Sarkozy est aveugle

Juste dans une publicité, comme d’autres personnalités. La Fédération des aveugles de France (FAF) a choisi de retoucher 12 photos d’actualité pour son calendrier 2011 et « pousser un coup de gueule« . Sarkozy y apparaît aveugle aux côtés de Carla Bruni. L’antisarkozyste que je suis se félicite de ce maquillage, pas si absurde que cela. On croirait un tract publicitaire. DSK est aussi figuré en lunettes noires.

L’homme du FMI devrait réfléchir aux déclarations de son fidèle Cambadélis, ce lundi 24 janvier. « A gauche, la machine à perdre est de retour!«  Le député socialiste est inquiet. Les attaques en « gauchitude » de Mélenchon l’agacent. Les candidatures multiples l’inquiètent, dans l’opposition. Mais que faut-il espérer ? Chacun ferme sa gueule et on attend le messie du FMI ? En 2006, le même Camba s’indignait avec d’autres de la domination sondagière de Ségolène Royal. Aujourd’hui, aucun candidat ne se dégage (même pas le sien), et… ça le révolte.

« Non seulement Jean-Luc Mélenchon fait de la défaite du PS un choix stratégique.

Non seulement les écologistes avec Nicolas Hulot s’éloignent d’un pacte à gauche.

Non seulement nous sommes à dix candidats aux primaires socialistes, avec comme conséquence un brouhaha bavard.

Non seulement les candidatures se multiplient à gauche, bonjour le deuxième tour s’il y en a un !

Non seulement Ségolène Royal mine le respect du calendrier pour mieux sous-entendre que Martine Aubry ou DSK n’ont pas d’appétit, démontrant s’il en était besoin qu’elle ira jusqu’au bout.

Mais les sondages hors normes préparent des baisses déstabilisatrices, et instillent les affres de la division.

La cote d’alerte est atteinte !

La gauche, sûre d’elle, mine consciencieusement la victoire, enivrée par des sondages irréels. »

Publicités

Marine Le Pen : bidonnages et compromissions

La blonde présidente du Front National s’invente des citations de Jean Jaurès.

«A celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien, disait Jaurès en son temps, lui aussi trahi par la gauche du FMI»

Sans blague.

La nouvelle patronne du FN a des progrès à faire. Elle a placé son compagnon, Louis Aliot à l’une des vices-présidents du parti, en charge du projet. Ce népotisme quasi-familial, après une succession père/fille brillamment orchestrée, ne surprend personne à l’extrême droite. Ceux-là même qui dénoncent les collusions et conflits d’intérêts sont les premiers à s’affranchir de ces critiques quand il s’agit de leur propre camp.

Sur la révolution tunisienne, le silence frontiste face au mouvement démocratique est tout aussi incroyable. Pour une fois, les Le Pen furent au diapason de l’intelligentsia française. Leur indulgence avec la dictature Ben Ali devrait en interpeller plus d’un. Marine Le Pen n’eut rien d’autre à dire que de craindre une poussée de l’islamisme, l’argument Bushien par excellence que Nicolas Sarkozy nous sert depuis 2007.

La fachosphère voulait tricher

Depuis quelques heures, une micro-polémique agite une fraction de la blogosphère (dont je fais partie). Un site « classé proche du FN » a tenté de s’emparer de la première place du classement Wikio des blogs politiques à l’aide de quelques robots 2.0. Une jolie triche que le site en question, françoisdesouche, n’explique pas.

L’entrisme est une jolie pratique que l’extrême droite aime, comme d’autres, pratiquer. La triche, c’est autre chose. Peut-être que Wikio a été surpris par la machine. Ce site est relayé automatiquement par de multiples comptes. D’autres, comme votre serviteur, le sont également. Mais ces relis automatiques, par des sites agrégateurs, ne sont pas pris en compte par Wikio en temps normal.

Françoisdesouche en fascine certains comme Marine Le Pen peut agiter les commentateurs politiques. Leurs auteurs n’écrivent pourtant pas grand chose d’original. Sous couvert d’un habillage « souchien » et « personnel« , ils pompent et relayent toutes sortes d’informations avec un objectif unique : démontrer que la France, la vraie, la pure, est en danger.

On ne touche pas à la première place de l’ami Nicolas.

Même moi, je ne m’y suis jamais risqué.

Le révolution fiscale que nous attendons

Libération a fait un excellent travail en exposant, en « une« , vendredi 21 janvier, les travaux de Thomas Pikety , Camille Landais et Emmanuel Saez, « Pour une révolution fiscale« , publié dans la collection La République des Idées, au Seuil. Le Nouvel Obs en publiait les bonnes feuilles dans son édition de la veille. L’ouvrage semble réjouissant, à plus d’un titre, pour celles et ceux qui défendent la simple idée que la solidarité nationale se mesure d’abord à l’aune de la fiscalité et de la juste répartition de l’effort.

Les auteurs, aidés de Guillaume Saint-Jacques, ont également mis en ligne un site internet, http://www.revolution-fiscale.fr/, afin que chacun mesure l’impact d’une modification de l’imposition.

L’injustice du système fiscal actuel ? Les auteurs commentent : « Notre système fiscal est complexe et peu transparent. Il est truffé de niches fiscales et de règles dérogatoires. Et surtout il est profondément injuste. » Notre fiscalité n’est plus progressive (plus on gagne, plus on contribue), mais régressive (les riches s’en sortent mieux). Les classes moyennes supportent l’essentiel de l’effort. Le cumul fiscal (cotisations sociales, impôts sur le revenu ou le patrimoine, fiscalité indirecte) est devenu injuste au fur et à mesure de la multiplication des niches et dérogations. L’outil est amusant, instructif, terrifiant.

Lutter contre l’opacité de la fiscalité est un enjeu politique majeur. A droite, on explique que les prélèvements obligatoires sont trop élevés. On évacue bien facilement la question de la répartition, et donc des leviers disponibles pour remédier à nos problèmes de financement.

Les auteurs proposent de remplacer « l’actuel impôt sur le revenu (IRPP, avec tranches de taux marginaux allant de 5.5% à 41%), la CSG pesant sur tous les revenus à 7.5% ou 8.2%, la CRDS à 0.5%, le prélèvement libératoire et l’impôt proportionnel sur les plus- values à 18%, la prime pour l’emploi, et le bouclier fiscal » par un impôt unique et progressif, s’appliquant à tous les revenus (salaire, revenu d’activité non salarié, retraite, chômage, revenus du capital, y compris les plus values) et prélevé à la source, c’est-à-dire par l’employeur.

La simplification de la fiscalité soulage également les agents des impôts, moins occupés à chasser la fraude qu’à collecter et analyser les données.

Le pavé est jeté dans la marre. Le débat peut démarrer. Même à gauche, on pourra critiquer, amender, améliorer les propositions. Mais une première étape est franchie.

Merci.

 

 

L’immolation par le feu et la Révolution

En février 1991, j’étais parti à Prague, en voiture, avec 3 ami(e)s. Le mur de Berlin était tombé depuis 3 mois. La Tchécoslovaquie s’était comme d’autres Ex-républiques « socialistes » libérée de sa tutelle soviétique. De retour à Paris, j’avais rencontré un Tchèque, Jan, accueilli dans mon école de commerce de l’époque. Jan me parla d’un autre Jan, Jan Palach. J’avais vu à Prague, lors de mon court voyage, les bougies et messages déposés en bas de l’avenue principale de la ville. En 1969, Jan Palach s’était immolé par le feu pour protester contre l’intervention soviétique après le printemps de Prague. En 1989, Jan Palach était à nouveau l’icône de la Révolution, cette fois-ci de velours.

En Tunisie, le renversement de Ben Ali a également commencé par une immolation, celle d’un jeune chômeur à Sidi Bouzid. Une seconde immolation, début janvier, frappa tout autant les esprits. En Algérie, trois personnes se sont également immolées ces derniers jours.

La démarche est terrifiante. Le suicide est une chose, l’immolation en est une version extrême.

En France, un gamin s’est immolé à cause du divorce de ses parents, ou ses difficultés scolaires, paraît-il. Geste incroyable.

Pourquoi je devrais voter Sarkozy en 2012

Voter Sarkozy ? Vous plaisantez, non ?

Telles que les choses se présentent, s’annoncent, se devinent, cette curieuse hypothèse n’est pas stupide. A en croire les sondages, la perspective terrifiante d’un second tour opposant Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen me paraît de plus en plus évidente.

Le socle électoral de Nicolas Sarkozy au premier tour oscille autour de 27 à 30% des suffrages. Conclusion : il est qualifié pour le second. Les commentaires sur son absence de réserve de voix sont inopérants et inutiles.

Le socle électoral du candidat socialiste, quelqu’il/elle soit, est sur une fourchette bien plus large : 20 à 30%. C’est fragile. Ca ressemble à du Jospin en 2001.

Reste Marine Le Pen, déjà à 18% chez certains. Marine ne grappille rien à Sarkozy. Elle grappille ailleurs. C’est dur à entendre, impossible à comprendre. Elle peut même rester stable. D’autres se chargeront de la placer au second tour.

Si le 21 avril 2012 Sarkozy et Le Pen se qualifient, je ne voterai pas. Ni pour l’un, ni pour l’autre. Le réflexe républicain sera rompu.

Adieu.