Européennes : le dilemne de l’électeur de gauche


Cette photo m’a fait tout drôle. Sego et Martine souriantes, tenues assorties, ensemble sur l’estrade d’un meeting socialiste. C’était mercredi soir, à Rezé. Nombre de mes estimés confrères blogueurs appellent à voter socialiste ce 7 juin.Le syndrome du vote utile nous reprend, sauf que cette fois, l’élection se fait au suffrage proportionnel à un tour. L’ami Dagrouik tente plutôt de nous dissuader de » voter inutile ». Le vote NPA tient une bonne place dans son palmarès des votes inutiles. Pourtant, l’envie de tout foutre en l’air par un xième vote protestataire est grande…Qui cassera la baraque ? Sans doute pas eux. La protestation est utile et facile. Elle nous remet en cause sans nous engager.

Dagrouik exclut aussi le Front de Gauche, qui tente de nous faire croire que gauche et droite, c’est la même chose à Strasbourg, ignorant par là même le processus parlementaire européen. Il a raison, mais 36 économistes ont apporté un beau soutien, à de belles propositions portées par le Front de Gauche. Alors ? On fait quoi ?

Voter Modem ? Si j’ai intitulé ce billet « le dilemne de l’électeur de gauche« , c’est bien pour signifier quelque chose. No offense. Je n’arrive pas à « lire » ce parti.

Honnêtement, je ne sais plus. Dagrouik suggère le vote socialiste. Normal, il est socialiste. moi pas. Il rappelle aux ségolistes du PS que certains membres de leur motion sont en position éligibile dans les listes socialistes. Pour un non-socialiste, l’argument ne porte pas. Il y en a d’autres.

Pour ma part, il est très probable, certain, évident que je reste fidèle aux écolos cette fois-ci.  Eva Joly au Parlement, ça aura de la gueule. Dagrouik n’en parle pas. Qui ne dit mot consent… Romain Blachier a ouvert les colonnes de son blog Lyonnitude(s) à un ami Vert, lyonnais également : « Fais moi voter Europe Ecologie« . Ce dernier souligne que le rassemblement écolo est « la seule formation politique résolument européenne à faire campagne sur des thématiques européennes. »

Liste Europe Ecologie, donc.

PS : Cédric Rousseau, qui tient provisoirement le blog de l’ami Luc Mandret, m’a fait peur avec son billet « Jospin is Back ». Pour un peu, je n’hésitais plus.

Publicités

4 réflexions sur « Européennes : le dilemne de l’électeur de gauche »

  1. Je soutiens Ségolène Royal depuis son investiture de 2006 et je la soutiendrais tout le temps qu’elle fera de la politique mais je vote Front de Gauche pour les Européennes

    Point barre,

  2. Après 3 ans de PS, de 2005 à 2008, j’ai rejoint Europe Ecologie en février. Cette campagne, à l’image de la campagne interne du Ps aux côtés de Ségolène Royal, a été enthousiasmante.

    La gauche a perdu la bataille des imaginaires partout dans le monde. Et nous ne pouvons pas nous contenter de vivre ou de survivre pour une majorité de gens dans une société animée par la pulsion de mort.

    Prenez le temps de lire le contrat écologiste.

    -> http://www.europeecologie.fr/files/EE_Programme_BD.pdf

  3. C’est vrai que les Verts font une belle campagne. Leurs listes sont un beau coup marketing attrape tout du libéral à l’alter en passant par les potes de Hulot plus des personnalités comme Joly.

    Mais, j’ai quelques doutes sur le néo-libéralisme durable ou vert…

Les commentaires sont fermés.