Borloo s’imagine rempart contre le FN

Je n’avais pas autant ri depuis longtemps. Jean-Louis Borloo, ce dimanche, discourait à l’occasion de la création de son alliance centriste.

Et le voilà qu’il déclare :

« La force anti-21 avril, c’est nous ! Car si on laissait s’affronter le vainqueur de la primaire entre énarques du parti socialiste et l’UMP actuelle, les visions classiques de notre société, je vous garantis que le Front national serait même en tête du premier tour. Nous sommes les véritables forces anti-front national ! C’est nous ! Ce n’est pas eux ! Nous sommes le rassemblement pas la division »

On oublierait presque qu’il y a peu, novembre dernier, Borloo faisait encore partie d’un gouvernement qui relança le FN comme jamais, entre chasse aux Roms, dérapage anti-immigrés et discours identitaires vaseux.

La probable candidature de Jean-Louis Borloo est une excellente nouvelle pour celles et ceux qui espère la défaite du Monarque.

Inutile d’en rajouter.

Borloo affaiblira Nicolas Sarkozy comme il se doit.

 

 

Les 20 qui soutiennent Royal

Voici les 20 élu(e)s socialistes qui ont signé, le weekend dernier, une lettre de soutien à Ségolène Royal.

Jean-Louis Bianco, député
Jean-Jack Queyranne, président de région
Louis Mermaz, sénateur et ancien president de l’Assemblée nationale
Najat Vallaud-Belkacem, conseillère générale et secrétaire nationale du PS
Delphine Batho, députée
Dominique Bertinotti, maire du 4e arrondissement de Paris et membre du Bureau national du PS
Guillaume Garot, député
Bernard Lesterlin, député
Maxime Bono, député
Catherine Quéré, députée
Jean-Michel Clément, député
Kamel Chibli, membre du Conseil national du PS
Sébastine Denaja, membre du Conseil national du PS
Claire Donzel, première secrétaire fédérale
Rodolphe Challet, premier secrétaire fédéral
Jean-François Macaire, premier secrétaire fédéral
Béatrice Patrie, ancienne députée européenne
Emmanuel Espanol, conseiller régional
Christine Lagrange, membre du conseil national du PS
Didier Turba, vice-président de conseil général.

J’aurai aimé que des élus et responsables d’autres partis soutiennent la présidente du Poitou-Charente. La primaire est certes socialiste, mais elle est ouverte à toutes et tous.

J’expliquerai plus tard pourquoi je ne suis pas socialiste.

Peut-on faire confiance à la presse régionale ?

Un récent fait divers télévisuel illustre combien la presse régionale a une place bien particulière et souvent troublante.

Jeudi dernier, TF1 a diffusé quelques secondes d’une prétendue mère de famille niçoise soulagée qu’on l’aide à gérer l’absentéisme scolaire de son enfant. Seulement voilà, la femme n’était pas mère de famille, et, de surcroît, elle est l’attachée de presse du député UMP et président du conseil général local Eric Ciotti.

La patronne des rédactions de TF1, Catherine Nayl, s’est insurgée contre cette manipulation : « On a subi un préjudice assez important. Je suis en colère par rapport à la façon dont les journalistes de Nice Matin, qui travaillent dans le cadre de nos accords avec la presse quotidienne régionale, ont réalisé leur reportage. » Et oui, vous avez bien lu, le reportage incriminé avait été sous-traité, comme souvent, à Nice-Matin.

Mais ce n’est pas fini. Ce n’est pas Nice Matin qui a réalisé le reportage, mais une filiale télévisuelle…

Question : un média peut-il sous-traiter intégralement la production de ses informations ?

Question : un média national peut-il sous-traiter l’information locale à un média local ?

Question : après cet incident, qui sera viré ?

Left-Blogs, blogs de gauche.

Il y a trèèèèèès longtemps, un peu avant le Congrès de Reims du Parti Socialistes, quelques blogueurs de gauche qui avaient l’habitude de se fréquenter, au moins virtuellement, partir assurer la couverture du Congrès.

Il y avait des représentants de tous les courants, et même, ô surprise, des non-socialistes (comme votre serviteur). Marc Vasseur était parvenu à nous accréditer, comme des journalistes. Tous les Left-Blogueurs n’étaient pas présents, loin s’en faut. D’autres se sont agrégés au groupe, certains sont partis, tous sont restés solidaires malgré quelques désaccords.

Les LeftBlogs s’étaient constitués un peu avant, via un Google groupe, des Tweet-lists, des mails, un blog commun, des entretiens.

Avant les LeftBlogs, une blogueuse motivée, résistante des premiers jours contre le Sarkozysme triomphant, disparue (du Web) depuis, avait créé un portail des Vigilants (toujours actif, mécaniquement actif).

Je me permets de rappeler ces bribes d’histoires pour plusieurs raisons.

Primo, mon confrère Nicolas a été pris hier de cette nostalgie contagieuse. Comme Nicolas, je suis nostalgique.

Secundo, il est bon de rappeler son parcours. Nombre de lectrices et lecteurs d’aujourd’hui ont remplacé celles et ceux d’hier. Nombre de Left_blogueu(ses) ont été remplacées. d’autres sont toujours là, parfois sur d’autres réseaux sociaux.

Ami(e)s vigilant(e)s, restez-le !

 

 

PS : le mode d’emploi des Left-Blogs est ici.

Le fichage politique de Copé

Cette polémique lancée, faute d’idées et de rebond, par quelques caciques de l’UMP aux ordres du Monarque élyséen, devient franchement amusante. Le secrétaire de l’uMP – désigné, rappelons-le, par Nicolas Sarkozy – vient de sortir un tract des plus drôles :

Comme certains ont la mémoire courte, il faut la leur rafraîchir :

– pendant la campagne régionale en 2010, deux candidats UMP d’Ile-de-France ont eu recours à un extrait par ailleurs incorrect d’un fichier de police pour fustiger un candidat socialiste, Ali Soumaré.

Toujours pendant ces élections régionales, l’UMP francilienne racolait les électeurs au téléphone. Sur quel annuaire reposait ce démarchage électoral inédit ?

– A Paris, lors de la campagne de 2007, l’UMP envoyait des courriers personnalisés aux électeurs de mon 18ème arrondissement préféré. Je n’étais pas le seul. A en croire les témoignages glanés ici ou là sur le Web, la démarche était nationale. Plus récemment, deux confrères ont été « spammés » par le Nouveau Centre.

En mai 2009, Xavier Bertrand, ministre du Travail, envoya un courrier à 300.000 restaurateurs pour se féliciter de la baisse de la TVA.

Pater, film indispensable

Nous sommes gâtés. Le cinéma français semble à nouveau s’intéresser au monde qui l’entoure. Après LA CONQUETE de Xavier Durringer, voici OMAR M’A TUER, de Rochdy Zem et PATER d’Alain Cavalier. Je n’ai pas vu le premier, mais j’ai adoré le second.

Vincent Lindon est premier ministre, Alain Cavalier, son président vieillissant. Le film est à hauteur d’homme, tout en dialogues, mots fins visages de près et humour grinçant. Le président Cavalier s’y réjouit d’une proposition de son ministre Lindon de plafonner par la loi les écarts de salaires. Avant de mieux torpiller la mesure. On sourit quand on les voit tous les deux faussement hésiter, alors que la campagne va démarrer, à conserver des photos compromettantes de leur adversaire.

« Mon dieu que l’homme est faible » s’exclame Cavalier en regardant l’un des clichés.

Mon dieu que l’homme est faible…