Sucer ne tue pas

Mrs Clooney avait bien raison. Sa question-réponse était la bonne, à propos de cette facheuse campagne contre le tabac. Sucer tuerait ? L’association Droits des non-fumeurs (DNF, auteur de la campagne, a finalement  décidé d’en suspendre la diffusion . Elle voulait, paraît-il, lutter contre le tabagisme des jeunes.

Sur le coup, je n’avais même pas envie de réagir. Si on devait réagir à tout ce qui nous énerve, on passerait son temps à écrire sur des blogs (Merde, c’est ce que je fais)…

Sur le coup, je me suis demandé quel était le rapport entre fellation et tabac. Y-avait-il une ligue des Prudes cachée derrière tout cela ? La main adulte posée sur la tête de l’ado devait-elle faire référence à de la pédophilie, à de la prostitution, ou au deux ?

Incompréhensible.

Clichés de Guadeloupe

Il faut rentrer. Coups de soleil, Ti Punch ou Planteur, le boulot n’attend pas.

De la nausée en politique

A lire et écouter la presse, écrite ou audiovisuelle, le dégoût m’assaille régulièrement. Et pas toujours là où on le croit. Prenez deux affaires récentes: la polémique « Soumaré » et le déplacement de Sarkozy au Gabon.

Dans la première affaire, l’UMP francilienne a violemment dérapé. Elle s’est procurée (avec quelle complicité ?) divers extraits de casiers juidiciaires au sujet du candidat socialiste Soumaré. Ou du moins le croyait-elle. Elle s’est partiellement trompée de personne. La bourde ! Même le Figaro a reconnu qu’il fallait être sacrément bien informé pour se procurer légalement des extraits de casier judiciaire. Ce type de coups bas est commun en politique. Ce type de bourde est,  l’échelle d’une élection régionale, « historique ». On peut, on doit s’indigner. Mais comment dire ? Je ne m’attendais à rien de mieux. Divers caciques de l’UMP sont coutumiers des pressions occultes, des enquêtes clandestines. Il y a 50 ans, le Service d’Action Civique, dont Charles Pasqua était l’un des dirigeants, était le siège de collusion mafieuse et de lobbyisme politique « musclé ».

La seconde affaire n’en est pas une. Elle devrait. Nicolas Sarkozy s’est rendu au Gabon. Rien de surprenant. Le Gabon a du pétrole et de l’uranium. Sarkozy voulait parler déforestation. Rue89 a profité de cette visite pour rappeler les activités professionnelles d’Alain Joyandet, son secrétaire d’Etat à la Coopération. Avec son épouse et sa fille, le secrétaire est propriétaire de plusieurs entreprises, dont une est le distributeur du deuxième fabricant européen de bateaux de plaisance. Et, surprise, les 26 modèles de cette entreprise sont fabriqués … en bois précieux africain. Allez donc prendre au sérieux les déclarations de Nicolas Sarkozy contre la déforestation et le trafic des bois précieux en Afrique. Me concernant, la nausée n’est pas loin. La collusion des affaires avec le milieu politique est une chose occulte, atroce et peu commentée. Les lobbies fonctionnent bien. Le pire est que la chose est souvent jugée normale.

Sortez les sacs.

Curiosités électorales guadeloupéennes

En lisant France-Antilles, quotidien de droite, lundi 22 février, on pouvait s’immerger dans la campagne régionale locale, à travers quelques brèves informations. Et finalement, qu’on soit en métropole ou ici, rien ne change.En Guadeloupe, neuf listes se disputeront la faveur des électeurs le 14 mars prochain: « Combat ouvrier » avec Mr Nomertin, « Guadeloupe demain » avec Mr Lesueur, « Osons pour la Guadeloupe » avec Mr Plaisir, « Tous pour la Guadeloupe » avec Mr Lurel, « Ensemble pour la Guadeloupe » avec Mr Aldo (et Mme Penchard), « la Région autrement » avec Mr Jalton, « La Guadeloupe en action » avec Mme Losio, « Gwada an nou ay » avec Mr Cornet, « Pour une Guadeloupe nouvelle » avec Mme Marthe.

Le dérapage de Marie-Luce Penchard d’il y a 10 jours a laissé quelques traces.
« Marie-Luce Penchard a pris toute la mesure de son nouveau rôle de candidate aux régionales. Qui ignore, après la bronca dont elle a été victime, que notre sémillante ministre de l’Outre-Mer du gouvernement Fillon, sous la présidence de Nicolas Sarkozy, est candidate aux régionales en Guadeloupe ? Toute la France, au fin fond des forêts des Ardennes, dans les châtaigners de la Balagne corse. Partout. Comme quoi, un culot monstre, ça paie ! »

Ou encore:

« Nicolas Sarkozy, en Guyane, après avoir fait lanterner sa ministre toute la journée, lui a apporté une sorte de soutien, du bout des lèvres. Mais, ainsi, s’échève une polémique qui a duré trois jours, nuits et journées longues pour Mme Penchard, attaquée de toutes parts, y compris à droite, par Patrick Balkany, dont on sait qu’il a l’oreille du président de la République. Allons, tout est bien qui finit bien ! »

Ou cette curiosité, qui n’est pas sans rappeler d’autres « rapprochements » opportunistes en métropole :

« Communiste pur et dur, il arbore une casquette de gentleman farmer, Daniel Géniès, qui n’est pas un colistier, était au premier rang parmi les colistier de Blaise Aldo, tête de la liste « Ensemble pour la Guadeloupe », de la majorité présidentielle. Il est, pour l’heure, avare d’interview, mais apporte par sa présence un soutien, sinon de poids, en tout cas indéfectible, à son amie Lucette Michaux-Chevry, sénatrice et maire de Basse-Terre, contre laquelle il a eu souvent à ferrailler et de manière très rude. En fait, quand la Guadeloupe a besoin de ses enfants, Daniel Géniès répond présent. »

Victorin Lurel, la tête de liste socialiste, a écrit une « lettre ouverte » à Marie-Luce Penchard. Il n’y va pas de main morte. Comme la ministre d’ailleurs: « Affirmer, comme vous le faites, que je n’aime pas la Guadeloupe, que je suis l’empoisonneur responsable de la pollution des terres guadeloupéennes à la chlordécone ou encore que le conseil régional de la Guadeloupe n’a soumis aucun projet au gouvernement en 6 ans, constitue tout simplement des allégations mensongères, voire des diffamations, qui ne sont pas dignes de la ministre que vous êtes, tout comme ne sont pas dignes les propos qui vous valent aujourd’hui un lynchage médiatique et politique auquel pourtant, pour ma part, je n’entends pas m’associer ».

Journalistes otages: tout a un prix en Sarkofrance

Reporters Sans Frontières s’est dit consterné par les propos du général Gergolin à propos du coût des opérations militaires pour retrouver les 2 journalistes français otages des Talibans en Afghanistan. Le chef d’état-major des armées françaises, nommé à ce poste par Nicolas Sarkozy, avait évalué ces dernières à 10 millions d’euros. « C’est la troisième fois depuis l’enlèvement de ces deux journalistes que les autorités françaises relancent la polémique, alors même qu’elles ont demandé de faire preuve de discrétion et de retenue. Rappeler encore une fois que les recherches coûtent cher est irrespectueux vis-à-vis des familles et inutile » a commenté RSF. RSF a raison de souligner l’irrespect manifeste du général vis-à-vis de la situation des journalistes et de leurs familles.

Tout a un prix en Sarkofrance, surtout quand cela concerne le respect de quelques fondamentaux de la démocratie sociale ou politique du pays. L’assurance maladie est « trop chère« , les retraites par répartition sont « trop chères« . Le journalisme libre est « trop cher« . L’état major français, soutenu par son pouvoir politique, préfère, comme aux Etats Unis, des journalistes discrets et dociles, « embarqués » par les forces armées, nourris aux communiqués de presse officiels. Les reporters indépendants sont une espèce désagréable pour la parole officielle. Il est plus facile d’attaquer la presse indépendante sur le prix de son indépendance que sur autre chose.

Thierry Saussez, le publiciste de l’Elysée, va dépenser environ 200 millions d’euros cette année en propagande publicitaire pour défendre la politique du gouvernement dans tous les médias. La récente campagne indécente figurant une Marianne enceinte pour promouvoir le Grand Emprunt ne coûte pas beaucoup moins cher que quelques jours d’opérations militaires françaises en Afghanistan pour rechercher nos otages. Mais cette dépense est jugée « normale« , l’autre pas.

La Sarkofrance multiplie les dépenses inutiles. Quand Nicolas Sarkozy se fait épinglé par la Cour des Comptes pour le coût faramineux de son sommet pour l’union de la Méditerranée (16 millions d’euros pour 5 heures de réunion à Paris le 13 juillet 2008), ses proches expliquent que la diplomatie française vaut bien cet effort. Vraiment ?

On aurait également pu rappeler au général Georgelin le coût des avions Rafale, ces spécimens de l’industrie aéronautique française que seule notre armée nationale a dû se goinfrer, trop chers pour la totalité des armées du monde. On nous rétorquerait, peut être avec un semblant de lucidité, que l’indépendance militaire de la France est à ce prix. Et l’indépendance de l’information ? Ne vaut-elle pas quelques jours de déplacement présidentiel ou quelques heures de vol en Rafale ?

Aimeriez-vous que votre enfant vote à droite ?

Il y a 10 jours, un blogueur « influent » s’est cru intéressant de poser la question suivante : « Aimeriez vous que votre enfant soit homosexuel ? »

Mister Emery essayait de rebondir sur la micro-polémique du court métrage Le Baiser de la Lune, interdit de diffusion scolaire par le conservateur Luc Chatel. On ne choisit pas sa sexualité. La question est sournoise. « Aimeriez-vous …  » Cela suppose un choix. Se poser la question, en tant que parent, de savoir si on aime ou pas la sexualité de son enfant est un peu une chose vaine, digne d’un esprit conservateur qui s’imaginerait pouvoir « forcer » l’hétérosexualité de ses gamin(e)s.

Au mieux, la question aurait pu être : « seriez-vous gêné si votre enfant ETAIT homosexuel ? » Le blogueur influent auteur de cette question somme toute stupide n’avait sans doute pas la finesse nécessaire pour comprendre cette différence.

Une autre question, plus censée celle-là, me brûle les lèvres : « Aimeriez-vous que votre enfant vote à droite ? », si vous êtes à gauche. Comme je suis ouvert d’esprit (:-)), je pose la question inverse, à celles et ceux qui sont à droite : « Aimeriez-vous que votre enfant vote à gauche ? »

je file le bébé, la question, l’interrogation à quelques estimé(e)s consoeurs et confrères.

authueil, CeeCee, Dagrouik, Laurent, Seb, Hypos, Marc, Gael, Anti-sarkomania, Antoine Besnehard, Crise dans les médias, Docteur Morisset, DonjipezGabale, Gauche de combat, La Rage au Ventre, Le pavé, Le Rocrocodile kinépeuthe, Lyonnitude(s), Mon Mulhouse, Mtislav, Nicolas, Peuples.net, Ruminances, Slovar, Vogelsong, Olympe, MIP, et, évidemment, Mrs Clooney et Luc.

PS: Damned, je me rends compte que cela suppose de découper le monde en droite et gauche. Mille excuses, chers centristes.