Retour sur stress

Il y a 8 mois, Justice sortait ce clip, réalisé par Romain Gavras. Tollé chez les bonnes consciences. Le clip a été vu 3 ou 4 millions de fois sur le Web. Télérama, Le Monde, Libération, ont rejoint le Figaro pour clamer leur indignation.

« En tentant de jouer la provoc’ au deuxième degré, le réalisateur Romain-Gavras ne sert-il pas la cause qu’il dénonce ? » Télérama, 2 octobre 2008.

« En superposant l’un à l’autre, et malgré tout un attirail de référents surfant sur l’effet 2002 (les barres à mine) inversé de 1968 (le cocktail Molotov en plan final), c’est surtout une absence de point de vue qui demeure. » Libération, 2 mai 2008.

Le MRAP déposa plainte, qu’il retira ensuite, dénonçant « l’immonde production. »

Ils n’ont sans doute rien compris. Loin d’être complaisant avec la violence gratuite qu’il dépeint, Romain Gavras nous réalise une œuvre nihiliste brute de décoffrage, ultra-douée. A chaque vision, le clip trouble. la jeunesse de certaines des « racailles« , l’incompréhension de leurs gestes. Rage et désespoir. Huit mois plus tard, ce clip dénonce toujours la vulgarité courte-termiste aussi bien qu’un discours télévisé de Nicolas Sarkozy.

Luc Besson en a fait une parodie, quelques semaines plus tard. Les racailles sont cette fois-ci en col blanc. L’une d’entre elles ressemble même à Frédéric Lefebvre jeune…

Publicités

Quitterie Delmas les quitte.

Un billet du buzzeur modemiste Lancelot a attiré mon regard. Je rédigeais un billet sur le NPA. Quitterie Delmas quitte le Modem. Un ancien collègue (comment on s’appelle entre Modemistes ? Camarade comme au PC ou au PS ? Copains comme chez les Verts ?) fustigeait son attitude. La traître partirait dans le camp Royal. Bouuh ! Elle aurait des exigences insatisfaites au Modem. Ah bon ? N’est-ce pas le but de l’action politique ? Christophe Ginisty devrait se renseigner : au Parti Socialiste, Ségolène Royal = François Bayrou.

Le Modem est devenue une bouillie. A quand date la dernière annonce politique du modem ? Nos confrères Modemistes sont parfois devenus Left Blogueurs, pour notre plus grand plaisir. Et ce n’est pas fini. D’autres ont exprimé leur déception. Avec force. Christophe Ginisty a peut-être oublié le titre du blog de Quitterie: « des jeunes libres de s’engager. »

Libre, mot important.

Sur le fonds, Quitterie explique simplement ses raisons. Elle déclare avoir « peur de demander à d’autres citoyens de voter » pour elle, «  alors que je sais que je n’avais pas les leviers d’actions nécessaires pour accomplir ma mission. » C’est triste.

L’opposition est une bouillie. Quitterie, encore jeune, parle espoir et jeunesse. J’ai 39 ans. Si je zappe 2012, le prochain vote significatif sera 2017. 47 ans. D’ici là, je souhaite à cette machine politique qui broie les espérances d’exploser en vol. J’y participerai volontiers.

Et s’il faut donner des cartouches à Ségolène, Olivier, Dany ou d’autres, faites-moi signe.

pistolet

Laurent Fabius, soutien de Kouchner

Pourquoi Laurent Fabius, invité de Dimanche+, a-t-il aussi soutenu Bernard Kouchner ? Il est « honnête« , a-t-il expliqué. Il a fallu l’insistance d’Anne-Sophie Lapix, la journaliste, pour que Fabius concède que Kouchner aurait dû prendre quelques précautions.

Triste France. Quand les élites, fussent-elles de gauche, seront-elles intraitables avec les contorsions de la morale ?

Bernard Kouchner nous prend objectivement pour des cons, avec ses dénégations qui volent en éclat chaque jour.

Pourrait-il avoir la franchise d’un Barack Obama, le modèle n’est pas faible, pour avouer un jour: « Yes, I screwed up » ?

Merci.

Confidences Sarkozystes

Il est plus âgé que moi. Il apprécie le Président. Il se vante de le connaître un peu. Après le show télévisuel du 5 février, on échange, brièvement.

Juan : « Ils étaient nuls. »

X: « De quoi parles-tu ? »

Juan: « Des journalistes, face à Sarkozy à la télé jeudi soir. Ils sont restés assez mutiques, à part peut-être Guy Lagache »

X: « Sarkozy a été formidable. Lagache faisait sa minorée, avec sa mèche »

Une journaliste se joint à nous: « Mais il est mignon, Lagache. Je ne devrais pas dire cela, mais les autres étaient effectivement nuls. Ferrari, quelle potiche ! »

X: « Le président était là pour ses messages. »

Juan: « On a vu. »

Défendre les Verts

Sur le coup de la colère, j’ai écrit un billet sur mon abstention possible aux prochaines élections européennes. On apprenait en effet que les Verts avaient élu un représentant proche de Tariq Ramadan, soit-disant proche de cercles traditionnalistes musulmans ,dans leur liste à  Roubaix . Ma réticence personnelle contre les tenants du prosélytisme religieux, musulman ou autre, est très forte. les lecteurs de ce blog l’auront sans doute compris.

Certains confrères se sont permis de dézinguer gentiment un peu plus les Verts, mais sur d’autres sujets: l’écologie serait triste ou réservée aux riches, les Verts ne seraient pas matures, les Verts seraient une Samaritaine où l’on trouve de tout, y compris du pas très recommandable.

Pourtant, l’écologie politique me semble toujours la seule issue politiquement responsable de ce beau pays. La seule à défendre sans souci des positions novatrices sur les libertés publiques, l’égalité des droits (cf le mariage homosexuel), la parité homme-femme (en pratique depuis des années), la démocratie interne (au point d’en devenir une usine à gaz multi-échelons, multi-territoires indescriptibles). L’écologie politique est aussi le seul projet qui dépasse l’enjeu quotidien des inégalités sociales, qui appréhende les rapports Nord-Sud de façon complète et pure.

L’écologie politique fut la première à dénoncer cette nouvelle injustice sociale qu’est la malbouffe; ou à poser la question lucide de la décroissance. Les « industrialistes » de gauche préfèrent encore construire des tours, des centrales nucléaires et défendre l’emploi automobile.  Les Verts sont aussi plus européens que les autres partis nationaux..

La seule équation mal gérée chez les Verts me semble être la laïcité. C’est un vrai problème, mais moins insurmontable que d’avoir à expliquer au Parti Socialiste de revoir son logiciel économique, ou au NPA d’intellectualiser davantage ses révoltes sociales.

Tiens, j’ai oublié de parler du Parti Communiste.

Coup de blues blogosphérique

Que le/la camarade qui n’a jamais éprouvé un coup de blues devant l’immensité de la tâche, l’opposition, se dévoile. Les manifestations du 29 janvier m’ont donné un coup sur la tête. Je n’y étais pas. Les témoignages, écrits ou visuels, figés ou animés, révélaient un calme et une solidarité inédites pour une foule aussi hétéroclite. La manifestation est un exercice de solidité sociale, de communion collective, de convivialité.

Les confidences entre blogueurs m’ont donné le sentiment inverse. Immense solitude partagée. Un sentiment curieux. Franchement heureux de se savoir entouré, et en même temps coupable de ne pouvoir répondre. Les blogueurs, du moins ceux qui évitent le narcissisme systématique, sont seuls et se jettent des perches. L’approfondissement d’une relation butte toujours sur l’anonymat de certain(e)s. On voudrait échanger davantage avec certain(e)s. On se retient. L’estime naît des écrits, des lectures, des commentaires. Chacun jauge l’autre à l’aune de multiples détails. On se fit à son instinct. On se projette, on devine.

Les polémiques entre blogueurs et blogueuses me laissent perplexes. Non pas qu’il faille être d’accord, à chaque fois. Mais elles naissent souvent, entre nous, sur des malentendus. C’est sans doute l’une des limites du bloguing. On ne maîtrise pas les interprétations que d’autres font de nos billets.

Paradoxalement, cette solitude blogosphérique intervient à un croisement. Un classement Wikio m’encourage. La fréquentation quotidienne de Sarkofrance a bondi de 50% depuis quelques semaines. Un ou deux trolls sarkozystes ont enfin trouvé le chemin du blog principal pour pondre leurs insultes.

Allez, on se sert les coudes, et on continue.