Disputes blogosphériques, unité politique


C’est une chose connue. On se dispute souvent entre blogueurs politiques. Sans doute pas davantage que dans la « vraie » vie, mais tout de même. Les désaccords sont portés sur la place publique, puisqu’ils déclenchent généralement des billets. Les écrits, même numériques, restent.

Je me suis ainsi trouvé des désaccords (plus ou moins forte) sur Hadopi (avec tout le monde), le Modem (avec Luc), mes appels à la tonte des collabos (dédalus), les futures tours parisiennes (avec Dagrouik), la Burqa (avec Nick), Sarko (avec Authueil), le Congrès de Reims (avec la moitié des Left_Blogs).

Ces désaccords peuvent gêner, heurter, froisser. On s’imagine créer des brouilles irréconciliables, perdre la confiance de confrères et consoeurs. Outre que le respect mutuel (réel et certain, s’agissant de relations blogosphériques établies) peut nous garantir de ces travers, le sens de l’unité politique (pour celles et ceux qui sont du même bord) devrait nous réunifier à court ou moyen terme. Qu’importe ces désaccords si tout le monde se retrouve uni le moment venu.

Chaque jour, j’espère, je souhaite, je prie pour que ce soit le cas.

Publicités

12 réflexions sur « Disputes blogosphériques, unité politique »

  1. « je prie pour que ce soit le cas », vite, un bloggeur laïcar pour qu’on rigole!

  2. Tout le monde se retrouvera uni le moment venu. Et d’ailleurs, déjà maintenant, au-delà des engueulades, qui en effet peuvent gêner, heurter, froisser… mais on ne s’engueule (politiquement) jamais qu’avec ceux qui nous sont proches (politiquement).

    A l’occasion de Karachigate, j’ai fait un petit montage pour illustrer mon billet et qui – malgré mon incompétence photoshopienne – résume finalement assez bien ma pensée, celle du petit village gaulois où le poisson pourri à l’occasion vole bas et où le barde se retrouve plus qu’à son tour bâillonné, mais qui sait que l’essentiel est de connaitre son véritable ennemi.

  3. Que tout le monde se retrouve uni pour destituer le Nixon français.

    Que tout le monde se retrouve uni pour que le Watergate français ne soit pas étouffé.

    Karachi : les révélations de l’homme qui a bloqué les commissions.

    La piste des commissions – et rétro-commissions – occultes dans l’affaire de l’attentat de Karachi ne cesse de se préciser. Le consultant en sécurité Frédéric Bauer, ancien policier réputé proche de Jacques Chirac, a déclaré à Mediapart avoir été officiellement missionné «par les plus hautes autorités de l’Etat» pour mettre un terme, en 1996, au versement d’une partie des commissions dues par la France dans le cadre du contrat d’armement avec le Pakistan.

    «C’est un peu comme enlever la nourriture de la cage d’un lion», confie M. Bauer en évoquant l’intermédiaire proche des réseaux balladuriens, Ziad Takieddine, auprès de qui il avait été missionné par les chiraquiens. Le blocage de ces versements, sur fond de guerre Chirac/Balladur, pourrait être le mobile de l’attentat contre la DCN qui fit quatorze morts, le 8 mai 2002.

    http://www.mediapart.fr/journal/france/260609/karachi-les-revelations-de-l-homme-qui-bloque-les-commissions

    Un site entièrement dédié au Watergate français :

    http://karachigate.blogspot.com/

  4. Dedalus

    Tu as conception assez bizarre de la politique, le comportement que tu as eu à l’encontre de Ségolène Royal est indigne, il est un peu facile ensuite d’ appeler ça et le justifier en engueulade. C’est gravé dans nos mémoires
    C’est à cause de gens comme toi que les français ne veulent plus voter pour le PS

  5. David75, encore une fois – puisque tu te répands à ce sujet de blog en blog – donne un exemple qui illustrerait ton propos. sinon il n’apparait que comme ce qu’il est : de la médisance plutôt vulgaire. et du coup, en parlant d’indignité… mais ce serait un bien grand mot pour une si petite chose. et nous devrions nous souvenir que Ségolène nous invite à la fraternité : dans mes bras, mon frère !

  6. nos « querelles » somme toute bien normales (il serait inquiétant que nous soyons toujours d’accord, nous qui écrivons, ou lisons, commentons voire les trois à la fois) nous font grandir, nous montrent que l’on n’a pas forcément la vérité absolue entre nos mains, et c’est cela qui est intéressant.

    Après, c’est bien aussi quand ça ne dégénère en querelle stérile, mais par contre une bonne petite blogowar pour de rire de temps en temps, c’est sympa aussi

  7. Dedalus

    Le mot fraternité t’arrange bien à des moments précis, sauf que quand il s’agit de choisir des personnalités entre cadres du PS tu t’opposes à Royal systématiquement « entre camarades comme on dit » tu n’as jamais fait preuve de retenue tu es toujours en première ligne pour la dézinguer et si demain le cas se représente le naturel revient au galop.
    Tu voudrais comme la nouvelle direction tout effacer d’un trait et faire oublier les coups tordus, les petits meurtres politiques entre amis et dont le PS devrait avoir honte, et bien non ce ne sera pas ainsi, il faut bien te le mettre dans la tête.Tout fini par se retourner un jour contre leurs auteurs
    En outre tu es excellent quand tu fais tes billets et quand il s’agit du combat contre la droite, comme quoi je sais reconnaître tes qualités.

  8. @Volgelsong : ah ben non, la burqa, c’est pas possible… 😉
    @David75 : je suis segoliste, sans doute (sauf contrordre) pour longtemps, grâce aux anti-sego de gauche (sans doute comme dedalus que je connaissais pas au moment de la campagne). Mais je tend la main, car j’espère que nous nous retrouverons le jour où il le faudra.
    @dedalus : j’apprécie ton « dans mes bras mon frère ! » Mais (hé hé hé), il ne faut sous-estimer la rage suscitée par certaines attaques . Non ?
    @Lancelot : ben oui, on est d’accord sur Hadopi. Private joke.
    @superpado: j’ai dû vérifier dans le dico comment on écrit « je prie »… 😉

Les commentaires sont fermés.