Ces sujets que je ne traite pas


De temps à autre, un commentateur ou une commentatrice me demande pourquoi je ne dis rien de quelque sujet. Récemment, ce fut la « flottille de la paix » vers Gaza. Cela m’a fait penser que par correction et devoir envers celles et ceux qui me lisent et me soutiennent, il fallait sans doute rappeler mes quelques principes d’autocensure.

1. Le conflit Israël/Palestinien.

J’en parle très rarement. Non pas qu’il ne m’intéresse pas. Bien au contraire. Il demanderait plusieurs blogs à lui tout seul. Je suis trop écartelé, politiquement par le sujet. Et s’il faut vous donner la position de l’auteur de ce blog, elle est la suivante: (1) Israël conduit, par moment, une politique criminelle contre les Palestiniens. (2) Le Hamas et quelques autres « s’amusent »  à nous instrumentaliser pour servir leur cause. (3) Je ne crois pas en l’existence d’un peuple juif, car je pense que c’est raciste de croire à cela. (4) Je défend le droit des Juifs à avoir un Etat.

2. Les grandes entreprises.

J’ai bien évidemment mon avis sur de nombreuses grandes entreprises. J’écris rarement contre elle. Je ne suis pas syndiqué. Je pourrais l’être. Je suis blogueur anonyme et je me suis fixé comme règle de ne pas critiquer des employeurs passés, présents ou futurs. Bloguer anonymement suppose d’éviter la délation et la calomnie.

3. Mes proches

Certains proches s’expriment publiquement. Rarement, mais régulièrement. Je ne commente pas, je dis rien, je ne critique pas, je n’admire pas. Les sujets sont variés, politiques, sociaux, économiques. Je trouve toujours un autre biais pour en parler si je le veux. Mais je ne soutiendrai jamais sur ce blog ou ailleurs quelqu’un que je CONNAIS.

4. Hadopi

Allez, j’avoue, c’est un sujet qui me touche. J’aimerai « décapiter » les petits pirates du weekend. Je ne sais plus si Hadopi est la bonne solution car le dispositif flingue, imparfaitement, les automobilistes, mais laisse tranquille les autoroutes. Comprenne qui pourra.

Voilà, c’est tout, rien de grave, aucune gloire, on continue.

Publicités

7 réflexions sur « Ces sujets que je ne traite pas »

  1. Je partage complètement ton point de vue, notamment sur l’instrumentalisation du conflit entre palestiniens et israéliens et la récupération politique des pays arabes, des Etats-unis, et même de la Chine, qui ne permet plus d’entrevoir les véritables responsabilités. Idem en ce qui concerne mes proches.
    Pour le reste, je ne me prive pas quand les faits sont manifestement « puants », notamment sur HADOPI. Etant du métier, je me suis souvent exprimé sur le sujet, tentant de montrer comment l’industrie du disque (et non ses acteurs) s’accroche à un schéma économique dépassé, mais plus surement encore, comment l’Etat profite du dispositif pour filtrer les flux…

  2. OK…. mais…

    Il y a pourtant des juifs qui luttent « durement » pour la paix… force est de constater qu’ils sont bien seuls… lâchés par la plupart des « médias » (dont, effectivement, M2)

    Au moins les initiatives de paix pourraient elles trouver un écho sous vos plumes… et quand elles sont réprimées comme elles viennent de l’être un peu d’aide aussi…

    Union Juive Française pour la Paix
    http://www.ujfp.org/

Les commentaires sont fermés.