La burqa est une brutalité


Samedi dernier, j’ai croisé en bas de chez moi une fille en Burqa. De loin, j’ai cru à un déguisement. Parvenue à ma hauteur, la personne m’a croisé. Elle était seule à marcher ainsi, dans un rue du 18ème arrondissement de Paris. Elle m’a glacé le sang.  La Burqa m’apparaît comme la négation absolue de la femme en société. Quelle est la prochaine étape ? La roulotte aux vitres fumées ?

Je sais qu’il y aura des « soeurs » pour m’expliquer que je suis un impie, que la burqa comme le voile peut être un choix ou une protection contre le regard et la violence des hommes. Ces arguments ne sont que de tristes constats, l’échec d’une égalité simple, naturelle et mature entre les sexes.

Des députés ont exprimé mardi leur souhait de créer une commission d’enquête parlementaire. Pourquoi pas ? Est-ce parce qu’Obama a lancé le sujet, dans son discours du Caire ? Fadela Amara a eu l’expression juste : la burqa est « l’expression visible et physique des fondamentalistes et des intégristes« . Le sinistre Besson est plus nuancé. Il désapprouve le port du voile mais avance l’argument de la liberté d’expression. Cette réticence est stupide. Ceux-là même qui nous demandent de respecter leurs déguisements nous les imposent quand on va chez eux. Ma femme doit se couvrir les cuisses et les épaules quand nous visitons une église. Elle devra se cacher les cheveux si elle se rend dans certains pays musulmans. Ce n’est pourtant faire injure à personne que d’affirmer que le comportement de chacun doit respecter un minimum les conventions sociales. Même quand ces dernières vont à l’encontre de nos convictions.

Faut-il l’interdire ? On aimerait que les députés pensent à autre chose qu’interdire. Intégrer, par exemple. Expliquer, débattre, convaincre.

Nicolas nous rappelle avec humour un arrêté municipal qui interdisait le port de la soutane. Mais la soutane est réservée à des religieux.

Pas la Burka.

Bénédicte Charles parlait hier d’échec de la laïcité. Quand celle-ci doit se défendre à coup de loi, elle a effectivement perdu le combat.

Publicités

14 réflexions sur « La burqa est une brutalité »

  1. Oui, la laîcité et bien d’autres ont perdu la bataille des idées…

    Le chômage bientôt à 10 % et de quoi parle-t-on ? de la burka

    J’ai un copain qui n’a pas de boulot, il va avoir 40 ans . La semaine dernière un cadre au pôle emploi lui a dit qu’il était « trop vieux ».

    Il est désespéré et je peux vous dire qu’il s’en fout de la burka.

  2. S’il faut interdire la burqa, alors il faut interdire le jean taille basse. En y réfléchissant deux minutes, tu verras que les argumentaires réfutant l’un et l’autre proviennent d’un même point.

    Je ne suis pas sûr qu’on respecte plus les femmes en les exhibant dénudées au regard lubrique des hommes qu’en les masquant complètement pour brider les pulsions sexuelles de deux sociétés masculinisées. Voilà pourquoi Olympe a raison de ne pas avoir d’avis.

    Par contre, la laïcité est un autre sujet.

    1. Merci d’apporter quelques grammes d’idées dans un monde de décébrés.

  3. À l’épreuve de l’idéal
    Depuis que la boîte à dépêches autorise les jugements préventifs et les exécutions numériques, le libre arbitre n’est plus un préalable, mais une excuse.
    Le trop de temps à perdre gagne par abandon de l’adversité et par mimétisme du divertissement.
    Quand les choses reflètent plus les gens qu’elles ne les relatent, les faits divers concèdent aux croyances populistes l’inutilité d’un raisonnement isolé.
    La suite ici
    http://tiny.cc/UguLg

  4. @ made : je ne pense pas que le député-maire communiste de Vénissieux qui a fait cette proposition songeait à faire diversion par rapport au chômage…

    @ nick : sauf que le jean taille basse n’a pas la même charge symbolique que la burqa, sauf que l’on ne force personne à porter le jean taille basse…

    1. et qu’y a t il sous la burka ?
      pourquoi pas un jean taille basse et un string

  5. L’Afghanistan, le Pakistan, l’Iran, sont à la mode aujourd’hui dans l’actualité ! Surtout le Pakistan !

    En 1994, le clan Balladur-Sarkozy signe un contrat de vente de sous-marins Agosta au Pakistan. Le clan Balladur-Sarkozy promet aux dirigeants pakistanais de leur verser des commissions occultes : en échange, les dirigeants pakistanais promettent de reverser au clan Balladur-Sarkozy des rétrocommissions occultes.

    En 1995, patatra ! C’est Chirac qui est élu président de la République, contre le clan Balladur-Sarkozy ! Chirac ordonne en 1996 que la France arrête de verser les commissions occultes aux dirigeants pakistanais. Les dirigeants pakistanais sont furieux : ils attendent patiemment l’élection présidentielle de 2002 pour demander au successeur de Chirac qu’il verse les commissions occultes promises par le clan Balladur-Sarkozy.

    En 2002, patatra ! C’est Chirac qui est ré-élu président de la République ! Les dirigeants pakistanais utilisent alors la manière forte pour essayer d’obtenir le versement des commissions occultes promises par le clan Balladur-Sarkozy. Trois jours après la ré-élection de Chirac, le 8 mai 2002, les dirigeants pakistanais font un attentat à Karachi contre les ingénieurs français : 11 morts.

    1. @nick carraway : Je n’ai pas bien compris pourquoi la loi interdit qu’on se ballade à poil dans les rues, et pourquoi elle devrait s’exonérer de légiférer cette coutume talibane.

  6. @ Nick Carraway

    Votre comparaison est quelque peu déplacé, le port de la burqa va bien au delà d’une simple tenue vestimentaire et faire fi de ce que cela représente c’est vraiment méconnaître le problème, car c’est un vrai problème..

  7. c’est vrai que c’est un fumigène et on a l’habitude…

    il est évident que ces femmes sont manipulées et que la plupart ne s’en rendent pas compte…
    faut il interdire ces tenues? là, c’est plus problématique…
    il est vrai que les femmes qui vont dans certains pays doivent se couvrir les cheveux mais l’interdiction de la burqa chez nous est elle la meilleure manière de libérer ces femmes? je ne crois pas.
    leur montrer que ce n’est pas la tenue « normale » me semble être bien plus efficace à long terme… l’interdiction pourrait avoir l’effet inverse et les communautariser encore davantage (si, c’est sûrement possible).

Les commentaires sont fermés.