No Sarkozy Day. Et ?


Le No Sardozy Day, pour ses organisateurs, c’était … samedi. Quelques milliers de personnes éparpillée en France.

Quand le premier appel a été lancé, j’ai signé une déclaration contre l’opération, le 3 janvier dernier. Je voulais faire partager que cette opération me semble mal fichue par son mot d’ordre et ses moyens. Je répondais surtout à un appel des dits organisateurs aux blogueurs politiques de tous bords. Secousses blogosphériques (c’est-à-dire, soyons modestes, pas grand chose). Je me suis cru Danton, quelques jours avant que Robespierre ne parvienne à le faire guillotiner.

Un mois plus tard, j’accepte de rejoindre un nouveau texte, nettoyé par des Left_Blogueurs de quelques-unes de ses scories originelles. Cela ne résoud pas le flou du message, l’absence de relais organisationnel, ni le mauvais timing (en pleine campagne des régionales et deux mois trop tôt). Mais ne décourageons pas les énergies. Samedi, le No Sarkozy Day fut un non-évènement. Il y avait plus de manifestants, ailleurs à Paris, pour demander une revalorisation des aides aux handicapés.

1. La question organisationnelle est cruciale: les initiateurs de l’opération étaient donc des novices. Je leur conseillerai de laisser faire les pros (et de leur apporter leurs soutiens), plutôt que de continuer de fumeux ratages comme celui-ci.

2. Les blogueurs, fussent-ils connus, sont des individus isolés. Une manif, ça se réussit avec des militants qui mobilisent les troupes, un bon timing et des mots d’ordre cohérents. Je ne sais pas organiser des manifs, rameuter les foules. Le blogueur écrit, tente de convaincre et d’informer.  A-t-on vu une simple tribune politique déclencher des mouvements de foule ?

3. Cette opération a divisé la blogosphère politique anti-sarko. Lectrices et lecteurs, blogueuses et blogueurs se sont disputés entre les pro- et les anti-NSD. C’est dommage, rageant, inévitable.

Samedi, Benjamin Ball a annoncé que l’opération continuerait. «Ce n’est qu’un début aujourd’hui, le prochain rassemblement, le 8 mai, sera national et à Paris. Le 9 mai se tiendra la coordination des assemblées populaires locales». Il semble donc qu’il n’a rien compris, rien appris.

J’ai un message pour lui, et les autres vrais organisateurs de ce fiasco, que je ne connais pas : la prochaine fois, oubliez moi, oubliez nous.

Publicités

16 réflexions sur « No Sarkozy Day. Et ? »

  1. « Scories originelles » ? Le premier texte signé correspondait à 90% au texte que tu nous avais envoyé. Soyons honnête…

  2. Facebook est bien plus balèze pour les flash mob de type  » Apéro à Rennes le Jeudi 25 « .

    Résultat: 4000 alcooliques chroniques en plein centre ville, une vingtaine de comas éthyliques.

    Donc, pour l’apéro, pas de problème… Pour dessaouler, compter le week-end, ça tombe bien, c’est le 2eme tour des municipales.

    Ah! Les vicissitudes de la politique électronique…

  3. Juan, les élections étaient le dimanche d’avant, la gauche en est ressortie « gavés d’élus ». C’est l’essentiel !!! Les citoyens ne les intéressent pas…

  4. Toute initiative naissante est à regarder de près, fut elle aussi petite et mal organisée. Ce qui manque ne France c’est la cohésion des troupes et des groupes, tant au niveau du travail, en politique..etc…
    C’est intéressant de voir des gens motivés bousculer ciel et terre pour faire passer un message.
    je soutiens ce genre d’initiatives, qui, en mon sens, contribue à réveiller ceux qui n’ y croyaient plus.

    Le militantisme ce sont des vagues, elles ne sont pas toutes de la même hauteur n’ont pas la même fréquence, tant qu’il y en a, il y a de la vie, il reste de la force.

    Reste à se regrouper correctement pour se faire entendre…se regrouper autour de pros, mais surtout, comme tu le fais toi aussi tous les jours depuis 2007, ne jamais laisser le champ libre à la politique sarkozyste de nous occulter de nos droits un à un, le NSD est une démarche supplémentaire de vigilance du peuple, je souhaite qu’il y en ai de plus en plus à venir.

    Plus l’opposition occupe le terrain, plus nous faisons reculer en permanence la droite conservatrice.Et tu seras bien ok avec moi pour avouer que ce n’est pas du tout, depuis 2002 le champ de bataille du PS qui ne se préoccupe que de leurs postes et leurs sièges…

    Il y a tant à dire sur ce sujet…

  5. @Rocrocodile : je suis d’accord sur un de tes points au moins. Il ne faut décourager personne. Mais qu’ils fassent leur trucs sans tenter d’associer les récalcitrants.

  6. Je suggère que la NoSarkoPride ait lieu le 14 juillet, ou le 13 au soir, sous forme de bal populaire un peu partout en plein air. Il faudrait prévoir des buvettes, un orchestre, et quelques décorations, si possible avec des petits drapeaux bleu blanc rouge, pour faire républicain et tout et tout. Tirer un feu d’artifice rappellerait les souffrances du peuple français, ses luttes et ses victoires. Vive le son du canon, dansons…
    Là, s’il n’y a pas un peu plus de monde, c’est à désespérer de la lutte pour un monde meilleur.

  7. Vous avez sans doute raison sur le fond. Je vous trouve un peu dur sur la forme, car la cause justifie toute mobilisation : sur la toile, dans la rue, dans les médias.
    Pour les organisateurs (dont je ne suis pas), peut-être auraient-ils dû s’entourer de pros… de là à les décourager. Plutôt leur conseiller de vrais organisateurs !?
    Philippe.

  8. Bonjour Juan.
    Tu écris :
    « Une manif, ça se réussit avec des militants qui mobilisent les troupes, un bon timing et des mots d’ordre cohérents. »

    Mais quels militants ? Ceux des syndicats ? Aux abonnés absents. Ceux des partis ? Ils avaient leur os à ronger, même punition. Restaient justement les isolés, ceux qui habituellement ne font partie de rien. Bien sûr c’était improvisé, cela ne pouvait que l’être. Mais cette fois c’étaient de simples citoyens non encartés qui défilaient, comme les lanceurs de cette journée. Je pense qu’elle a permis de nombreux contacts entre gens qui ne se connaissaient pas, du fait justement de ces nombres restreints.

    Que cette sorte de manif ne te plaise pas, OK c’est ton droit le plus total. Mais n’en dégoûte pas les autres.

    En tout cas, je préférais nettement le premier appel, qui était bien plus explicite : si cela se trouve, il n’aurait pas beaucoup moins mobilisé.

    Sans rancune ?
    BO

  9. A noter que c’est aussi une PREMIERE tentative, avec les aléas des premières expériences…

    La politique est-elle soluble dans Facebook ? Faut voir…

  10. « Scories originelles » ? Le premier texte signé correspondait à 90% au texte que tu nous avais envoyé. Soyons honnête… signale Reversus.

    Pour prendre une analogie osée, quelle est la différence de poids entre une lame bien affûtée, et la même qui a perdu son fil ? un milligramme ? Sans vouloir offenser personne, c’est ce que j’avais trouvé au second texte de mobilisation. Il n’avait plus de tranchant, de « pepps ». C’est d’ailleurs ce que j’avais déploré à sa sortie.

    Bon. Camarades (!), on remettra çà. Il va faire jour. Osons !

  11. Le No Sarkozy Day si c’est pas au 2nd tour des présidentielles ben ça sert fondamentalement à rien.

  12. Disons le premier tour, et ce sera parfait; mais Facebook pue, il y a de plus en plus d’infos merdiques qui remontent de ce réseau social, sur le non-respect de la vie privée et la captation de données personnelles; quant au droit à l’oubli, c’est nada…

    Donc, bon courage aux gus qui ont mis leur trou-du-cul en ligne, souriez, vous êtes fichés par les R.G !

  13. Bonjour

    Réponse point par point:
    1: « les initiateurs de l’opération étaient donc des novices. »
    Et alors, n’ont ils pas le droit de manifester et d’organiser une manif’? Les âmes charitables professionnelles de l’organisation n’ont pas été refoulées et étaient accueillies à bras ouverts pour ce que j’ai vu…sauf que peu se sont proposés

    2 « Les blogueurs, fussent-ils connus, sont des individus isolés ». C’est pas faux comme dirait l’autre. Sauf que l’argument ne tient pas dans la mesure où en Italie, les blogueurs ont réussi leur coup. Alors un internet italien différent? une blogosphère moins fileuse surtout et qui va certainement jusqu’au bout…
    Isolés en France oui. Mais justement l’isolement nait d’internet, de part nos contraintes. Le fait de se rassembler dans la vie réelle dans un même lieu est justement un moment pour couper cet isolement.

    3 « Cette opération a divisé la blogosphère politique anti-sarko. » C’est le risque. Mais au moins, comme le National Sarkozisme, cela permet de séparer le bon grain de l’ivraie.

    Oui c’est un demi echec. Oui les différents textes d’appel n’étaient pas fameux. Oui l’organisation a fait des erreurs. Et alors?
    L’essentiel c’est le principe: s’opposer et montrer qu’on s’oppose dans la vraie vie au National Sarkozisme. Purement symbolique, comme n’importe quelle manifesation. Pour les personnes croyant renverser le pouvoir et faire sauter la république, reposer votre joint.
    Le vrai regret ne sont pas les 3 points stipulés. Le regret c’est de voir autant de journalistes professionnels blogueurs, de voir des blogueurs amateurs, de voir des artistes soutiens officiels, de voir des « peoples », de voir des partis politiques, de voir des syndicats…aux abonnés absents alors que l’idée fédératrice de base était là.

    Le vrai problème: l’idée et les gens réunis venaient de la France d’en bas, des anarchistes aux bobos, fallait le voir pour le croire!
    Tous unis contre le national sarkozisme.

    Il faut quoi la prochaine fois? Du champagne et des petits fours pour faire descendre dans la rue les professionnels de la critique…virtuelle?
    Désolé le NSD n’avait pas prévu.

    Cordialement,
    CPolitic

    PS: Dommage que cet article de réponse à ma question soit posté dans les coulisses…
    Les coulisses ne sont-ce pas les endroits où se passent des choses pas reluisantes?

  14. Cher CPolitic, bien noté. Sur ta dernière remarque : j’ai l’habitude de traiter ici ce qui relève de nos engagements politiques, et de laisser à Sarkofrance, le blog principal, le suivi des faits et gestes du monarque et de son gouvernement. Je te l’accorde, la frontière est mince…

Les commentaires sont fermés.