J’ai rencontré Stéphane Guillon


Juan : « Euh, bonjour, j’aime beaucoup ce que vous faites. je m’appelle XXXX. »

Guillon: « Merci. »

Juan : « Très bien votre sketch sur Air France. »

Guillon: « Merci. »

Juan: « Il m’a fait penser à votre spectacle, il y a un ou deux ans »

Guillon: « Je vais vous raconter une anecdote : en allant à Genève pour mon spectacle, j’ai pris un vol Air France. Le commandant de bord sort de sa cabine, se dirige vers moi, et se présente: ‘Bonjour, je suis le commandant de bord de ce vol. Votre récent sketch n’a pas été très apprécié à Air France’. Je m’inquiète, mais il ajoute: ‘moi, je l’ai beaucoup aimé.’ Ouf ! »

Peu après ce sketch, Guillon avait expliqué qu’il fallait rire pour supporter l’insupportable. il a sans doute raison.

3 réflexions sur « J’ai rencontré Stéphane Guillon »

  1. J’ai perdu une collègue dans cet accident et c’est plutôt le traitement journalistique de l’évènement qui me mettait profondément mal à l’aise. J’avais l’impression que des intrus entraient sans ménagement et à tout bout de champ dans mon intimité et de me faire voler mon recueillement.
    Et finalement, l’humour me semble moins charognard que le journalisme. La forme adoucit cette impression. Mais aussi surement parce que Guillon est bon et plein de nuances.

Les commentaires sont fermés.