Contre l’outrance de Sarkozy, ne pas se tromper.


Les propos de Nicolas Sarkozy vendredi dernier m’ont glacé. Cet homme n’a visiblement plus rien à perdre. C’était sans doute la première fois qu’il faisait un lien direct entre immigration et délinquance, le tout à partir d’un fait divers qui n’avait rien à voir – jusqu’à preuve du contraire – une attaque de bandits contre des policiers dans une banlieue de Grenoble.

10 jours plus tard à Grenoble, Sarkozy a tout lâché, tous les amalgames, les pires propositions, preuve qu’il se sent déstabilisé. Les réaction, de la presse (exception faite du Figaro) et de l’opposition furent évidentes. On a critiqué la dérive antirépublicaine, les attaques aux principes constitutionnels du pays (déchoir d’une nationalité n’est pas constitutionnellement recevable sauf dans des cas très précis). On a aussi noté la diversion manifeste, la tactique électoraliste minable d’un monarque aux abois.

Il faudra cependant bien éviter de se contenter de ces critiques. Le piège qu’espère tendre Nicolas Sarkozy à ses opposants est justement de démarrer un funeste débat « immigration/insécurité ». Le panneau est si évident qu’il serait malheureux de tomber dedans.

L’unique réponse à ces outrances est très simple : attaquer Sarkozy sur son propre bilan en matière de lutte contre la délinquance. L’homme a échoué, depuis 2002. Lui renvoyer ses résultats comme un boomerang en pleine figure est la meilleure stratégie de réponse. Les statistiques sont là : il n’a quasiment jamais fait reculé les violences aux personnes, il a ramener le nombre de policiers et gendarmes à leur niveau de 2002 alors que la population français a cru de 6 millions de personnes en 10 ans. Le taux d’élucidation des faits non découverts par les forces de l’ordre stagne voire régresse. Les fichiers sont mal contrôlés et peu fiables.

Ne nous trompons pas de réponse. Sarkozy peut bien en appeler à la déchéance de nationalité, la mise en cause pénale des parents d’enfants délinquants, il faut le laisser à son vomi verbal qui prouve surtout une chose : il est inquiet.

PS: je vous renvoie bien volontiers à la lecture d’un excellent billet de Romain Pigenel sur Variae. Rien à redire.

Publicités

6 réflexions sur « Contre l’outrance de Sarkozy, ne pas se tromper. »

  1. Balle des déchus ?
    « Tous ceux qui figurent sur cette liste noire vont bientôt être déchus de leur nationalité :
    1- Les arabes qui se font passer pour des français
    2- Les français qui se font passer pour des arabes.
    3- Les juifs qui se font passer pour des non-juifs.
    4- Les musulmans qui se font passer pour des musulmans.
    5- Les crétins qui se font passer pour des chrétiens.
    6- Les femmes voilées, les hommes barbus et les enfants qui nous marchent sur les pieds.
    7- Les fils, petits fils et arrière petits fils qui ont commis un délit de faciès.
    8- Les barbares qui pratiquent l’excision et exhibent sur la voie publique leur circoncision
    9- Tous ceux qui s’attaquent aux gens d’armes alors qu’il y a tant de gens désarmés qui ne sont même pas inquiétés.
    10- Les noirs qui parlent mal notre langue sous prétexte qu’ils ne sont pas là pour nous rouler une pelle !
    11- Tous ceux qui ne mangent pas de porc, ne boivent pas de vin et n’aiment pas nos chiens. »
    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20des%20dechus

  2. Merci pour le renvoi ! Sinon, comme je l’écrivais en commentaire sur un blog récemment (peut-être le tien ?), la grande force de Sarkozy est comme tu dis qu’il est prêt à tout et n’a aucune pudeur, aucune restriction éthique ou autre … Face à un adversaire pareil, il faut une gauche ultra-déterminée pour l’emporter. Or pour le moment elle ne donne vraiment pas l’impression d’être dans cet état d’esprit.

  3. @ Romain P:
    Plus c’est gros, mieux ça passe, sans compter que jouer les répertoires ‘insécurité et immigration’, ‘gauchisme et terrorisme’ est l’idéal pour faire peur et faire voter à droite, voire rééditer l’épisode de 2002.

    Et l’opposition … euh non, pas crédibles à mon sens.

    Je crains qu’en 2012 pour Joe Dalton et sa clique les élections passeront comme une lettre à la poste.

  4. droite – fiasco totale
    gauche – fuyez la France , elle n’est plus que misère et surtout plus à vous

Les commentaires sont fermés.