L’antisarkozysme « réfléchi »


Il y a trois ans et demi, la quasi-totalité des médias célébraient l’élection de Nicolas Sarkozy. Assez rapidement, la quasi-totalité des médias s’est affichée anti-sarkozyste. Puis une nouvelle séquence s’est ouverte, avec des commentaires peu amènes contre l’antisarkozysme jugé primaire par certains. Comme souvent, les éditorialistes politiques professionnels ont eu quelques peines à comprendre que l’antisarkozysme est protéiforme et de plus en plus réfléchi.

La première critique contre Nicolas Sarkozy vise à dénoncer l’immobilisme agité du Monarque élyséen, la confusion fréquente des discours et des actes. Sarkozy parle souvent mais agit peu. Confondre réformes et incantations est un travers dans lequel tous les médias, ou presque, sont un jour tombés… Et souvent avec l’appui de l’opposition.Il faut du temps pour mesurer ce décalage permanent entre le discours et les actes.

La seconde critique concerne les promesses non tenues : il s’agit de s’adresser aux 53% de votants au second tour de l’élection présidentielle de 2007 qui ont donné leur suffrage au maire de Neuilly-sur-Seine. Sarkozy avait promis des lendemains qui chantent, comme d’autres candidats avant lui. Mais, souvent, il n’a pas appliqué son propre programme : aux électeurs indécis, anciennement plutôt portés à gauche, qui furent séduits par la revalorisation du travail, la primeur accordée aux droits de l’homme dans la diplomatie, l’équilibre des pouvoirs et la République irréprochable, il faut rappeler les statistiques truquées de Pôle emploi, les embrassades « commerciales » avec tous les dictateurs de la planète, les manipulations contre la justice.

La troisième critique porte sur la vraie rupture sarkozyenne : sur quelques sujets, rares, Sarkozy a véritablement agi : en matière de lutte contre la délinquance et d’immigration, il a fait passer des lois en cascade… et s’est planté. Nous avons la honte et la nausée, sans les résultats ni l’efficacité. Cette incompétence évidente alliée avec une rupture éthique et anti-républicaine est un autre aspect, le plus évident, de l’action présidentielle depuis 2007.

A ces trois facettes de la critique contre Sarkozy, s’ajoutent les attaques contre l’homme lui-même. La doctrine de ce blog est relativement simple : Sarkozy adore exposer sa vie privée, et depuis longtemps : épouse, goûts, sentiments, tout y passe. Cette exposition narcissique permanente a un corollaire qu’il doit assumer : la critique.

Publicités

14 réflexions sur « L’antisarkozysme « réfléchi » »

  1. Il y aurait donc un anti-sarkozysme irréfléchi ?
    Personnellement je dois faire partie de ceux là , de ceux qui n’en peuvent plus de tous ses mensonges , ses tics , ses simmagrées , ses talonnetes , ses ray ban , ses rollex , sa carla , son bronzage , ses tics de langage , ses vérités toutes faites à l’usage de Français débiles , ses affirmations qui n’arrangent que lui et ses petits copains , sa haine qui transpire sur son visage cireux , ses stigmatisations perpétuelles des roms , des immigrés , des jeunes , des vieux , des malades , des profs , des chômeurs , de ceux qui se lèvent tard , et j’en passe ….
    Pas besoin d’être un grand analyste pour voir sur son visage , à travers ses tics et son comportement ,un narcissisme incroyable , une haine de tout ce qui ne lui ressemble pas , de tout ce qui ne lui obéit pas , de tout ce qui résiste , un mépris total pour le peuple qui l’a élu . Il se croit « seul maître après dieu » , d’où ses visites au vatican ( plus près de toi mon dieu) .
    Si c’est pas du sarkozysme primaire ça ??
    Mais je m’en fous , car les haut-le coeur me prennent chaque fois que j’essaie de décortiquer toutes ces petites « crottes » au lever du roi tellement l’odeur y est pestilentielle.
    Et je te remercie , Juan , pour ton courage qui consiste à le faire pour nous . Merci encore.

  2. Sarkozy? Depuis qu’il occupe l’arène politique je ne l’ai jamais blairé. Ce que je lui reproche? Sa suffisance, sa condescendance et ses mensonges. Pierre Mauroy a bien résumé ma pensée (cf.dernier n° canard enchaîné): « il n’est pas un personnage qui aurait dû être élevé au niveau de président de la République ».
    Physiquement il n’a aucune classe naturelle et sur le plan des idées il est habité par les idées les plus noires et est capable de tout. Diviser les français pour durer au pouvoir ce n’est pas la vocation d’un chef d’Etat et pourtant il le fait sans vergogne avec délectation quitte à casser la société .
    J’aurai beaucoup à dire pour expliquer mon aversion qui frise la haine. Oui, c’est malheureux à dire mais c’est le 1ère fois que j’éprouve un tel sentiment pour un homme politique. Je ne me l’explique pas . Dans mon entourage c’est pareil. Cet homme semble être l’incarnation du mal tant il est antipathique. Le fait qu’il ait pu réunir 53 % des français sur son nom restera pour moi toujours un mystère insondable.
    Je terminerai ma prose en disant merci à Juan pour ses analyses que je lis toujours avec intérêt.

  3. Juan,
    j’attends avec impatience le bilan de la semaine en Sarkofrance: je ne l’ai pas vu sur Marianne, ni sur Wikio, ni sur Betepolitique.
    Excellent article ci-dessus: tout est dit.
    Merci Juan de nous régaler ainsi.
    domingo

  4. Antisarkoziste primaire revendiqué et de la premère heure de surcroît, comme mon père qui haïssait Hitler à ses tous débuts (oui je sais, on me l’a dit ét répéter, comparer Hitler qui a fait ses preuves, à Sarko qui voudrait tant pouvoir, c’est pas bien, na!), je me contente de jouer les miroirs en lui tendant de manière « réfléchie » pour se mire bien sans les éternelles concessions journalistiques de ses larbins aux ordres. D’autant que dans son cas : »Les miroirs feraient bien de réfléchir avant de renvoyer les images » tant le miroir est parfois cruel en balançant une vérite sans fard, pour apparaître aussi criante que le dessin de sa veulerie de bourgeois surgit de manière implaccable dans ledit psyché. Il hait ce que je représente ? J’en ai au moins autant à son encontre et à celui de ses semblables. Il est aussi affreux et petit dehors que dedans, est-ce ma faute à moi ? Que ceux qui ne sont pas encore anti sarko se soignent sans attendre. ARAMIS

  5. NS a gagné grâce aux promesses segmentées qui bout à bout ont donné l’illusion qu’il s’adressait à tous les français.
    Ce qui est lamentable c’est que la presse n’a pas fait son travail d’explications et d’investigations pour chercher la vérité et éclairer les français, de fait ils ont été complices.

  6. Bravo à « coup de grisou » d’avoir si bien exprimé ce que je ressens : un dégoût profond …
    Et merci Juan pour vos articles !

  7. N. Sarkosy nous fait participer à un jeu vidéo où
    de nombreux personnage (dont lui-même et ds opposition comprise – Solférino -) n’ont plus d’âme politique.

    Ce qui est dit n’est plus vrai ou faux, aucune importance, c’est pour marquer des points.

    J’ai bien l’impression que beaucoup de « soldats » médias mis en rang ces derniers mois savent très bien « mitrailler » ou « se courber » sur commande de ces personnages artificiels.

    Si l’un de ses personnages gagne, c’est une nouvelle partie imposée pour 5 ans, enfermé dans la machine,
    (Made in USA datant de Bush)

    Horreur que ces « visiteurs », Dieu fasse
    qu’un homme (ou mieux) une femme …wabadabada….
    gagne.

  8. effectivement, merci à tous d’exprimer ce que, comme beaucoup, je ressens.
    je complète juste que, un de ces jours, c’est mon verre ou mon cendrier que je vais balancer dans la tv quand il va apparaitre à l’écran…….
    JE N’EN PEUX PLUS DE LE VOIR DE PARTOUT, CE NAZE!!!!!!!!!!

Les commentaires sont fermés.