Valls avec Lefebvre


Sous couvert d’indépendance d’esprit, voici Manuel Valls qui explique qu’il voterait bien la proposition de loi de Christian Estrosi sur les Bandes. Prudemment, il explique qu’il travaille à des contrepropositions avec Delphine Batho, et ajoute: « Si cette loi va dans le bon sens et permet de lutter efficacement contre ce phénomène – sans se faire d’illusion, car on ne règle pas ces problèmes à travers une seule proposition de loi – je voterai en faveur de cette proposition de loi« .

1. Valls est certainement quelqu’un d’intelligent pour comprendre qu’une 17ème loi sur la sécurité, basée sur le concept aussi judiciairement flou que celui « bandes » n’a aucun autre intérêt qu’un affichage électoraliste. Des organisations de magistrats et d’avocats ont largement expliqué que la loi était suffisamment complète pour qu’on s’épargne ce fumeux et funeste concept qui se prête à tous les abus.

2.Valls devrait comprendre qu’il tombe dans le piège de l’UMP en répondant ainsi à un communiqué de Frédéric Lefebvre. Ce dernier exigeait du Parti Socialiste qu’il se prononce sur la proposition de Christian Estrosi. Depuis quand faut-il répondre aux oukazes hypocrites du porte-parole de l’UMP ? La réponse à Lefebvre était simple : balaye devant ta porte ! Explique-nous pourquoi il y a encore des Kalachnikov qui traînent à la Courneuve 7 ans après l’entrée en fonction de Nicolas Sarkozy à l’Intérieur, et pourquoi ton gouvernement veut supprimer 10 000 postes de policiers d’ici 2012… Après, on causera. C’est d’ailleurs la réponse de Delphine Batho le 18 mai dernier.

3. Reste donc la posture d’un socialiste qui se veut « moderne«  en affichant sa préoccupation sécuritaire. Mais Valls est aussi, sans doute, certainement, peut-être assez intelligent pour comprendre qu’il ne sert pas sa cause en signant ici ou là allégeance à Nicolas Sarkozy. En 2012, les Français préfèreront-ils la pâle copie à l’original ?

L’antisarkozysme n’est pas une politique, on le sait. C’est une résistance. Il doit s’accompagner d’autre chose. La lutte contre les précarités (et l’insécurité en est une) est un leit-motiv plus efficace que ce type de « collaboration idéologique » vaseuse.

Publicités

11 réflexions sur « Valls avec Lefebvre »

  1. Manuel Valls agit et réagit comme un « enfant gâté » lors de la campagne pour le congrès de Reims, il a fait des interventions brillantes mais on lui a volé « sa victoire » et depuis il force le trait pour exister. Le congrès de Reims a ruiné tous les espoirs de renouveau.

    Pourtant, je pense qu’il peut être un candidat potentiel à la présidentielle à condition qu’il attende son heure.

  2. « L’antisarkozysme n’est pas une politique, on le sait. C’est une résistance. »

    J’aime ça !

    NB: tout petit pinaillage: au début du texte, c’est « Christian » Estrosi, pas « Christina 😉

  3. Je ne comprends pas trop Vals sur ce coup.
    Ségolène Royal avait déjà compris et cerné ces problèmes plus qu’important pendant la présidentielle de 2007. Elle proposait des solutions justes faisables et concrètes, et elles sont toujours valables.

  4. je rejoins certains commentaires, Valls est excellent dans le combat mais après il se la joue à moi je moi je moi je ne sachant plus vers quelle sirène il doit aller pour tenter d’obtenir un poste, dommage.

Les commentaires sont fermés.