Marine Le Pen et son parrain proxénète


L’information date d’il y a quelques semaines déjà. Mais elle mérite qu’on s’y attarde. Marine Le Pen a toujours aimé donner des leçons de morale aux autres. Elle se sert utilement d’anecdotes personnelles de ses adversaires pour mieux abaisser, tacler, attaquer. A l’automne 2009, Frédéric Mitterrand, ministre de la Curlture depuis à peine 6 mois, en fit les frais quand la future présidente du FN lança l’attaque en exhibant quelques extraits d’un ouvrage vieux d’une dizaine d’années pour mieux accuser le ministre de tourisme sexuel. Plus récemment, elle a brandi une photo privée du nouvel ambassadeur de France à Tunis, un jeune requin maladroit qui avait oublié de purgé son compte Facebook.

Pour Marine Le Pen donc, tous les coups sont permis.

Guy Konopnicki, dans la dernière édition papier de Marianne, détaille la carrière de Monsieur Eric, Henri Botey de son vrai nom, 77 ans et proxénète notoire de mon ancien quartier de Pigalle, côté 9ème arrondissement. Accessoirement grand ami de la famille Le Pen au point d’être le parrain de la fille Marine à sa naissance en 1969. Le blogueur Georges Moréas revient sur son arrestation : « le fait d’apprendre aujourd’hui qu’il a tenu Marine Le Pen sur les fonts baptismaux a dû en faire sourire plus d’un : d’anciens truands, d’anciens policiers, et surtout de très actuels politiciens qui en ont sans doute marre de voir la dame s’envoler dans les sondages… »

La campagne commence.

26 réflexions sur « Marine Le Pen et son parrain proxénète »

  1. C’est le côté sarkozisme du FN : « faites ce que je dis, mais surtout pas ce que je me permet de faire… » Elle est donc née en 69 la fifille du borgne cimentier ? Tu parles d’une année érotique. ARAMIS

    1. Evidemment non. Mais Marine Le Pen aime, comme son père, critiquer ses opposants autant sur ce qu’ils sont que sur ce qu’ils font.

  2. Malgré, le vert de gris qui leur sied mieux, c’est un parti qui veut laver plus blanc que blanc.

  3. Il n’y a bien que l’église qui ne réclame un extrait de casier judiciaire vierge. Et pourtant, quand la coutume veut que le parrain puisse remplacer les parents en cas de « défaillance » de ceux-ci, il serait peut-être bon qu’elle regarde d’un peu plus près qui est qui. D’autant que dans ces années là elle était encore sévère pour exiger des pratiques cultuelles régulières.
    Personnellement, je n’ai jamais fait baptiser mes enfants et mes petits-enfants non plus, alors…

  4. Selon un sondage de l’IFOP la présidente du Front National recueillerait 36% des suffrages… Alors que DSK se place second avec 17% et Nicolas Sarkozy troisième avec 15%. On trouve ensuite Nicolas Hulot (9%) et Jean Louis Borloo (9%)… Ceux qui sont censé représenter la classe ouvrière font un score minuscule … 2% pour Jean-Luc Mélenchon du Front de Gauche, 1% pour Olivier Besancenot du Nouveau parti anticapitaliste, 1% pour Nathalie Arthaud de Lutte ouvrière…. alors vous allez faire la révolution avec les Bourgeois, et vous croyez changer le vote des français avec un parrain proxénète !!! MDR ! vous avez la mémoire courte et sélective, du n’importe quoi pourvu que ça mousse… mais là ça mousse pas !

    Ni Le Pen, ni Sarkozy, ni DSK… vous voulez qui alors ? Aubry , avec ses 65% de musulmans à Roubaix, avec ses piscines ouvertes spécialement pour les musulmanes et son mari avocat des islamistes, ou alors Besancenot le facteur frappera rien du tout avec ses 2% d’ouvrier qui vont voter pour lui, ou encore le Meluche et ses 1%, le mec qui bave et qui dit qui pleut ? Bayrou et son MODEM, le mec qui module mais qui ne sait pas démoduler ! lol ! ou pourquoi pas le Cohn Bendit ce type qui aime les petites filles !

  5. Pour une fois je suis carrément obligée d’être d’accord avec Didier Goux. Mes dernières expériences personnelles sur la popularité incroyable du proxénétisme me contraignent, non sans un certain désespoir, à l’approuver.

  6. Euterpe, mon vieux, vous filez un mauvais coton, laissez-moi vous le dire ! On commence par être d’accord une fois avec Didier Goux, on se rassure en pensant que c’est un accident, puis ça se produit une seconde fois, puis une troisième… et on se retrouve en moins de deux avec un uniforme de waffen-SS sur le dos !

  7. A bon vous êtes dans la Waffen-SS (en allemand les substantifs prennent une majuscule) ? Je ne savais pas même pas qu’une Waffen-SS oeuvrait souterrainement quelquepart. Ca craint vachement, alors !

  8. Je ne suis pas moi-même dans la Waffen-SS (purée, je le savais, pourtant, le coup des majuscules !), mais mes pouvoirs démoniaques sont immenses…

  9. Oui, oui, la maison est riche ! Et ce que vous ne voyez pas en vitrine, pensez à le réclamer à l’intérieur.

    (Bon, on va peut-être arrêter de squater ici avec nos conneries, non ? Le taulier pourrait finir par le prendre mal…)

  10. Juste un petit détail que le taulier connaît et qui colle bien avec le billet finalement mais j’hésite à vous le dévoiler à vous parce qu’il va vous plonger dans une horreur certaine : je suis une femelle et non un mâle. Une femelle qui cause politique c’est pire que d’avoir des pouvoirs démoniaques, non ?

  11. Une femelle a PAR NATURE des pouvoirs démoniaques : toutes des succubes !

    (Smiley, bon sang ! Pas par les habits, ma mère va gueuler !)

  12. Discussion, discussion : Monsieur est trop bon…

    Disons que Miss Euterpe et moi nous y entendons pour maintenir une bonne ambiance “bac à sable”.

  13. C’est vrai que la discussion est AUTOMATIQUEMENT bac à sable avec une femelle. Mais on est quand même passé des souterrains où s’exerceraient un reliquat de Waffen-SS, à la surface où se trouve un bac à sable. On respire mieux déjà.

  14. misstrauen sie sich ?????? Traduction, please. « Sie » = vous, ou « sie » = elle ? Quant à « misstrauen » ce n’est pas un verbe pronominal. Cette phrase est donc incompréhensible. Mais je ne veux pas vous décourager.
    Sauf que même Francis Blanche parlait mieux l’allemand !
    (Là on dirait plutôt Louis de Funès dans La grande vadrouille)
    Je répondrais donc : Sie blamieren sich ! (Blamieren est un verbe pronominal par contre).
    Et puis l’équation « allemand = nazi » n’est ce pas un peu super réac au XXIe siècle ?

  15. Ayant toujours adoré le latin de cuisine, pourquoi me refuserais-je l’allemand d’arrière-cuisine ?

    Cela dit, c’est vrai que je me suis plus ou moins blamierer sur ce coup. Ça m’apprendra à tenter de ranimer de très vieux souvenirs scolaires, depuis belle lurette en lambeaux…

  16. blamieré et non blamierer, espèce de gros abruti qui ne sait même plus la différence entre un infinitif et un participe !

    Il y a vraiment des années où on ferait mieux de rester au lit…

Les commentaires sont fermés.