Femme de la Renaissance.


Il y a plusieurs semaines déjà, le 26 juillet dernier, Euterpe me demandait comme à d’autres si je pouvais m’identifier à une femme de la Renaissance. L’exercice était périlleux. Je connais mieux la Révolution de 1917, ou celle de 1789 que les affres de François Ier et consorts.

Je me suis donc fait lâchement aidé par les deux dames de la maison. Puis nous sommes tombés sur Marie Stuart, trois fois mariée, reine d’Ecosse à six jours, reine d’Angleterre, d’Irlande et d’Écosse à 16 ans, Reine de France à 17 ans, éduquée par Ronsard et du Bellay, décapitée par sa rivale d’Angleterre à 44.

Forte femme, femme multiple. J’ai toujours préféré les Reines aux Rois. A défaut de présidente.

Publicités

6 réflexions sur « Femme de la Renaissance. »

  1. @ Juan

    « J’ai toujours préféré les Reines aux Rois. A défaut de présidente. »

    Fichtre, Anne-Aymone et son preux chevalier Giscard à la Barre, avaient pourtant tenté une percée en solitaire en leur temps. Vous vous souvenez du coup des armoiries sur le drapeau qui flottait au-dessus de l’Elysée et…sur les livrées des « domestiques » (maîtres d’hôtels et consorts). Moi, ce coup là m’avait fait bien rire !

    Pour en revenir à Marie STUART, c’est vrai que c’était une sacrée personnalité dont le destin tragique m’a souvent laissée pensive.

  2. Merci Juan ! Super, tu es le 5e homme qui a accepté de jouer le jeu ! Félicitations ! Je publierai ton billet sur mon blog dès que possible (j’ ai encore 9 participant.e.s à publier avant).
    A oblomov : ne pas confondre Mary Stuart et Mary la Sanglante ou Bloody Mary qui est le surnom donné à Mary Tudor la fille à papa Barbe Bleue-Henri VIII qui a fait décapiter deux de ses épouses sans parler d’innombrables autres personnalités innocentes. Mary Tudor c’est un peu la Marine le Pen du XVIe siècle si on veut 🙂
    Mary Stuart, elle, a eu beaucoup de déboires parce qu’en fait elle était programmée pour vivre une petite vie pépère de reine de France mais voilà que Francois II est mort six mois après son accession au trône. Du coup elle s’est retrouvée sans trône et en concurrence avec la reine d’Angleterre à qui elle pouvait légitimement disputer le sien de trône. Cette histoire a été tragique pour les deux femmes, l’une devait liquider obligatoirement l’autre comme le fait si bien dire Friedrich Schiller a un conseiller d’Elizabeth qui hésite à la condammner à mort : »Tu dois subir le coup ou le donner. Sa vie est ta mort, sa mort, ta vie ».
    Ce drame est du à plusieurs facteurs : Henri VIII qui ne voulait à aucun prix voir une fille le remplacer sur le trône dAngleterre (raté puisqu’il en a eu successivement deux (Mary Tudor puis Elizabeth Ire) n’a pas réglé testamentairement sa succession sur le plan féminin d’où les litiges qui s’en sont suivis et de plus dans l’Angleterre anglicanisée par ce même Henri VIII les factieux catholiques rêvaient de renverser la fille d’Ann Boleyn qui était anglicane comme son père pour y mettre une souveraine catholique c-à-d Mary. Tant que Mary restait vivante, la guerre civile comme celle qui avait lieu pendant ce temps en France (avec Michelade de Nîmes, Saint-Barthélémy, etc…) menacait l’Angleterre. Mary Stuart n’avait malheureusment aucune échappatoire. Si. Elle aurait pu se convertir au protestantisme pour sauver sa peau. Elle a choisi de rester fidèle à sa religion initiale. C’était une question de dignité. A l’époque les gens avaient un sens aigu de l’honneur !
    Bon excusez-moi tous je n’ai pas pu m’empêcher de rajouter ces précisions.

    En tout cas, sa vie continue à faire couler beaucoup d’encre (virtuelle) depuis son exécution en 1587 !

  3. Pour ma part, je préfère Anne de Bretagne : elle a tout fait pour préserver l’indépendance de son duché et, ne pouvant plus faire autrement, a fini par épouser François I°, tout en obtenant, par traîté (à titre de cadeau de mariage), des conditions très favorables pour ses sujets, dont, par exemple, le maintien de l’exemption de tout droit de péage sur les routes, ce qui explique qu’aujourd’hui encore (disposition validée par le Conseil d’Etat en son temps), il n’existe pas d’autoroutes payantes en Bretagne, juste des 2X2 voies.

    Limitées à 110, certes, mais de toute façon, Anne ne pouvait prévoir l’irruption de chars à boeufs sans boeufs…

  4. A Juan : merci, mais j’ai juste une mémoire d’éléphant(e) (qui me vient de ma mère) 😉
    Bon ben je t’ai rendu la pareille. Le résultat du tag des films politiquement incorrects est sur mon blog et, bien entendu je riposte aux « Buffet froid » , « Rollerball » et autres films bien testostéronés que j’ai vu publiés ici et là par des films méga-oestrogénés et surperprogestéronés (en alternance).
    C’est de bonne guerre, non ? 🙂

Les commentaires sont fermés.