Peillon loyal


Vincent Peillon était l’invité de Dimanche+, le 25 janvier sur CANAL+. Il est resté extrêmement loyal vis-à-vis de la direction actuelle du Parti Socialiste. Il a refusé de parler des « guerres picrocolines » au sein du PS, et concentré ces critiques contre Nicolas Sarkozy. Pif ! Paf Pouf !

Sarkozy ne veut pas parler avec son opposition parlementaire, il veut nommer les patrons de l’audiovisuel public. Le « terreau économique » est « excessivement fragile« . « C’est une façon très ancien régime et archaïque de gouverner. »

Quand il doit vraiment répondre à Anne-Sophie Lapix sur la place des Royalistes dans les futures listes pour les élections européennes, il s’élance, sans haine, ni rancoeur : « Il y a eu une faute en décembre (…), c’est de ne pas avoir su rassembler son camp » ou encore « Nous demandons à travailler ensemble. » « Nous ne voulons plus de ces guérillas. »

Vincent Peillon tente de dépasser les rancoeurs passées. Quand on voit le spectacle misérable donné par l’UMP, avec ses scores staliniens, on n’a rien à regretter des débats, fussent-ils fratricides par moment, qui ont divisé le PS.

Merci Vincent.

Publicités

2 réflexions sur « Peillon loyal »

  1. Oui, merci Vincent.

    Malgré tout, je suis super en colère car on peut « ricaner » des scores staliniens de Sarkosy… pendant que le PS se glausse, l’ UMP s’ installe tranquillement dans les quartiers populaires et ailleurs.

    Dans les quartiers, la vie est très difficile et que les municipalités de gauche n’ ont pratiquement rien à offrir, je ne suis pas sûre que les jeunes ne voteront pas sarkosy aux prochaines élections.

    Pour les méthodes utilisées par sarkosy beaucoup étaient préconisées par Ségolène Royal au congrès : un grand parti populaire avec une assise de réseau associatif et interactif par internet.

    Pour le grand parti populaire, actuellement, dans certaines sections la cotisation est de 60 euros pour un revenu de 1000 euros/ 74,50 pour 1000 à 1200 etc…

    Et le plus incroyable : pas de revenu : 30 euros !!!

    Tout baigne.

    L’ avenir est au bout du chemin.

  2. Mouais… J’y vois aussi une bonne part de calcul. parce que bon à ma connaissance les fautes de décembre n’ont toujours pas été réparées, royal toujours pas été associée à quoique ce soit et Peillon fait là un peu cavalier seul.
    ceci dit il est évident qu’il faut faire d’abord passer l’intérêt de la gauche et que les critiques de rebs (même si elles ne sont pas infondées) sont maladroites et plutôt malvenues.

    Mais le coup du “passons sur cela” quand rien n’a été fait du coté des vainqueurs c’est un peu… étrange.

    un peu comme le site l’espoir à gauche qui commence par ignorer Royal et à faire une sorte d’étonnante première place à Peillon.

    j’aime beaucoup Peillon mais j’ai comme le sentiment qu’il se dit qu’il est temps pour lui de prendre son envol et que si ça doit se faire au détriment de royal… ah ! c’est la vie !

Les commentaires sont fermés.