Européennes: pour qui voter ?


Le vote est secret, bien sûr. Mais on peut se livrer à quelques questions, alors que Marianne2 prend le relais de Parlorama.eu pour détecter les députés absentéistes. Une démarche nécessaire, mais inutile pour définir son choix: allez ous voter pour un élu assidu mais ignoble ?

Voici donc cinq questions (subjectives) pour y voir plus clair (ou pas).

1. Qu’avez-vous voté au référendum du Traité de Maastricht ? En cas de oui, on vous orientera vers le Parti Socialiste, l’UMp, le Modem, et peut être Europe Ecologie. Pour ma part, c’était non. Pour l’Europe, mais contre l’indépendance d’une politique monétaire.Devrais-je voter NPA, ou Front de Gauche ?

2. Qu’avez-vous voté lors du référendum sur le Traité Constitutionnel en 2005 ? Si vous avez voté non, dirigez vous vers le NPA (encore), le Front de Gauche (encore), et à droite, Libertas ou le FN. Pour ma part, j’ai voté oui. Contre l’absence d’Europe. A gauche, cela me laisse le Parti Socialiste et Europe Ecologie.

3. Etes-vous pro-Sarko ? Si la réponse est négative, on choisit NPA, Front de Gauche, PS, ou Modem. Sans conteste. L’Europe reste un moyen pour s’opposer à de désastreuses politiques nationales.

4. Etes-vous satisfait des lois européennes ? Question difficile. Le Parlement européen n’est pas la Commission. L’origine des multitudes de lois et réglementations venues d’en haut est complexe à analyser. Quand les Etats, ou les hommes politiques, se plaignent des « diktats » de Bruxelles, ils mélangent tout : le Conseil européen, qui regroupe les chefs d’Etat, la Commission, cette stupide administration centrale qui n’est toujours pas élue, et le Parlement qui parvient parfois à édicter des lois.

5. Avec qui voteront nos élus ? Savoir à quel groupe nos élus nationaux adhéreront au Parlement n’est pas inintéressant. Le Modem reste affilié au groupe libéral. Les Verts restent Verts. Les Socialistes sont traditionnels. Les Communistes retrouvent d’anciens staliniens d’Europe de l’Est (Quid du Front de Gauche ?). L’UMP fricotte avec les anciens fascistes italiens.

Publicités

7 réflexions sur « Européennes: pour qui voter ? »

  1. En ce qui concerne NPA et Europe-Écologie, il me semble que la nuance entre les militants et les états-majors sur l’opposition à Sarko est grande : les militants seront en général intraitables, mais les états-majors considéreront leur intérêt dans sa globalité (expression polie).

    Sur les deux premiers critères, il me semble qu’on ne vote pas pour hier, mais pour demain.

    Il y a aussi la solution de « faire une pause avec la démocratie représentative », comme dit Quitterie.

  2. Quelques remarques :

    Des deux partis que tu linkes sur wikipédia, l’un n’existe plus depuis 2 ans (le PDS) et l’autre a apporté son soutien au parti social-démocrate tchèque. Ce qui ne le rend pas très différent du PCF (en dehors de ses scores électoraux bien sûr).

    Le Front de gauche, dont fait partie le PG, a déjà annoncé qu’il siègerait avec les députés de la GUE/NGL.

    Et quand tu dis les socialistes sont « traditionnels », il conviendrait de préciser que le PSE n’est pas sur la même ligne que le PS français. Le PSE ne s’opposera pas à la réélection de Barroso alors que le PS en a fait un argument électoral. En outre, le manifesto du PSE, signé dans sa version originale anglaise, a subi une « traduction » qui l’a quelque peu gauchisée dans la version française.

    Enfin, les députés européens socialistes votent des textes dont ils ne viennent pas se vanter devant leurs électeurs : les derniers en date étant le marché transatlantique avec les EU et le troisième paquet énergie (nouvelle phase dans le démantèlement du service public de l’énergie).

  3. Ton billet montre bien que ces élections vont sans doute ressembler pour beaucoup d’électeurs, à un choix par défaut.

  4. @mancioday: sans doute.
    @hervé torchet : on vote pour demain, mais le parcours d’hier est un guide (parfois)…
    @Etiam Rides : tout à fait d’accord… (sur le pSE)

Les commentaires sont fermés.