La France est-elle finie ?


Le prochain livre de Jean-Pierre Chevènement sortira le 5 janvier 2011, et voici qu’on livre sa jaquette en avant-première sur le Net.

Je me souviens de 1990, et d’un autre ouvrage. Chevènement venait de quitter le gouvernement avec fracas, par opposition à la première guerre du Golfe. Pendant quelques mois, je fus chevènementiste. En 2002, j’en ai beaucoup voulu à Chevènement qui s’était cru un destin national et providentiel. Je lui en ai voulu au moins autant qu’à l’austère social-démocrate Jospin qui se fracassa le 21 avril. Mais Chevènement incarne une voix, à gauche, qui n’oublie pas la force de l’Etat, le respect de la loi, l’exigence républicaine contre les mains libres du marché et de la rente. Son souverainisme national m’agace, son absence de souci écolo également.

J’attends ce livre, donc, avec impatience. Le titre est accrocheur. Oui, la France est sans doute finie, en tant qu’Etat, pas en tant que nation. Et ce n’est pas grave.

L’avenir de la France s’appelle l’Europe.

Publicités

10 réflexions sur « La France est-elle finie ? »

  1. L’Europe fut une merveilleuse idée, l’Europe est devenue un monstre, un Moloch qui va tout détruire, déchirer.
    Il n’y a pas de bonne solution, sortir de l’Europe risque de nous tuer, l’Europe va nous tuer.
    A nous de choisir notre mort !

  2. La France doit évoluer radicalement pour garder sa place en Europe et dans le monde. C’est pourquoi je soutiens l’idée d’Arnaud Montebourg d’une VI ème république. Son livre_programme : « des idées et des rêves » est à lire absolument pour pouvoir en discuter ensuite : il est devenu un incontournable. 100 propositions qui forment une vraie chance !

  3. La France en a connu bien d’autres et je sais la savoir disposer d’un fond de peuple réel apte à remettre les compteurs à zéro afin de chasser le système défaillant. Tel que c’est parti là, cette salutaire révolte qui aurait s’exprimer depuis au moins le milieu des années 90 (la fameuse racture sociale), n’a été qu’un simple pétard mouillé, faute de détermination des centrales syndicales et des partis dits de gauche un peu trop embourgeoisés à mon goût (je faisais grève en 95 et j’étais secrétaire de cellule PFC en milieu rural), pour pouvoir réactiver ce « populo » à moitié endormi et bouffé tant par la société de consomation infatilisante que tétanisé individuellement, à l’idée de finir dans les minimas sociaux exposés en vitrine à gueux. L’acpect gravissime semble cette fois atteind et ceux qui se tenaient pananrds pour « éviter » lesdits minimas, y sont de toute façon en majorité. Dans ce fond de France-là, bouillonne cette fameuse colère de moins en moins sourde datant de 15 ans. L’arrivée en masse de l’internet ne fait que booster ce mécontentement légitime qui s’exprime avec de moins en moins de difficulté, et ne suffit que d’une bonne allumette de vraie gauche, du genre Mélanchon, pour que cristaliser à gauche ladite colère, virer les arnaquers de cette droite néopétainiste et lui demander enfin des comptes. La France est seulement en attente de renouveau à gauche et c’est en train de se préparer. ARAMIS

  4. Je cite
    « La France est seulement en attente de renouveau à gauche et c’est en train de se préparer ».

    C’est ce qu’on pensait en 2001, c’est aussi ce que des naïfs ont cru en 2007. Le fait est que le PS n’ à aucune proposition vraiment novatrice et révolutionnaire à faire et qu’il est hégémonique à gauche. Il est aussi notoire que ce parti n’a que pour ambition la fameuse alternance que pour le reste ils ne différent pas de l’UMP par exemple.

  5. N’oublions pas non plus que la France est un pays réactionnaire par tradition et que la gauche a très peu gouverné. Je ne vois pas pourquoi cela changerait. Il faut cesser d’espérer et cesser de croire en l’homme providentiel.

  6. La France risque de disparaître de ma carte d’identité Il se prenait pour un poète… pour un prophète…je ne sais plus ! Il m’a enlevé, enfermé et m’a ordonné de me déshabiller. Comme j’étais indisposée, j’avais mes règles, il s’est jeté sur moi… Il a arraché mon pantalon, déchiré ma chemise. Avec un couteau il a coupé en deux mon soutien gorge, m’a entaillé les seins et barbouillé mon visage avec le sang qui coulait. Puis il a déchiqueté ma petite culotte avec ses dents, l’a mâchée puis avalée. Il ne cherchait qu’à m’humilier, à me faire cracher une vérité que j’étais incapable de lui révéler. L’obscène ! Probablement la sienne… Il voulait me dissoudre dans le souffre de sa souffrance, m’infliger la pire des peines qu’on puisse infliger à une personne humaine : lui donner la mort parce qu’elle n’est pas foutue d’être immortelle. Puis il a pris un pieu, me l’a enfoncé dans le bas ventre et s’est mis à donner de petits coups avec un marteau comme pour me sculpter de l’intérieur… Et de plus en plus fort. Et de plus en plus vite… La douleur était si forte que j’ai fini par perdre connaissance… Lorsque je me suis réveillée à l’hôpital le médecin m’a dit que mon bourreau n’était autre que moi-même.
    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%20de%20souffrance

  7. C´est grâce à la France que l´Europe est vivant promettant et
    courageux.
    Pas mal de courage demandé pour dire non au pouvoir
    sans penser aux dépenses parce qu´il y a des principes qui doivent rester cher à défendre.
    Je suis en bonne compagnie avec mon admiration portée à la France hors de la frontière pour les manifs cet automne.
    Nous avons besoin d´une France qui ne cesse inspirer
    tout l´Europe en attente de renouveau à gauche oui.

  8. Non vraiment la part de l’état en France a été depuis 2007 rapetissée. L’ « autorité » s’est rapetassée à l’élysée au chiffonnage d’un marchand de potions bidons mentant comme un arracheur de dent.

    Les ministères sont minimisés.

    Par exemple pour lutter sans attendre passivement contre le chômage ou investir dans les technologies d’avenir plus d’autorité de l’état est nécessaire
    pour remuer les grandes entreprises et les impliquer
    plus précisément et plus justement par retour puisqu’aussi bien elles reçoivent trés souvent des gros avantages de l’état.

    Si les états sont trop faibles comme en France,
    cela risque au contraire de retarder l’émergence
    d’une plus forte autorité Européenne.

    Jai, je ne pense pas que le PS n’a pas de propositions
    novatrices à faire, contrairement à ce que l’on nous baratine, mais c’est bel et bien sa direction Solférino , non représentative des sympathisants, qui s’est encroûtée définitivement semble-t-il dans des comportements politiques de margoulins et de flambeurs tricheurs qui s’ils sont un petit peu moins répréhensibles sur le plan Fric, sont tout à fait comparables pour le reste à ceux de la droite Sarkozienne qui a déteint sur elle (la Direction Solférino).

Les commentaires sont fermés.