Rendez vous avec Nicolas


Je regarde mon agenda. J’ai un rendez-vous dans l’après midi avec un certain Nicolas, vers 17h. Je ne m’habitue pas à ses rdv « électroniques ». Avec le logiciel Outlook de Microsoft, on vous invite à des réunions sans prendre le temps de vous appeler pour vous expliquer de quoi il retourne. Si par malheur vous acceptez, hop ! le rdv se place dans votre agenda.

Ce jour-là, j’avais donc un rendez-vous avec un Nicolas que je ne connaissais pas. « Qui est-ce ? » demandais-je à une collègue. « Je crois qu’il bosse à l’informatique. » Par précaution, je vide mon ordinateur de mon historique de navigation internet, de quelques emails qui trainent. Rien de grave, je ne surfe pas au boulot, autrement que pour le boulot. Mais on ne sait jamais.

A 17H, Nicolas arrive, souriant. Puis, deux délégués syndicaux, souriants également: « on vient t’aider. »

« M’aider à quoi ? ».

« Je viens faire une perquisition informatique. » me répond Nicolas. Les délégués syndicaux sont là comme témoin. « Mais c’est quoi cette procédure ? »

Nicolas branche une clé USB sur mon micro, et en aspire le contenu. Deux collègues à lui arrivent égaklement, et fouillent mes affaires, mes tiroires, mes placards. Les deux syndicalistes papottent. Nicolas a fini son travail, et repart avec son équipe. « On te préviendra de la suite. »

« Quelle suite ? De quoi suis-je soupçonné ? » je m’énerve. Je donne un coup sur mon bureau, la lampe tombe.

Je me réveille en sursaut. J’ai fait tomber ma lampe de chevet. C’est un cauchemard.

Ou une prémonition.

Bonjour chez vous.

Publicités

5 réflexions sur « Rendez vous avec Nicolas »

  1. un jour il faudra que je raconte une anecdote en sens inverse : deux « administrateurs » réseau de FT qui viennent me voir en me demandent comment j’ai réussi à brancher mon mac sur le réseau local et aussi sur Internet alors que normalement les deux étaient « étanches » :o)

    Très drole, très drole.

  2. oui c’est un cauchemard,moi je gochemardise avec des gonzesses et de la ganja ,chacun ses merdes…

Les commentaires sont fermés.