La révolution de Jasmin sera-t-elle un Printemps de Prague ?


En 1968, la révolution antisoviétique en Tchécoslovaquie, baptisée le Printemps de Prague, avait commencé par une immolation, suscité un espoir immense, et échoué après l’intervention militaire du « Grand Frère » russe. En 2010, la Tunisie a fait basculé son dictateur, aucun « Grand Frère » voisin n’est là pour intervenir militairement (à l’exception de funestes agences de notation mondialisées), et la révolution de Jasmin semble contagieuse.

Ce qui se passe en Egypte est formidable et dangereux. Formidable car si un second pays de la région basculait à son tour, l’espoir serait immense. Dangereux car rien n’est gagné. L’argument islamiste a beau jeu. C’est un risque. Mais comment ne pas applaudir, comment ne pas encourager ses mouvements populaires ?

La Sarkofrance, échaudée par l’affaire tunisienne, s’est timidement mais rapidement exprimée : elle « déplore » les morts lors de manifestations en Egypte, a déclaré sur RTL la ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, en rappelant la politique française visant à appeler « à plus de démocratie dans tous les Etats« .

En France, les socialistes se sont pris d’une soudaine envie de ménage au sein de l’Internationale Socialiste. Je sais bien que cette organisation n’a qu’un rôle limité et un intérêt proche de zéro. Mais que diable ! Pourquoi s’embarrasser de ces symboles d’un autre siècle qui impose un voisinage détestable ?

Publicités

5 réflexions sur « La révolution de Jasmin sera-t-elle un Printemps de Prague ? »

  1. Les représentants du gouvernement français réclamant plus de démocratie dans ces pays , c’est un peu le chaudron qui appelle la marmite « cul noir » !
    Ce qui est très important et très encourageant dans la révolution tunisienne c’est qu’il y a pratiquement autant de femmes que d’hommes dans la rue ! C’est donc le meilleur rempart contre « l’islamisation » de la Tunisie et non pas ce pouvoir cinique et brutal de ce voleur de Ben Ali comme auraient sans doute aimé nous présenter Sarkozy et son fan club !
    Par contre , pour l’Egypte , pour l’instant en tous cas , celà ne semble pas être le même cas de figure . On voit surtout des hommes dans la rue et même ces fameux « barbus » essayant de récupérer le mouvement des autres .
    Mais qui peut juger de la force du peuple égyptien et de sa capacité à se révolter contre ce pouvoir sans partage , contre cette dictature de plus de 30 ans ?
    Surtout pas ceux qui l’ont aidée , encensée , louée , adulée et qui se sont faits les alliés de ces despotes . Les masques tombent , les « conflits d’intérêts » politiques se dévoilent , à droite comme à gauche d’ailleurs .
    Pendant qu’ici , dans nos soi-disant démocraties , on se demande quel nouvel Ipod on va bien pouvoir s’acheter et que beaucoup s’apprêtent à élire la représentante d’un parti aux idées répugnantes de racisme et de xénophobie , il y a des peuples qui se battent pour virer leur dictateur et tout simplement pour vivre mieux … et dans la dignité . Bravo et Merci au peuple tunisien .

  2. Oubli : « On voit surtout des hommes dans la rue .. » mais ne fait-on pas dire aux images ce qu’on veut surtout quand elles dérangent ?

  3. OH peuple TUNISIEN ON EST TOUS FIERS DE VOUS ET ON ESPÈRE QUE TOUS LES AUTRES PEUPLES SUIVRONT VOTRE CHEMIN

  4. Il ne faut pas oublier que la chute rapide de Ben Ali n’ a été possible que parce que le patron de l’armée a refusé de faire tirer sur les manifestants ce qui ne sera pas le cas de l’ Egypte.

Les commentaires sont fermés.