Lectures d’été, dilemme de blogueur


L’été, il faut lire. Tout le monde vous le dit. Les magazines, les confrères, les ami(e)s. Il paraît qu’on davantage de temps pour cela. C’est sans doute vrai.

Le blogueur quotidien est une espèce à part. L’été, il ne lit plus, il s’éparpille. pour peu qu’il ait quitté son domicile quelques jours, il cherche à reconstituer ses relais d’infos. Connexion internet, presse nationale, radio, télé. Une perte de temps incroyable. L’installation terminée, il peut reprendre une activité normale.

Et par exemple lire.

Cet été, j’étais parti avec 3 livres. « Tu ne vas pas lire ça ?? » s’est exclamé ma femme. « Ben… je vais essayer. » Répondis-je.

« La Princesse de Clèves« : gros échec, lecture difficile, perdu dans les Ducs, duchesses, comptesses, maîtresses et relations illégitimes. Effet de mode (merci Nicolas). Il faut être calme et concentré. Écriture fluide.


« Cette France-là » : ouvrage collectif, passionnant; des dizaines de témoignages de sans-papiers, des histoires individuelles, des parcours incroyables; mais aussi des dizaines de pages d’analyses froides, méthodiques, factuelles du discours et des actes. Une plongée en abîme. Une remontée d’adrénaline et de honte nationale. Ce n’est que le tome Un. Encore 5 autres à venir. Le dernier sortira après 2012.

« Cette France-là, c’est la France qui prend forme depuis le 6 mai 2007. Dès la campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy s’est engagé à faire de la politique d’immigration et d’identité nationale une clé de voûte de son mandat. Il importe de prendre cet engagement au sérieux, et de se donner les moyens d’en appréhender la réalité en effet : la mission confiée au ministère de l’Immigration rompt-elle véritablement avec l’action des gouvernements antérieurs ? Et si la rupture annoncée est avérée, de quelle nature est-elle ? »

« Révolution Française: le peuple et le roi » : Max Gallo. Un peu pompeux, très vivant; je n’en suis qu’au début. L’histoire racontée. On s’y croirait. Difficile de faire la part des choses, entre la vérité et le récit. Gallo me fait croire que Louis XVI était un malentendu, « the wrong guy at the wrong place ». Je veux bien le croire.

2 réflexions sur « Lectures d’été, dilemme de blogueur »

  1. Alors là, la claque!

    Comment pouvoir lire ce Sarko traître de Max Gallo, après ses insupportables considérations? Voilà un vrai (ré)publicain!

    Sur la même période, on pourra faire son miel du Claude Maceron, Les hommes de la liberté, ou de l’excellent Louis XVI d’Evelyne Lever, chez Fayard…

    Ou même, dans le genre traitre plus intelligent que Gallo, du Sieyès de Jean-Denis Bredin, le voleur légal de millions du Crédit Lyonnais dans l’affaire Bernard Tapie!

Les commentaires sont fermés.