Media illisibles


Depuis des années, j’ai quelques difficultés avec les médias. Rares sont ceux qui conservent leur lisibilité. Et ceux qui l’ont peuvent la confondre avec de la langue de bois.

Le média informe. Mais l’angle de son information est sans doute son seul intérêt. Lire un journal, écouter une radio d’information, regarder une émission de télévision n’a d’intérêt que si le lecteur/auditeur/téléspectateur sait à quoi s’en tenir. Certains journalistes, préoccupés par leur souci de toucher large, s’éparpillent et brouillent les repères. Ce n’est pas de l’objectivité, c’est de la confusion ou du narcissisme (« moi, je suis indépendant »). Ainsi Laurent Joffrin a-t-il traité Ségolène Royal de « Bécassine » un jour de 2007. Il a sans doute perdu nombre de soutiens. Ne pouvait-il pas laisser à d’autres cette expression malheureuse ? Que dire du Point qui peut encenser Rachida Dati en mai 2007 puis la détruire en décembre 2008, sans remarquer que ses derniers arguments étaient déjà valables 20 mois auparavant.

Aux Etats-Unis, j’adore regarder Fox News. Une vraie chaîne de droite, réac. Le positionnement est aisé. On sait à quoi s’attendre.

Publicités

3 réflexions sur « Media illisibles »

  1. Monsieur,
    Illisible ? Non…
    BiBi ne cesse depuis qu’il est sorti des langes de s’arrêter (presque) tous les dimanches sur les Unes du JDD, ce journal du Frère de Qui-Vous-Savez et d’en relever les circonvolutions. Bien entendu, avec les pauvres moyens dont il dispose, BiBi ne fait pas le fier mais il est têtu, il s’obstine avec pour compagnons les livres ( celui de Luc Boltanski sur le Nouvel Esprit du Capitalisme, les repères bourdieusiens, les reflexions de l’équipe du Monde Diplomatique et les poussées d’adrénaline de bloggeurs solitaires). Après-coup, se dégage une lisibilité et des hypothèses sur la Guerre idéologique, ici, maintenant. Le Monde des Médias est tenu par les Amis de Little Nikos et si la Domination symbolique est prégnante, il reste des espaces où le Vent et le Souffle peuvent s’engouffrer. Avec l’aide de journalistes courageux aussi.
    BiBi revisite encore le dernier JDD, le premier de février : il blablate sur le mot d’ordre « ViVe la Crise » qui lui a rappelé celui de Libération de 84. On échaffaude, on cherche, on se trompe parfois, on ne désespère pas de mettre à nu, on rend, on essaye de rendre lisible les lignes à haute tension
    Courage.
    A bibientôt.

  2. Tout-à-fait d’accord avec ce billet. Comment cultiver l’indépendance quand on s’interdit l’indépendance d’esprit ?

  3. Tu veux parler du Monde et de Libé?
    Libé, c’est ça. Difficile à situer ou plutôt facile de situer qu’il ne pense plus grand chose…

Les commentaires sont fermés.