De la nausée en politique


A lire et écouter la presse, écrite ou audiovisuelle, le dégoût m’assaille régulièrement. Et pas toujours là où on le croit. Prenez deux affaires récentes: la polémique « Soumaré » et le déplacement de Sarkozy au Gabon.

Dans la première affaire, l’UMP francilienne a violemment dérapé. Elle s’est procurée (avec quelle complicité ?) divers extraits de casiers juidiciaires au sujet du candidat socialiste Soumaré. Ou du moins le croyait-elle. Elle s’est partiellement trompée de personne. La bourde ! Même le Figaro a reconnu qu’il fallait être sacrément bien informé pour se procurer légalement des extraits de casier judiciaire. Ce type de coups bas est commun en politique. Ce type de bourde est,  l’échelle d’une élection régionale, « historique ». On peut, on doit s’indigner. Mais comment dire ? Je ne m’attendais à rien de mieux. Divers caciques de l’UMP sont coutumiers des pressions occultes, des enquêtes clandestines. Il y a 50 ans, le Service d’Action Civique, dont Charles Pasqua était l’un des dirigeants, était le siège de collusion mafieuse et de lobbyisme politique « musclé ».

La seconde affaire n’en est pas une. Elle devrait. Nicolas Sarkozy s’est rendu au Gabon. Rien de surprenant. Le Gabon a du pétrole et de l’uranium. Sarkozy voulait parler déforestation. Rue89 a profité de cette visite pour rappeler les activités professionnelles d’Alain Joyandet, son secrétaire d’Etat à la Coopération. Avec son épouse et sa fille, le secrétaire est propriétaire de plusieurs entreprises, dont une est le distributeur du deuxième fabricant européen de bateaux de plaisance. Et, surprise, les 26 modèles de cette entreprise sont fabriqués … en bois précieux africain. Allez donc prendre au sérieux les déclarations de Nicolas Sarkozy contre la déforestation et le trafic des bois précieux en Afrique. Me concernant, la nausée n’est pas loin. La collusion des affaires avec le milieu politique est une chose occulte, atroce et peu commentée. Les lobbies fonctionnent bien. Le pire est que la chose est souvent jugée normale.

Sortez les sacs.

2 réflexions sur « De la nausée en politique »

  1. Juan, je suis comme vous mais j’ai opté pour une cuvette sur les genoux…afin d’éviter les déplacements continuels.

Les commentaires sont fermés.