29 mai 2005, anniversaire raté

J’ai oublié que dimanche 29 mai, certains devaient fêter le 6ème anniversaire du refus du Traité constitutionnel européen. Jean-Luc Mélenchon s’en est félicité, dans un long et convaincant billet publié par Marianne. Il s’est étonné du silence médiatique autour de cet anniversaire, et avance une explication : « Le oui meurt de honte. La crise en cours ridiculise sa bonne conscience eurobéate. »

Il a très certainement raison. Les médias ont habituellement la mémoire sélective. Non pas qu’ils préfèrent les anniversaires heureux. Chaque année, le 11 septembre fait l’objet de nombreux rappels. Mais l’échec du Oui au référendum de 2005 n’a rien déclenché. Mélenchon pointe les reculs démocratiques qu’a subi l’Europe depuis cette date. Il a raison. La technostructure européenne avance coûte que coûte. Elle a forcé l’Irlande à revoter. Elle a ignoré le vote de 2005. Elle s’est dotée, avec l’impulsion notable de Nicolas Sarkozy en juin 2007, d’un mini-traité assommant et non débattu. Puis, le Monarque français s’est rallié à sa voisine Angela Merkel. Les deux ont affaibli l’exécutif européen comme jamais. On pourrait multiplier, comme Jean-Luc Mélenchon, les exemples des progrès non démocratiques de l’union européennes ces dernières années.

Mais on pourrait et l’on devrait, aussi, rappeler que l’on attend toujours ce fameux plan B promis par les partisans du NON. J’avais suivi le parcours inverse de Jean-Luc Mélenchon : Non à Maastricht en 1992 mais Oui à la Constitution en 2005. Car, sans outil, l’Europe ne pouvait que se poursuivre comme avant. Libérale et anti-démocratique.

En 2011, on peut tout autant accabler les partisans du Oui comme ceux du Non sur l’échec démocratique européen qui a suivi le référendum. Je préfère me féliciter, 6 ans plus tard, que nous sommes, aujourd’hui, nombreux à faire ce constat.

 

Publicités

Cohn-Bendit s’en va

Il est bon perdant. Défait par le vote interne à Europe Ecologie-Les Verts ce weekend, il s’éloigne.

Est-il bon perdant ? Au passage, il dénonce « une défaite pour tout le monde. » Ou encore :  » Il y a eu 56% d’abstention, sans compter les votes par procuration. Les deux tiers de ceux qui se sont mobilisés sont des anciens Verts. »

Daniel Cohn-Bendit est une figure qui a beaucoup fait pour l’envolée médiatique et l’aggiornamento politique des écologistes en France. Il s’est heurté à des plus rigides que lui (que j’approuve). La politique française est ainsi faite que, parfois, rarement, elle décourage.

Parfois, on est content. Parfois, on l’est moins.

C’est le cas ce soir.

Les Indignés, pacifistes.

« Ce mouvement est pacifique et non-violent. Il se veut profondément politique mais sans étiquette d’aucune sorte.
Il n’appartient à personne, mais appartient à tous.
Les rassemblements sont des moments de partage, d’échange et de respect de l’autre.
En cas d’intervention des forces de l’ordre, nous n’opposerons aucune résistance. »

Un peu partout en France, quelques Français se sont rassemblés dimanche 29 mai pour des sit-in pacifiques. Ok. Ils n’étaient pas nombreux, mais le mouvement était loin d’être anecdotique. Un site, Réelle Démocratie, livre quelques clés. On oubliera les fautes d’orthographes. On se méfiera des « mouvements spontanés » sans organisation.

Mais si cette vaguelette devient lame de fond en France aussi, il faudra la soutenir, la porter, la développer.

A Paris, vers 19h15, les CRS sont évidemment venus déloger le petit millier de manifestants installés place de la Bastille.

L’autre affaire Kahn.

Ce fut l’affaire de trop. Jean-François Kahn a lâché le journalisme après la polémique lancée par ses propos provocateurs le lendemain de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Ces propos – « troussage de domestique » – m’avait comme d’autres choqué.

Ce ne fut pas le seul dérapage du moment de la part de proches de l’ancien DG du FMI. On a tout entendu dans cette affaire. Et l’absence de compassion, de compréhension à l’encontre de la plaignante en a choqué plus d’un(e). Jean-François Kahn a été tétanisé par la nouvelle, et a exprimé tout haut ce que d’autres pensaient tout bas, à gauche comme à droite, dans le microcosme politico-médiatique. Mais à la différence de bien d’autres, il s’est depuis excusé, et par écrit.

Je regretterai sa plume et ses réflexions. Centriste mais polémiste, il avait l’argument efficace pour agiter le débat dans un milieu habituellement coincé par le politiquement correct.

Les Indignés. En France aussi

C’est malheureusement un gouvernement socialiste qui a réprimé, en vain, les manifestations calmes et pacifiques des Indignés espagnols. En France, le mouvement citoyen prendra-t-il ? Pour ma part, je le souhaite.

Dimanche 29 mai, de nombreuses manifestations sont organisées un peu partout en France. Un aimable lecteur m’en a transmis une liste provisoire, qu’il m’est interdit de relayer si ces rassemblements n’ont pas été autorisés en préfecture.

Venez donc, messieurs.

RASSEMBLEMENT DIMANCHE 29 MAI :

AVIGNON : 15h, Place de l’horloge

BAYONNE : Campement permanent place Chaho-Pelletier

BORDEAUX : 19h, Place de la Victoire

BREST : 19h, Place de la Liberté

CLERMONT FERRAND : 18h Place de Jaude

GRENOBLE : 20h, Place Victor Hugo

LANNION : 16h, Devant le tribunal

LE HAVRE : 15h, Préfecture

LILLE : 12h, Place de la République

LYON : Campement permanent Place Bellecour

MARSEILLE : 14h, Place Thiars – (devant le journal la Marseillaise)

METZ : 19h, Place Saint Louis

MONTPELLIER : 18h à l’esplanade

NANCY : 19h30, Place Maginot

NEVERS : 15h, Place de la mairie

NIMES : 19h, Maison Carrée

ORLEAN : 14h, Place du Martoi

NANCY : 19h30, Place Maginot, contact 0659827367

NICE : 19h, Place Garibaldi

PARIS : 14h, Place de la Bastille

PAU : 20h Place Clémenceau

PERPIGNAN : AG 19h Place République

RENNES : 19h, Place de la Mairie

SAINT-ETIENNE : 17h, Hôtel de Ville

STRASBOURG : 19h, Place de la République

TOULOUSE : 19h Place du Capitole

TOURS : 19h, Place Anatole

VALENCE : 19h, Place de la Mairie

MARDI 31 MAI :

GRASSE : 17h, Cours Honoré Cresp

MILLAU : 18h, Place du marché

SAINT ETIENNE : 17h, Marches de l’hôtel de ville

MERCREDI 1 JUIN :

CHAMBERY : 18h30, place des éléphants

http://reelledemocratie.com/

Les Indignés : Keny Arkana is back !

L’excellente rappeuse marseillaise vient de livrer son nouvel album, « L’esquisse 2 ». Une résonance évidente et volontaire à l’actualité.