Aubry élue… tout reste à faire


Martine Aubry a donc été confirmée Première Secrétaire du Parti Socialiste, mardi soir vers 20h. Surpris ?

1. La rénovation avec Aubry ?

Il n’y a ni amitié ni amour dans la vie; il n’y que des preuves d’amitiés et des preuves d’amour. Martine Aubry a revendiqué, sur le tard, et en cachant les caciques de son Parti dans les coulisses, un souci sans doute sincère de rénovation. Elle sera jugée sur les actes. La rénovation, pour un simple sympathisant, c’est un ensemble : la refonte de la gouvernance du parti, l’ouverture à des têtes nouvelles, la disparition des mammouths et autres éléphants (Fabius, Camabdelis, Emmanuelli, etc – voulez-vous vraiment la liste ?), la publication d’idées nouvelles qui existent dans ce parti. C’est par exemple la capacité à organiser des Assises de l’Opposition, ouvertes à tous, y compris au Centre, à l’Extrême gauche ou aux Ecolos, sans crier au loup par posture. La rénovation, c’est enfin cesser de mépriser ses alliés (cf. Delanoë à Paris).

2. La rénovation avec Royal.

La première preuve de rénovation de Martine sera très facilement mesurable : tiendra-t-elle compte du rapport de forces au sein du PS né le 21 novembre (50/50) ou du vote du 6 novembre (70/30) vis-à-vis de Ségolène Royal ? Si elle choisit la première option, j’en serais ravi. Bizarrement, je reste prudent.

3. La rénovation avec Besancenot et Bayrou et les écolos

La rénovation suppose d’écouter, de discuter, de constater les désaccords avec Besancenot, Bayrou ou les écolos. Les postures du genre « jamais avec le Modem ! » ou « les gauchistes sont irresponsables ! » sont inutiles. Je suis parfois centriste, parfois gauchiste. J’adore Bayrou quand il tacle les forces de l’argent dans les médias. J’adore Besancenot quand il explique son SMIC européen. Finalement, je reste écolo car la minorité militante permet l’ouverture d’esprit et la radicalité. Le Parti Socialiste est resté sur une posture mitterrandienne vis-à-vis de ses alliés: l’union de la gauche ne l’intéresse que pour l’étouffer. On ne parle qu’accord électoral, jamais idée. On passe davantage de temps à tenter de récupérer la crème des idées de l’allié potentiel qu’à véritablement débattre avec lui des convergences et des divergences.

4. La rénovation sans Aubry

Manuel Valls a  raison de tacler le « déni de justice » que représente la confirmation de l’élection de Martine Aubry au poste de Première Secrétaire du Parti Socialiste (pourrait-elle au moins féminiser son titre ? MEEEERDE !). La scission est un concept journaliste. Un parti n’existe en France que par sa structure politique d’élus (maires, conseillers généraux ou municipaux, députés, sénateurs).

En 1993, Michel Rocard fut élu premier secrétaire. Il fut éjecté quelques mois plus tard, dans la foulée de l’échec des élections européennes de 1994.

Martine, tu as 6 mois.

Ségolène, Vincent, Najat, Manuel et les autres, vous avez 3 ans.

4 réflexions sur « Aubry élue… tout reste à faire »

  1. M Aubry va souffrir… car l’ opposition et la vigilance sera constante. Car Ségolène Royal vient de lancer un appel aux militants qui l’ ont soutenue et qui avaient l’ intention de partir.

    Je pense que par fidélité les militants resteront et travailleront pour 2012 car il y une formidable équipe dynamique composée de militants et non d’ élus et qui ne monteront pas les escaliers pour les élections européennes.

    D’ailleurs, je cherche déjà pour qui je vais voter ?

    Pouvez-vous m’aider ???

  2. @CC : je l’ai chipé à Dagrouik qui m’a envoyé le lien via Twitter hier.
    @Made : 2012 est très ouvert. Ségo sera sans doute candidate. Pas d’inquiétude; Il faut changer ce parti. (facile à dire pour moi qui n’y suis pas … :-))

Les commentaires sont fermés.