Forçats de l’info, ou du blog


LE MONDE a publié un très intéressant article intitulé « Les forçats de l’Info ». On y retrouve Sylvain Lapoix, de Marianne2, l’un des rares journalistes à s’exprimer à visage découvert. On se doutait bien que les conditions de travail des nouvelles « rédactions » du Web n’étaient pas des plus roses. Ceux qui ont côtoyé de temps à autres des journalistes « traditionnels« , parfois encore jeunes, ont pu constater que la production journalistique Web 2.0 a quelque chose de révolutionnaire: en permanence connectée; ultra-réactive; utilisant les réseaux sociaux comme relais, partage et échange; toujours en ouvrage. Certains sites d’info sont des machines à re-router les dépêches de l’AFP. D’autres rebondissent, buzzent et amplifient.

J’ai l’impression que l’auteur de l’article, Xavier Ternisien, rate cependant une caractéristique, insuffisamment exploitée, du journalisme 2.0: l’angle. La presse traditionnelle a perdu depuis longtemps sa capacité à s’enflammer, à se cliver, à disputer les corps établis. Sur le Web, point de tricherie. Les articles écrits à la va-vite en recopiant des dépêches ou l’article du voisin sautent aux yeux d’un coup de clic. En presse écrite, il faudrait s’acheter moultes journaux et magazines pour repérer ces impostures. Rares sont les lecteurs qui peuvent le faire. Sur le Web, les pages Actualités de Google ou Yahoo vous dévoilent ces jumeaux de l’info, ces arnarques des vieux médias.

Le journalisme 2.0 peut se consacrer à son métier d’origine: angler ses propos. Rares sont les journalistes qui « produisent » de l’info. Ils sont peu nombreux à assister de visu aux évènements. On n’a même plus besoin de suivre Sarkozy en déplacement. Sa Webcam itinérante le filme pour nous. Il faut savoir analyser, comprendre, rapprocher, éclairer une matière brute qui n’a jamais été aussi présente. Certains sites y parviennent allègrement. On a compris que c’était le propos, depuis sa création, de Marianne2. Les pure-players de l’Internet News (Rue89, Mediapart, Bakchich, etc) en font évidemment partie. C’est leur marque de fabrique.

Finalement, le journaliste 2.0 n’est-il pas un blogueur en puissance, le narcissisme en moins ? A moins que cela ne soit l’inverse ?

D’autres font encore illusion. Pour combien de temps ?

Publicités