Aubry, candidate. Et ?


« J’ai décidé de proposer ma candidature à l’élection présidentielle.»

MA.

Une petite phrase, et c’est parti. Il y a deux façons de voir cette candidature. Soit l’expression d’une volonté évidente de respecter jusqu’au bout son propre calendrier, soit un manque d’envie d’aller à ce front-là. Le Lyonnais Romain s’est d’ailleurs emmerdé. L’autre Romain/Variae s’inquiète de la forme. En fait, Martine Aubry est la seule de tous les candidat(e)s déclaré(e)s à avoir savamment entretenu un vrai suspense.

Depuis hier, quelques consoeurs et confrères ont annoncé sur leur blog qui elles/ils soutiendraient pour cette primaire socialiste « élargie« . Ma consoeur Trub hésite encore entre Martine et Ségolène. D’autres n’oublient pas que l’actualité de Sarkofrance exige toujours de la vigilance.

Je suivrai, avec délectation et respect, les consignes de courtoisie lors de cette phase primaire. Comme disait Hollande hier, il ne faut pas « handicaper l’avenir« .

Je citerai ce passage, du discours aubryiste (que je  vole au confrère GdC d’Humeurs de Gauche) : « On ne gouverne pas en opposant les jeunes aux plus âgés, les travailleurs aux chômeurs, les Français aux étrangers. On ne préside pas la France sans porter haut ses valeurs et son identité, qui ont fait l’admiration du monde. Derrière l’apparence de l’énergie, trop souvent confondue avec l’agitation, ce pouvoir a surtout une réalité : une politique injuste exclusivement menée au profit des privilégiés »

Le confrère Mecialex rediffuse toutes les déclarations de candidatures (à date, il nous manque peut être Mosco).

Je ne suis pas sûr que l’une ou l’autre fasse changer les indécis.

Je me souviens quand même d’un Jospin qui avait oublié que cet exercice, fut-il convenu, médiatique et emprunté, était quand même la moindre des politesses. En 2002, il nous avait annoncé sa candidature par un fax à l’afp. S’il était candidat pour 2012, il aurait été capable de nous le faire sur Twitter.

On nous promet donc, enfin, des débats d’idées, avec de la courtoisie dedans, avant un choix à deux tours en octobre puis le vrai combat, au printemps. Chaque jour, des sujets sont « proposés », « placés », « imposés » dans la campagne. Dette, école, identité, démondialisation. Ils sont tous intéressants, ils méritent tous qu’on en discute.

Mais comment dire…. Cela fait 4 ans, un mois, et 23 jours que je sais pertinemment ce que je veux et ce que je ne veux plus.

Putain, encore 9 mois.

6 réflexions sur « Aubry, candidate. Et ? »

  1. Parfaitement de cet avis,il faut que les responsables se mouille un peu plus pour faire avancer leurs idées et surtout que les débats aies lieu maintenant !
    Je suis en colère après toute la gauche qui bricole comme si elle n’avait pas d’idées, il faut qu’elle s’occupe du pays qui est dans la difficulté et pas des autres pays qui eux ne pensent qu’a l’argent.

  2. Derrière votre look et votre discours anarcho-écologiste, vous pense que vous êtes un sage Juan.
    Dans la situation générale plutôt angoissante dans laquelle nous sommes, la candidature d’Aubry me rassure un peu, car je sais qu’elle n’y va ni pour la gloire, ni pour le fric et c’est déjà ça. Pour l’instant le programme PS n’a pas mon adhésion, le compte n’y est pas, mais cela peut s’arranger, par les négociations qu’Aubry sera obligée d’ouvrir avec le Front de Gauche et EELV.
    Aubry n’a pas l’échine souple des sociaux-démocrates comme Hollande par exemple, je crois qu’elle est plutôt une socialiste pragmatique. Je crois toujours que Royale est plus ouverte aux avancées et aux expériences, mais peut-être pour plus tard, aujourd’hui car ce qui compte c’est l’efficacité, et Aubry est mieux armée avec l’appareil PS (quand même puissant) pour elle. Reste à convaincre et ce ne sera pas si facile.
    Conclusion: du fond du tunnel, j’aperçois enfin un peu de lumière.
    Bonne journée.

  3. Vous m’excuserez pour toutes les fautes de frappe et de syntaxe, mais chez Juan point de complexes (lol)

  4. Un point seulement, et c’est suffisant. Cela fait plus de 4 ans effectivement. Et ces messieurs-dames en sont encore aux hypothèses de la réflexion. Bande de nuls!

Les commentaires sont fermés.