Sarkozy se fiche bien d’être impopulaire


Dans le Monde daté du 4 septembre, publié vendredi après-midi, le politologue Jérôme Jaffré livrait cette interprétation frappée au coin du bon sens et terriblement glaçante pour qui espère la défaite dans les urnes de Nicolas Sarkozy : »Sans doute, l’arme secrète dont pense disposer M. Sarkozy est que le renversement du rapport de forces en faveur de la gauche ne s’accompagne pas d’un basculement idéologique en sa faveur. »

Dans les paragraphes précédents de sa démonstration, Jérôme Jaffré explique et prouve combien Nicolas Sarkozy se fiche d’être populaire: il éviterait d’apparaître davantage chef de la droite que président du pays; il s’inspirerait de Fillon plutôt que de lui-même; il ne « frôlerait » pas le discours du Front National à moins de deux ans de l’élection présidentielle; etc, etc, etc. Et comme l’homme est rationnel, il faut bien admettre qu’il se fiche éperdument de sa cote de popularité.

Jaffré ose une hypothèse sur les récentes polémiques sécuritaires estivales : Sarkozy cherche moins à persuader les Français de son action qu’à les convaincre que l’opposition n’est pas crédible.

« Les préoccupations d’une large partie des Français sur la sécurité et sur l’immigration, leurs doutes sur la capacité de gouverner de la gauche, leur souci de réduction des dépenses publiques et leur crainte de hausses d’impôts massives lui font penser que la bataille de 2012 n’est pas perdue si elle est menée frontalement sur ces terrains. »

L’analyse est convaincante, et les conclusions qui sont imposent sont évidentes : d’un côté, il faut expliquer et répéter les évidences du bilan sarkozyen : Sarkozy est incompétent et instable, même à l’aune de ses propres promesses. De l’autre, il faut convaincre qu’autre chose est possible, que Sarkozy ne disqualifie pas pour autant l’action politique malgré ses girouettes personnelles, ses outrances permanentes, ses déceptions systématiques.

Sur la sécurité, par exemple, l’attaque de Daniel Cohn-Bendit il y a deux semaines était, à mon sens, l’une des seules qui vaillent. En une formule, DCB résumait et ridiculisait les postures sarkozyennes : « Cela fait 8 ans qu’il nous parle de ça comme si c’était la première fois. On dirait qu’il vient de se faire dépuceler et qu’il découvre la sécurité. » Le sujet – la délinquance – est réel, mais il faut renvoyer Sarkozy au ridicule de sa situation d’incompétent récidiviste.

La bataille ne fait que commencer.

Je me souviens de cette video, sortie, malheureusement inutilement, au milieu de la campagne de 2007.

Publicités

20 réflexions sur « Sarkozy se fiche bien d’être impopulaire »

  1. Même si je souhaite vivement que Sarkozy se prenne en 2012 la déculottée du siècle , je suis complètement d’accord avec cette analyse .
    Je l’ai d’ailleurs écrit plusieurs fois . Il a intérêt à ce que le pays soit en état de guerre civile permanente , car pendant que les français s’étripent sur ces sujets sécuritaires , les divisions du PS et de la gauche en général sont mises en avant par l’équipe Sarkozy.
    D’ailleurs , il suffit d’écouter les discours de Fillon , d’Hortefeux et des représentants UMP . Les « éléments de langage » sont toujours les mêmes : on rappelle sans arrêt la période Jospin , le « laxisme » de la gauche , comme si la montée de la violence était dûe à cette unique période ! On se moque des positions « ringardes » de Martine Aubry et on encense l’attitude de Valls . Ce sont les prémices de sa nouvelle campagne .
    Au moment opportun , il viendra encore nous dire qu’il lui faut plus de pour résoudre ces problèmes « complexes » de sécurité , même si tous les jours il nous abreuve de solutions simplistes !
    On n’est pas rendus au bout de nos peines !
    « Il ne faut pas vendre la peau de l’ours…. »
    Un os dans le potage (?) , je l’espère le problème des retraites , car les français sont quand même sensibles à leur condition sociale (70% approuvent la manif du 7 septembre pour la retraite à 60 ans) .
    Espérons que leur méfiance à son égard grandisse de jour en jour …

    1. Une phrase est passée à la trappe (erreur de frappe?) :
      Au moment opportun , il viendra encore nous dire qu’il lui faut plus de TEMPS pour résoudre ces problèmes « complexes » de sécurité , même si tous les jours il nous abreuve de solutions simplistes !
      Car s’il ne peut les résoudre c’est à cause de l’attitude de la gauche et du PS en particulier

      1. entièrement d’accord avec l’article et avec coup de grisou. De plus, c une évidence…sauf…pour la gauche.
        sarkosy se fout royalement de sa popularité, et cherche à persuader… » tout à fait exact, et vu d’en bas, je constate que ça fonctionne parfaitement. (ce qui est très dangereux).

  2. Corinne,
    Effectivement , je fais aussi partie de la « France d’en bas » , et d’ici ça sent un peu le racisme primaire , je confirme . Les expulsions de Roms en ont été le révélateur . J’ai rencontré peu de gens qui n’étaient pas d’accord . Et puis ils n’ont aucune confiance dans la gauche , qui il faut bien le reconnaître , pendant ces trois dernières années , n’a pas été à la hauteur .
    Car si Sarkozy est le président le plus ignoble qu’on ait eu depuis longtemps , il n’en reste pas moins un redoutable tacticien et guerrier politique pour qui tous les coups sont permis , il ne s’empêche rien, on le voit tous les jours .
    D’où mon pseudo au lendemain de son élection , car , à l’instar des mineurs bloqués dans le noir , je pense qu’on en a pris pour longtemps . Les Lepénistes reprennent du service , les haines sont exacerbées . Il le sait , il en joue , il attend son heure .
    Il ne faut pas oublier non plus que c’est un monstre d’égocentrisme , il cultive donc la revanche comme un plaisir pervers . On en a eu tellement de preuves depuis 3 ans !
    La France est en état de déliquescence , il s’en fout , il en jouit .
    Elle ne veut plus de lui ? Qu’à celà ne tienne , il va lui faire payer , épargnant bien sûr au passage ses fidèles riches soutiens !
    Comme tout « bon » dictateur qui se respecte , il poursuit inlassablement ce qu’il croit être son chef-d’oeuvre , la « populace » ne lui sert que de tremplin pour accéder au trône ..les talonettes aussi !

  3. Maman, c’est quoi un politiologue ?

    C’est un type qui se fait plein de laubés en faisant des enquêtes pour le privé avec une entreprise à gros capital – comme le CECOP de Jaffré, lesté de près de 2 millions d’euros – et qui vient faire des piges en free-lance sur France-Télévisions pour nous expliquer ce qu’il faut penser de l’intérêt général, des services publics et de la vie politique.

    1. Comme tu dis, on en a pris « pour longtemps », au moins pour deux ans, puisque la gauche en maillot ne se décide à bousculer ce simulacre de vie parlementaire et accepte le Sarkofascisme.

      « ils n’ont aucune confiance dans la gauche , qui il faut bien le reconnaître , pendant ces trois dernières années , n’a pas été à la hauteur . »

      Ah, ah, c’est un bel euphémisme.

      C’est sûr que c’est pas avec le « CARE » – un nom anglais pour une politique française, tout un symbole..- ou en refusant de s’intéresser à un Glass-Seagall Act – loi pour interdire aux banques de dépots de dépots de faire de la spéculation, du placement boursier – à la française et en envoyant tous les crétins sécuritaires à écharpe P.S. pour coller à la roue du brun élyséen que « la gauche de gouvernement » va retrouver les places et les Safranes. Et pourtant y sont tellement arrogants et stupides qu’ils se répartissent déjà les ministères. Pfff…

  4. Effectivement… il s’en fout. C’est bien pour cela qu’il faut passer à la vitesse supérieure… De l’action, vite ! Les mots, les manifs… ça fait sourire les fachos.

  5. Il a beau s’en foutre, çà le turlupine quand même de se voir à la ramasse. On ne se refait pas. Il faut enfoncer le clou sans attendre et le prendre à son propre piège tout de suite. Il s’est trop avancé et la sauce ne prend pas comme il le pensait. On (le peuple réel) ne va pas devenir timide, quand même ? Il faut le fnir par tous les moyens possibles et qu’il dégége avec sa clique pour nous rendre enfin des comptes. ARAMIS

  6. à coup de grisou : excellent, 100% d’accord (et sur tout). Il est de toute première urgence de passer la vitesse grand V, mais (à mon avis) à moins de déborder les politiques, les syndicats, comment faire???
    à mes yeux, je ne vois absolument personne être capable (d’objectivité, de désintéret, d’humanisme, de connaissance du peuple…) dans cette jungle politique.
    il nous faut un Gandhi, un Martin Luther King…

  7. Kozy se fiche d’être impopulaire dans l’ensemble de la population tant qu’il reste populaire parmi son électorat de base !
    Et, si on regarde les sondages, il lui reste grosso modo une trentaine de % de personnes satisfaites de son « action », soit son score du premier tour de la présidentielle.

    PS: Corinne, « il n’est pas de sauveur suprême, ni dieu, ni césar, ni tribun… »

    1. à toto le prolo : et alors, on fait quoi? On continue à subir??????
      il est certain qu’il n’est pas de sauveur suprême, on est d’accord, mais il peut y avoir des sauveurs…tout simplement….
      Ces sondages, ces batailles de coq, ces traitres, ces infects personnages, il faut les combattre, et vu qu’on a tt essayé, vu que l’inhumain progresse à fond, il ne nous reste plus qu’à mettre en face de cette violence institutionnalisée (violence au sens très très large du terme) la non violence, la désobéissance civile, pour, précisément »garder la tete haute, front vers le soleil… »
      « l’utopie d’aujourd’hui est la vérité de demain ». V. Hugo

      1. Corinne, Jaurès n’est devenu un « sauveur », un porte voix que parce que les mineurs de Carmaux étaient dans la lutte. Sans eux, pas de Jaurès, c’était le sens de ma citation. Je pense vraiment que de telles personnalités n’apparaissent pas ex nihilo mais qu’elles sont avant tout le reflet d’une aspiration collective, massive, autant de valeurs que nous semblons avoir un peu perdu de vue.

        Et puis non, je ne pense pas qu’on ait tout essayé. Si c’était le cas, il ne nous resterait qu’à baisser les bras et subir face aux pouvoirs actuels et je ne m’y résous pas plus que toi. Reste effectivement que nous n’avons pas encore trouvé (et peut être osé) comment mettre en pièces les discours du petit défenseur des grandes fortunes et de sa clique de brigands. Et, la faute en incombe (peut être) à nous tous, partis de gauche, syndicats, militants, simples citoyens qui sommes pris dans les filets de l’air du temps, trop souvent occupés à réagir et à nous positionner face au populisme ambiant servi par l’UMP plutôt qu’à se mettre ensemble autour de la table et proposer un programme commun de gauche.

        C’est mission impossible compte tenu du fonctionnement des appareils politiques actuels, des batailles d’ego et des raideurs idéologiques des uns et des autres mais c’est pourtant le défi à relever pour sortir la tête de l’eau.

        Pas simple, pas simple… mais, comme tu le dis, « l’utopie d’aujourd’hui est la vérité de demain ».

  8. Coup de grisou … excellent commentaire…. un seul bémol je ne pense pas qu’il aime être autant détesté… mais il fait avec… J’ai un seul souhait immédiat que le 7 sept 10 soit une vraie réussite, malgré ce que diront l’UMP et Bertrand et Lefebvre en tête, il n’y avait que xxx participants… De droite je n’en peux plus de ce Sarko et de sa clique…

    1. Tout ces commentaires, y compris et à commencer par, celui de Jaffré, oublient un élément essentiel de l’analyse: le psychisme de Sarkozy.
      C’est vrai que c’est un politicien habile et retors, pour qui tous les coups sont permis, un « guerrier politique », comme le dit Coup de Grisou.
      Mais… c’est aussi et surtout un personnage doté d’un ego surdimensionné, chez qui l’orgueil l’emporte souvent sur la rationalité (complexe de la petite taille, tous les psys vous le confirmeront). Ses réactions sont révélatrices d’un égocentrisme forcené, même avec ses alliés… Dans le genre « tous des cons sauf moi », on peut difficilement faire mieux. Ce qui l’a déjà souvent amené à se planter en beauté sur des options tactiques valorisantes à court terme, et malheureuses à long terme… D’où les sondages en plongée, et les poignards qui s’affutent à l’UMP…

      En fait, chassez le naturel, il revient au galop.
      Sarkozy a peut-être essayé de changer… Reste qu’il n’a pas pu changer, ne changera pas, et que son principal adversaire, c’est et cela restera lui-même.
      Je suis persuadé qu’à force de flirter avec la ligne jaune, il se prendra une mega gamelle avant la fin de son mandat

  9. Le populisme ne se porte pas si mal actuellement en France que ça, en particulier dans nos campagne… Dans un premier temps, je pensais à un nouveau 21 avril, « à l’envers », tellement est actuellement impopulaire le « premier homme de la République ». Mais qu’a à proposer l’opposition de gauche? Objectivement, s’il ya projet, il est loin d’être clair. La seule personnalité sortant du lot est… Eva Joly, de par ses antécédents professionnels, connaissant les « subtilités » (ou plutôt: « grosses ficelles ») du mode de fonctionnement de par lequel vit la France depuis au moins des dizaines d’années: « consanguinité » entre mondes politique et des grandes entreprises (forcément financières). Face à cette situation que peut faire notre « petit fait-tout » (pendant que… « la grande sauteuse » s’amuse à faire la star)? Une stratégie d’alliance avec le FN, de second tour, tout simplement. Possible avec Marine Le Pen -qui a été invitée à l’Elysée-, certainement pas avec Bruno Goldnisch. Je vous rappelle une chose: Hitler est arrivé au pouvoir de manière parfaitement démocratique. Et après: « j’y suis, j’y reste », de quelque manière qu’il soit (Roms, etc.). Il y a actuellement en France un côté « années 30 » (dont certains à l’époque ont largement profité). Le plus gros problème, qui est l’indicateur principal des politiques menées structurellement depuis plusieurs dizaines d’années, en France? Le décallage de résultats -parfaitement objectifs- entre la France et l’Allemagne (alors que ces deux pays étaient à égalité au milieu des années 70). On parle, en France, des problèmes démographiques que va connaître l’Allemagne: à mon avis, un faux problème, si on intègre qu’elle se rapproche de la Russie (marché pour des dizaines d’années + complémentarités évidentes), plus rentable que de continuer à financer -même indirectement « les pays du club Med » (dont fait partie la France), qui n’ont structurellement jamais respecté leurs engagements financiers, par rapport à l’euro. De plus, les chiffres de la France ont bidouillés (et pourquoi pas: avions-nous le choix, ne serait-ce que pour peser sur les salaires?) par les naturalisations massives. La carte de l’investissement (la Russie), contre celle de la consommation -il n’en rete rien l’année suivante…- (« les pays du club Med): le choix, hors raison politique impérieuse (cela a été le cas à une époque), à mon avis, est vite fait, pour un Allemand… Un signe allant dans le sens de mon analyse? L’ancien chancelier qui, juste après avoir quitté ses fonctions, se retrouve à la direction de Gazprom! Enorme, comme indication, non? Personnellement, je dis: « bien joué! » à l’Allemagne. Toute autre présentation est de nature « sentimentale », comme en sont spécialistes les politiciens français (pour masquer leurs propres carrences?). Cordialement

  10. toujours d’accord, coup de grisou. Et précisément (en tous cas, pour moi) je mets en « accusation » la gauche, les syndicats, assos… d’être « responsables » de cette perte de valeurs qui fait le fondement d’un vrai mouvement populaire, sur des idées. Il est urgent et essentiel que cette gauche caviar (pour sa grande majorité) ou frileuse pour le restant, retrouve la vraie vie, , le peuple, il faut arrêter de parler à notre place! il faut savoir se remettre en question, c une preuve d’intelligence, d’ouverture d’esprit et..un minimum de respect..pour les idées que l’on défend….et pour ceux qui mettent le bulletin dans l’urne, en y croyant…en espérant….

  11. à blogoosphere : tout simplement cela signifie que la situation est grave, que les socialistes sont toujours à côté de la plaque, lepen, sarko meme combat (certains sondages parlent de 80% de soutien des français aux propositions du roi) et le crois aisément.
    et la sacro sainte question : que fait-on à part des analyses sur analyses, de réflexion sur réflexion etc…???
    en attendant, le frigo pleure, la malvie s’est installée (et il faut vivre, comme disait Barbara), les gens dorment dehors, les restaus du coeur se sont institutionnalisés (cela ne choque personne), les médicaments sont de moins en moins remboursés, les spécialistes dépassent pratiquement tous les honoraires (on recule ou annule certains r-v) etc…etc…
    avec tout le respect que vous dois, exclue de la société (trop pauvre), donc rejetée, je me fous de tous ces discours, écrits, analyses, je veux juste exister à part entière, c tout.

  12. A Corinne: complétement en accord sur les conséquences au jour le jour, parfaitement négatives, que vit une part de plus en plus importante de la population. En plus de tout ceux auquels on pense spontanément, les « nouveaux pauvres », cela existe aussi: il suffit de ne plus faire partie du bon carnet d’adresse… Et cela n’est pas une question de « niveau » social! La situation est calamiteuse, et même potentiellement explosive, la classe politique française le sait fort bien. Sachez que vous n’êtes pas la seule à vouloir exister: entre nous, vous avez bien compris. Et c’est de moins en moins possible d’exister tout simplement DIGNEMENT. Cela sent politiquement « la fin de règne » (mettre tout sur le dos de Sarkozy, même si le personnage « a les dents qui rayent le parquet », c’est complétement simplificateur: ce ne serait pas lui, ce serait un(e) autre qui jouerait le rôle: marketing politique… Autrement dit, ce n’est qu’un fondé de pouvoir, tout comme ses prédécesseurs). Fin de règne d’un système, mais qui n’en finit pas! Jusqu’au jour où… Mystère! Quant au FN, hallucinant de bétise franchouillarde, mais Sarkozy est en train, par son comportement, de l’instrumentaliser, comme il est allé à une époque à la pèche à certains socialistes, entrés par la grande porte du gouvernement de son Premier Ministre, Fillon. Au sujet des sondages de l’Elysée, je me demande où en est d’ailleurs cette affaire de rétro-commission (pots de vin, pour parler français). Nous n’avons par certains côtés, rien à envier à nos voisins italiens, comme vous le voyez…

  13. Je pense comme Corinne , que le monde dans lequel nous baignons n’ est qu’un ramassis d’hypocrisie .
    J’ai 62 ans , je suis ..chômeur , car si je devais prendre ma retraite actuellement , je toucherai 350 euros , dont 20 ans d’agriculture =220 euros ! Voilà la réalité des choses . Je comprends donc très bien tous ceux ‘et celles) qui disent « dépêchez vous , je coule » !
    On peut faire toutes les analyses qu’on veut pour savoir qui est responsable , mais on l’est tous à des degrés plus ou moins importants .
    On réagit en fonction de nos petits intérêts personnels . On dit qu’on est exploités ou qu’on est  » anti quelque chose  » et on va à la pêche le jour des élections . On dit « tous pourris » et ce faisant on accrédite les thèses de Le Pen . On dit qu’on est généreux car on est bénévoles dans une association caritative mais on se sert en premier quand on trie les vêtements pour les « nécessiteux » .
    On dit que les Roms sont des voleurs et on gratte des heures à son entreprise ou on pique du matériel en disant « il n’ont qu’à me payer plus » .
    On se donne bonne conscience avec l’environnement mais les ventes de 4×4 explosent ! Bref , l’inventaire est long mais très parlant ( pour qui veut entendre) !
    On a perdu le sens collectif , on croit qu’on peut se débrouiller chacun dans son coin mais de plus en plus on réalise que c’est impossible , que le ciel nous tombe tout simplement sur la tête ! Alors on se berce comme on peut avec des mots , on se rassure en se donnant une chapelle à défendre , un parti , une église , une asso , que sais-je , mais c’est pire , on est de plus en plus inquiets pour l’avenir !
    Alors quoi faire ?
    D’abord arrêter d’être hypocrite , ensuite cesser de se balancer des évidences -qui ne le sont que de nom -à la tête , et puis réfléchir un peu comment changer le cours des choses .
    La violence ? Elle est récupérée , on en a la preuve , par ceux qui n’attendent que ça , la répression c’est leur fond de commerce .
    La discussion ? Avec qui ? les traders ou les banques ? Ils n’en ont rien à faire de nos « états d’âmes » , ils sont à la recherche perpétuelle du pigeon à plumer !
    Les patrons , les petits , artisans ou PME.. peut-être ,( la main d’oeuvre est leur principale source de revenu ) , ils sont souvent dans la même galère que nous .
    Les syndicats , les partis ? Oui , je le pense encore malgré tout , c’est peut-être là ma contradiction avec Corinne , car je ne pense pas qu’ils soient tous pourris.
    J’ai été élu municipal ( de gauche ) dans une municipalité de droite , conservatrice et réac . Il y a des jours où je me suis senti bien seul , et ceux de mon camp qui me faisaient le plus de reproches étaient les mêmes qui restaient bien peinards au chaud en comptant les coups .
    Par contre , comme tout bon français qui se respecte , ils profitaient sans broncher des avancées arrachées avec mille peine et presque au péril de notre vie de famille !!
    C’est celà qu’on a oublié . Ce qu’on a , ce sont nos aînés qui l’ont arraché , mais ils étaient solidaires !
    Il y a donc un énorme boulot à faire , à condition de s’y mettre tous et de ne pas attendre l’homme ( ou la femme) providentiel(le) .!
    S’y mettre tous , le plus possible et dans tous les domaines , c’est je le pense , le seul contre-pouvoir efficace à une dictature qui ne dit pas son nom !
    Dans des pays beaucoup plus mal en point que le notre , ils ont réussi ( quelquefois au péril de leur vie , il faut le reconnaitre ) à faire plier les dictatures les plus féroces . Serions-nous plus pleutres qu’eux ? …
    Je ne pense pas non plus que le PS soit à côté de la plaque . Mais il est à notre image , complètement démuni devant un tel pouvoir de l’argent . Savoir s’ils l’ont encouragé ou pas ( DSK j’en suis certain) ne fait pas avancer le schmilblik , ce qu’il faut c’est que NOUS poussions tous ensemble pour qu’enfin PERSONNE ne soit oublié !
    Je ne sais pas si j’ai raison , mais personnellement c’est ce que je fais .
    Amicalement

Les commentaires sont fermés.