Couple : la différence d’âge est-elle subversive ?


Marianne2 a publié un billet de l’un de ses blogueurs associés, Jean-Paul Brighelli intitulé « Bélard et Loïse, la différence d’âge est-elle obscène ? ».

L’auteur s’indigne du boycott quasi-général de la critique littéraire à l’encontre d’un livre (que je n’ai pas lu) de Jean Guerreschi, « Bélard et Eloïse« , qui relate, dixit Brighelli, « les amours violentes d’un vieux prof de fac et d’une jeune étudiante. Quasi vieillard, vraiment jeunette. » Il s’étonne : « Le plus étrange, c’est qu’un tel roman fasse aujourd’hui scandale. »

Malheureusement, il se trompe. Les couples avec quelques dizaines d’années d’écart pullulent. Le Nouvel Obs en a fait un « dossier » de l’été, dans l’un de ses marronniers estivaux censés nous reposer l’esprit. ARTE a diffusé un doc sur le « démon de midi » qui frapperaient nombre de quinqua. Il y a 1000 ans, 500 ans ou 200 ans, les couples ainsi décalés étaient même quasiment la norme dans les belles familles qui procédaient à ses mariages improbables pour protéger leurs fortunes ou satisfaire la libido de quelques vieux aristos. J’inciterai Brighelli à relire la Princesse de Montpensier ou, à défaut, d’aller voir le film éponyme de Bertrand Tavernier qui sort en salles dans quelques semaines.

Je me souviens avoir expliqué à ma fille, encore très jeune, que si elle ramenait un amant de plus de 10 ans son aîné, il y avait fort à parier que je défenestre ce dernier, ou que je l’enterre dans le jardin.

Le bouquin de Guerreschi, qui est peut-être un bel ouvrage littéraire, n’a rien de choquant, bien au contraire. Il est triste comme une tare qui se reproduit de siècle en siècle, de générations en générations.

3 réflexions sur « Couple : la différence d’âge est-elle subversive ? »

  1. Mais…mais…mais…
    Quand tu évoques les siècles passés, tu parles d’arrangements conjugaux, de mariage de raison ou d’argent…Pas d’amour…

    Quand l’amour est là, peu importe que ce soit entre un vieil homme et une jeune fille, une vieille femme et un jeune homme (les fameux « cougars » des journaux d’été, s’il s’agit bien d’amour et non pas de gigolo et de vieille héritière…), une vieille femme et une jeune femme, un vieil homme et un jeune homme…

    Quand il s’agit d’amour, on se fiche complétement de ce genre de détails que sont l’âge, le sexe ou le physique…

    Mais évidemment, ce qui peut poser problème, c’est l’influence que peut exercer une personne plus âgée sur un jeune esprit…Et là, on ne sait plus tellement comment différencier l’amour des intérêts qui peuvent être malsains…C’est sans doute cela qui choque.

  2. Oui, mais comment peut-on aimer un homme presque vieillard parfois. Cela semble difficile. <Quand on voit Besson avec cette jeunette de 24ans, c'est dommage quand même pour elle. On se demande, en dehors soit de l'argent ou de la positions sociale de l'homme, si une jeune femme aimerait vivre avec un homme déjà avancé dans l'âge.

  3. Quand il s’agit de l’amour, on se moque effectivement de tout cela. mais j’ai peine à croire en l’amour véritable, désintéressé et équilibré avec quelques paires de dizaines d’années d’écart. Je te l’accorde, ce n’est qu’une croyance personnelle… 🙂

Les commentaires sont fermés.