vers 20h. Surpris ?

1. La rénovation avec Aubry ?

Il n’y a ni amitié ni amour dans la vie; il n’y que des preuves d’amitiés et des preuves d’amour. Martine Aubry a revendiqué, sur le tard, et en cachant les caciques de son Parti dans les coulisses, un souci sans doute sincère de rénovation. Elle sera jugée sur les actes. La rénovation, pour un simple sympathisant, c’est un ensemble : la refonte de la gouvernance du parti, l’ouverture à des têtes nouvelles, la disparition des mammouths et autres éléphants (Fabius, Camabdelis, Emmanuelli, etc – voulez-vous vraiment la liste ?), la publication d’idées nouvelles qui existent dans ce parti. C’est par exemple la capacité à organiser des Assises de l’Opposition, ouvertes à tous, y compris au Centre, à l’Extrême gauche ou aux Ecolos, sans crier au loup par posture. La rénovation, c’est enfin cesser de mépriser ses alliés (cf. Delanoë à Paris).

2. La rénovation avec Royal.

La première preuve de rénovation de Martine sera très facilement mesurable : tiendra-t-elle compte du rapport de forces au sein du PS né le 21 novembre (50/50) ou du vote du 6 novembre (70/30) vis-à-vis de Ségolène Royal ? Si elle choisit la première option, j’en serais ravi. Bizarrement, je reste prudent.

3. La rénovation avec Besancenot et Bayrou et les écolos

La rénovation suppose d’écouter, de discuter, de constater les désaccords avec Besancenot, Bayrou ou les écolos. Les postures du genre « jamais avec le Modem ! » ou « les gauchistes sont irresponsables ! » sont inutiles. Je suis parfois centriste, parfois gauchiste. J’adore Bayrou quand il tacle les forces de l’argent dans les médias. J’adore Besancenot quand il explique son SMIC européen. Finalement, je reste écolo car la minorité militante permet l’ouverture d’esprit et la radicalité. Le Parti Socialiste est resté sur une posture mitterrandienne vis-à-vis de ses alliés: l’union de la gauche ne l’intéresse que pour l’étouffer. On ne parle qu’accord électoral, jamais idée. On passe davantage de temps à tenter de récupérer la crème des idées de l’allié potentiel qu’à véritablement débattre avec lui des convergences et des divergences.

4. La rénovation sans Aubry

Manuel Valls a  raison de tacler le « déni de justice » que représente la confirmation de l’élection de Martine Aubry au poste de Première Secrétaire du Parti Socialiste (pourrait-elle au moins féminiser son titre ? MEEEERDE !). La scission est un concept journaliste. Un parti n’existe en France que par sa structure politique d’élus (maires, conseillers généraux ou municipaux, députés, sénateurs).

En 1993, Michel Rocard fut élu premier secrétaire. Il fut éjecté quelques mois plus tard, dans la foulée de l’échec des élections européennes de 1994.

Martine, tu as 6 mois.

Ségolène, Vincent, Najat, Manuel et les autres, vous avez 3 ans.