Twittergate


Le "Twittergate" qui frappe l’Allemagne est peut être le premier scandale politique des réseaux sociaux. Jusqu’à maintenant, ces derniers inquiétaient par leur caractère intrusif. On flippe à l’idée qu’un DRH regarde notre page Facebook (j’en ai plusieurs, c’est plus drôle). Le plus délicieux est que l’internaute imprudent se créé son propre fichier Edvige. On se fiche, on se blogue, on se dépeint, on se décrit.C’est à se demander si la Loi LOPPSI 2 a encore une utilité. Nous sommes devenus nos propres mouchards, nos propres délateurs.

Le Twittergate allemand est autre chose. Une députée allemande a confié e résultat de l’élection du président de la République fédérale à laquelle elle assistait. Oups ! J’ai merdé ! Sur Twitter, on se lâche, on se confie. On s’imagine que c’est éphémère. Nos phrases sont pourtant fixées, enregistrées, amplifiées, reroutées, googleisées.

Les réseaux sociaux sont des zones dangereuses pour les politiques. Les Twitt neu-neu 2.0 de Laurent Wauquiez font rire. Ceux de Benoit Hamon sont plus dignes. Il faut se maîtriser, se contrôler, se corriger. Tout en veillant à éviter la langue de bois, aussitôt fustigée. L’équilibre est précaire.

Le profil Facebook de Nicolas Sarkozy a récemment fait parler de lui. On y lit des phrases édifiantes de sincérité: "j’actualise mon profil avant le jeudi de l’Ascension avec mes dernières lectures : "Pierre et Jean" de Maupassant et "Le Lièvre de Patagonie" de Claude Lanzmann. Dernièrement, j’ai aussi vu l’inoubliable film "Les Feux de la Rampe" de Charlie Chaplin."

C’est bien mon Nicolas. Ma fille termine "l’Etranger" de Camus, et je te l’envoie ("L’Etranger, pas ma fille).

About these ads

2 réflexions sur “Twittergate

  1. Euh !!! vous m’en apprenez une bien bonne : sarkosi sait lire un"livre", merci de m’en informer je ne savais pas.

Les commentaires sont fermés.