Inutile François Hollande ?


Comprenez moi bien, je n’ai vraiment pas envie de critiquer cette fois-ci le parti socialiste. J’ai été ravi du discours de Martine Aubry, de celui de Ségolène Royal (j’y reviendrai), de ces deux premières journées. La Rochelle relayait avec bonheur le week-end précédent des ateliers de l’Espoir à Gauche. Même les critiques des « exclus« , à la « gauche » du PS, étaient réjouissantes. Mélenchon, sur France Inter, a bien réagi, en proposant une large alliance à la gauche du PS. A La Rochelle, le PS semble même s’être doté d’un réseau social sur internet, la coopole, pour échanger, discuter, fédérer. Le choc de européennes est-il derrière nous ?

J’ai donc été surpris d’entendre François Hollande samedi à l’université de la Rochelle. Vu de Paris, il apparaissait comme la seule voix franchement discordante à cette réunion réussie. Certes, la question des primaires n’est pas totalement clarifiée. Comment pourrait-il en être autrement ? Mais il y a encore quinze jours, cette idée n’était qu’une hypothèse. Aujourd’hui, la totalité, ou presque, des ténors socialistes l’a adoptée.

« Il ne s’agit pas simplement de dire: primaires, primaires, primaires! Il s’agit de choisir rapidement une modalité qui permette à la gauche de se rassembler et de gagner »

François Hollande, donc, a lancé sa critique. Pour celui qui a échoué à convaincre son parti d’adopter une procédure simple de désignation de son candidat présidentiel quand il était Premier Secrétaire, le paradoxe est croustillant. Le voici qu’il donne des conseils d’utilité à ses pairs !

« la question principale à laquelle il faut répondre, c’est: quelle est la procédure qui permet d’avoir un candidat socialiste fort, capable ensuite de rassembler. Cette procédure, c’est l’association de nos électeurs au choix de ce ou cette candidate. Eh bien, n’allons pas chercher d’autres procédures, n’allons pas dire aux autres ce qu’ils ont à faire. La force principale, c’est le PS; le candidat qu’il faut choisir, c’est le candidat socialiste; la méthode, c’est la primaire. Donc une fois qu’on a cette clarté là, il faut avoir un second principe, c’est la rapidité ».

Qu’a donc dit François Hollande ? Que les primaires n’avaient de sens que si elles étaient rapidement adoptées, qu’elles ne devaient pas être ouvertes hors du parti socialiste et qu’il fallait passer à autre chose que ces débats de « procédure ». Les Français attendraient autre chose, selon lui. Hollande a également ruiné l’ouverture modeste dont témoignaient les dirigeants du parti en déclarant que le PS restait le parti principal de l’opposition. Une déclaration qui fera grincer du côté du Front de gauche, du NPA, d’Europe Ecologie comme du Modem.

« on ne va pas occuper quand même l’espace médiatique (…) simplement avec nos questions de procédure. On est là tout simplement pour être utiles aux Français, faire des propositions et que ça change »

Certes, le PS demeure un grand parti. Mais son incapacité à gagner une élection nationale depuis 12 ans et le désolant spectacle de la lutte des égos qu’il a donné au pays depuis mai 2007 devrait inciter Hollande à davantage de modestie. Tendez la main avant de gonfler vos mollets fatigués. S’imaginer encore et toujours comme le centre du monde à gauche est un vieux réflexe méprisant pour les autres (dont votre serviteur fait partie).

Il est difficile de savoir ce que les Français attendent réellement du Parti Socialiste. Les sympathisants de gauche espèrent très certainement qu’il cesse d’afficher les ambitions personnelles de chacun. La décision d’organiser des primaires est sans doute l’une des plus utiles que le PS ait prise depuis des lustres. A ce propos, entendre Pierre Moscovici déclarer sur LCI qu’il serait sans doute candidat aux primaires m’a semblé précipité et sans intérêt. Mosco vaut mieux que cela.

Comme Mosco, Hollande croit sans doute encore à son destin personnel.

J’espère qu’il se présentera aux primaires socialistes.

Ce sera pour moi, si elles sont ouvertes, d’aller voter contre lui.

hollande-mutualite

Publicités

5 réflexions sur « Inutile François Hollande ? »

  1. Vous avez résumé françois hollande dans votre question : INUTILE…mais sans doute encore « nuisible.

    Point barre

  2. Le PS c’est comme une équipe de foot remplie d’individualités, avec un capitaine sur le terrain. Mais une équipe sans entraineur.

  3. Rhooo… Vous êtes sévères avec François Hollande alias « Culbuto » le bien nommé, qui est resté dix ans Premier secrétaire du PS… Dix ans, un exploit, quand on connaît l’atmosphère nauséabonde qui règne à tous les étages de la rue Solferino. Je crois qu’il n’y a que François Mitterrand qui a fait mieux (à vérifier).

    Plus sérieusement, je pense qu’Hollande a raison de minimiser tout le pataquès fait autour du grand barnum des « primaires populaires » dont on ne connaît pas les modalités pratiques. Tout le monde en parle. Actons les principes et on y réfléchira plus tard, comme l’a souligné Martine Aubry dans son discours d’ouverture de l’université d’été de La Rochelle.

    La réaction d’Hollande sur le non-cumul des mandats me paraît également sage, surtout dans le contexte politique actuel. Le non-cumul décidé unilatéralement, sans adaptation du statut de l’élu, est un non sens qui ne fera qu’affaiblir le PS.

    Hollande est, je pense, un fin politique, à défaut d’avoir l’étoffe de présidentiable.

    Ne sous estimons donc pas trop « Culbuto ».

Les commentaires sont fermés.