6 conseils pour bloguer anonymement


En réfléchissant un peu, mais pas trop, voici les 6 conseils que je donnerai pour bloguer anonymement et tranquillement.

1. Ne vous montrez pas. Si l’envie vous prend d’aller rencontrer vos semblables, envoyez un proche à la République des Blogs. Tôt ou tard, quelqu’un vous reconnaîtra. Ne vous dévoilez qu’à ceux en qui vous avez confiance.

2. Bloguez depuis plusieurs ordinateurs. J’en utile 5 de manière récurrente.

3. Ne bloguez jamais depuis votre lieu de travail. Si vous êtes salarié, c’est rarement autorisé.

4. Ne communiquez jamais vos coordonnées personnelles (adresse, téléphone, etc). En cas de besoin, utilisez un proche. les leurres sont d’efficaces pare-feux. Donnez le téléphone d’un ami, ou prenez une autre ligne.

5. Enquêtez sur les blogueurs anonymes menaçants. Si vous êtes démasqué par l’un d’entre eux, il faut savoir réagir autrement que par des cris d’orfraie. Faites confiance à la Net-éthique. Les blogueurs anonymes n’aiment pas qu’on les démasque. Il faudrait être crétin pour faire à autrui ce que l’on craint soit-même.

6. Protégez vos arrières. réfléchissez à ce qui vous conduit à bloguer anonymement : la crainte d’une rétorsion professionnelle ? Prévenez votre patron. La peur de perdre un ami ? Préparez-le à la nouvelle. Un ami peut comprendre. Si votre blog n’est que politique, il n’y a aucune raison de sombrer dans la paranoïa.

Publicités

2 réflexions sur « 6 conseils pour bloguer anonymement »

  1. Oui, avec un blog politique, il n’y a pas de raison de tomber dans la parano. Je crois, par ailleurs, qu’il faut se demander s’il faut vraiment être anonyme, vu que la probabilité pour qu’un proche vous identifie est nulle (ce qui faut, pour une majorité de gens, c’est d’échapper à une recherche google : moi, mon nom et adresse sont disponibles sur mon site web, en lien sur mon blog).

    Par ailleurs, dans son dernier billet, Dagrouik exprime une idée géniale : faire un blog « à sa gloire » (photos de familles) pour qu’un passant vous repère en bisounours…

Les commentaires sont fermés.