Journalistes manipulés


Contrairement à 1991 ou 2003 pendant les deux guerres du Golfe, de nombreux journalistes sont vraiment sur le terrain en Libye : à tripoli, encadrés par les forces gouvernementales; à Benghazi ou auprès des rebelles. C’est sans doute la première fois depuis longtemps qu’une couverture médiatique d’un tel conflit est aussi exhaustive.

Comme en 1991 ou en 2003 pendant les deux guerres du Golfe, quelques journalistes se sont « embarqués » dans les forces armées pour « suivre » au plus près l’intervention militaires en Libye. On les voit à la télévision, on les lit dans une certaine presse. Leurs témoignages n’a pas grand intérêt. « Feu sur la Libye ! » titrait le Figaro Magazine. Quelle information ! Quand ces journalistes auront compris que l’information ne vaut que libre, qu’à défaut elle se transforme en publi-reportage, la cause médiatique aura progressé. Nous n’y sommes pas.

Publicités

3 réflexions sur « Journalistes manipulés »

  1. Presse consensuelle et conventionnelle = courbettes et ronds de jambe au service des seuls intérêts des puissants. Nous y sommes. La liberté de dire la vérité s’use quand on en s’en sert pas. ARAMIS

  2. Salut Juan, va lire le reportage de France24 (extrait) :
    « Allo ? Tu m’entends ? Je suis touché… ! »
    C’est la voix de Jean-Marie Lemaire, reporter de FRANCE 24. J’ai décroché le téléphone il y a trois secondes, c’est déjà l’un des pires coups de fil de ma vie. Des rafales de tirs, des balles qui sifflent très près du téléphone. Et puis la voix qui reprend :
    « Les deux mecs à côté de moi sont morts. Il en reste un derrière la mitrailleuse. Mais on ne va pas durer longtemps… Je suis touché à la jambe, j’ai perdu beaucoup de sang. Ils se rapprochent ». (…)
    NDLR : Jean-Marie Lemaire a failli perdre une jambe. Il est soigné à l’hôpital militaire de Percy à Clamart et se porte bien.
    http://www.france24.com/fr/20110325-reporter-libye-brega-rebelles-kadhafi-jean-marie-lemaire-insurection-onu-france24

    C’est un peu facile de critiquer les journalistes… certains risquent leur vie, et la perdent. Respect pour eux.

    1. Salut Rimbus, mais je ne critique pas les journalistes. Je critique certains aveuglés. Je suis trop journaliste pour critiquer des potentiels confrères…

Les commentaires sont fermés.