Stéphane Guillon a-t-il insulté Nicolas Sarkozy ?

Quand l’humoriste s’est marié, il a fait retiré, paraît-il, le portrait de Nicolas Sarkozy pour le remplacer par celui de François Hollande. Pour Emmanuel Schwartzenberg, ancien journaliste du Figaro recyclé chez TVMag et ElectronLibre, c’est une « offense au chef de l’Etat ».

Sur le moment, j’ai cru à de l’humour. Mais non, Emmanuel Schartzenberg a pris l’affaire trèèèèès au sérieux.

Le con.

Stéphane Guillon a-t-il voulu saper les fondements de la République quand il s’est marié ? En occultant la photo du Président de la République actuel pour y substituer celle de François Hollande, l’humoriste a tenté d’inaugurer une nouvelle tendance qui permettrait aux Français qui se marient de ne pas contester la légitimité des institutions. « Il n’est pas question de se marier sous la photo de Nicolas Sarkozy » avait dit Stéphane Guillon à ses amis présents, Bruce Toussaint et Thierry Ardisson. « C’est un geste que je dénonce totalement et qui a valu un ferme rappel à l’ordre de l’officier d’état civil chargé de célébrer la cérémonie. Il a notamment fait référence à Marianne et aux principes républicains, nous précise Denis Badré, le maire de Ville d’Avray. Je puis vous assurer que la photo de Nicolas Sarkozy était présente au moment où le mariage a été célébré. L’humoriste a voulu faire parler de lui en portant atteinte à une pratique républicaine. »

Il faut être solidaire de Stéphane Guillon dans cette nouvelle épreuve. Le code du mariage ne prévoit aucune obligation de se marier sous la photo photoshopé du président du moment.

Rien, pas une ligne.

C’est juste une tradition.

Une tradition.

 

Publicités

Primaires: and the winner is…

Autant le préciser, je n’ai pas regardé le second débat des primaires citoyennes par cause d’un emploi du temps bien chargé. Les débats à 18 heures… quelle riche idée pour celles et ceux qui bossent…

Il a fallu, dans la soirée, rattraper avec les moyens du bord. Des tweets, des articles, des commentaires des experts ès politicus. Sur i-télé, j’ai écouté Christophe Barbier et Jean-Marc Sylvestre, deux hommes, blancs/bourgeois et d’un certain âge, me donner leur vérité. Toujours instructif. Un peu comme les critiques désastreuses de Libé sur mes films d’action préférés. ça me renforce toujours dans l’idée que le spectacle avait dû être ou sera génial.

Il m’a fallu lire les comptes-rendus des un(e)s et des autres. A l’Express, ils ont visiblement préféré Manuel Valls. Là encore, ça me rassure. Hollande est apparu trop rassembleur et défensif. Aubry toujours pas en campagne. Ségolène plus clivante. Montebourg plus complet.

Plus les semaines passent, plus je construis un scenario. Votre serviteur veut d’abord la défaite de Sarkozy et de Le Pen. Le reste est, de moins strict point de vue, subalterne. Puisque Borloo, Bayrou, Joly et Mélenchon seront aussi de la partie pour ce funeste premier tour de la Gigantesque Primaire de 2012, il faut se résoudre à l’évidence: deux candidats, sur ces six des primaires, sont susceptibles de nous évacuer, ou presque, le spectre d’un 21 avril comme en 2002.

Aubry fera peur, à tort, aux centristes. Valls et Montebourg prennent date pour plus tard, 2017 sans doute. Baylet est égaré. Reste Hollande et Royal. Le premier chipera des centristes à Bayrou et Borloo. La seconde reste la seule à s’adresser aux classes populaires.

Royal. Hollande.

Point barre.

A ce stade.

Lettre à mon ami antisémite

 

Il ne le sait pas. Ou ne veut pas se l’avouer. Il est antisémite. Il pense que les Juifs sont l’ennemi. Qu’ils veulent dominer le monde. Qu’ils sont tous uniformes, solidaires et actifs, parce qu’ils sont juifs.

Evidemment, tout ceci n’est que connerie, insulte et mériterait bien plus qu’un court billet.

Les réseaux sont partout. Et l’on peut y résister. Francs-maçons, anciens d’écoles, religion ou région, accointances politiques ou autres, on trouve de tout en France ou en Europe.

La phobie antisémite nait souvent d’un trouble assez simple. Quelques Juifs sont plus solidaires entre eux que nombre de goys.

Et alors ?

Faut-il tomber dans des délires paranoïaques ?

A gauche, une certaine gauche, pas forcément extrême, a longtemps fricoté avec l’antisémitisme. juif=argent, le cliché est facile et séduisant. En 1940, il a amené Doriot et Déat chez Pétain puis dans les Waffen SS.

« Arrête tes amalgames ».

Mes amalgames ?? What the Fuck !? Casse-toi.

Tu n’es pas mon ami.

Triste Tristane.

Une consoeur de Twitter m’a rappelé ce billet de Tristane Banon. Celle qui accuse Dominique Strauss-Kahn de viol il y a une dizaine d’années.

En mars dernier, la jeune romancière, trente et un ans déjà, expliquait combien l’homme moderne était trop féministe ou féminin, pas assez masculin voire machiste. Melle Banon s’interroge sur la cause féministe dans des termes si défaitistes que je devrai cacher ledit billet à ma jeune fille.

« Est-ce revenir au machisme et au sexisme d’antan d’avouer que les hommes relativisent beaucoup plus les problèmes d’argent quand les femmes gèrent plus aisément l’intendance du quotidien ? Bien sûr, des choses devaient changer, et tant mieux qu’elles l’aient fait. Bien sûr, ces mesdemoiselles devaient s’imposer dans les milieux professionnels, politiques, sportifs. Bien sûr tout ça. Mais quand je vois que la femme gagne toujours, à poste égal, un salaire bien inférieur à monsieur qui ne prend même plus la peine de l’inviter au restaurant pour la draguer car ça serait une sorte de machisme, « nous sommes égaux, payons à deux » ; quand je vois ça, je ne suis pas certaine que nous ayons gagné au change. »

Gagné au change ? Quel change ? Ce n’est pas une question de « change » ni d’échange » mais de justice, d’évidence. Le monde serait-il parfois ou encore injuste ? Quelle révélation.

Samedi 24 septembre, Tristane Banon a mobilisé… quelques féministes pour protester contre DSK. Ces dernières avaient-elles lu les écrits de la triste Tristane ?

 

Pourquoi Thomas Legrand devrait partir

Parfois, j’apprécie Thomas Legrand. Fidèle auditeur de France Inter, Thomas Legrand est l’objet de 3 minutes de silence durant chaque petit déjeuner entre lundi et vendredi. Thomas Legrand est sans doute de gauche, mais cela le stresse visiblement de se l’avouer. Il s’imagine sans doute devenir le Alain Duhamel de l’autre bord. Comme nous nageons en eaux ultra-centristes, les différences d’analyse restent modeste. Duhamel a son Solex, Legrand son stylo.

Guy Birenbaum s’amuse, à juste titre, des récente confessions de Thomas Legrand dans la nouvelle formule du magazine du Monde. L’éditorialiste de France Inter semble refuser avec gourmandise et fierté les nouvelles technologies. On oublierait presque qu’il bosse aussi pour Slate.fr, et entretient un blog sur les Inrocks.

Mais qu’importe. Legrand tente de nous convaincre qu’il lui faut du « recul » pour bien faire son travail. Que lui « réfléchit » quand les autres « buzzent« . Qu’internet, Twitter, Facebook ou les blogs seraient donc des dégradateurs de pensée politique.

Thomas Legrand devrait appliquer ses principes jusqu’au bout. Qu’il parte se recueillir chez les moines ou dans un lieu d’ermitage bien reculé, sans télévision, radio ni Internet.

—–

Pour nombre d’entre nous, Internet, Twitter et les blogs ont au contraire ouvert l’échange, l’expression et la réflexion politiques. Thomas Legrand ne l’a pas compris, mais ce n’est pas grave. Le train est en marche.

 

 

Primaires, revue de femmes et revue de foi.

Quand on soutient Ségolène Royal depuis le printemps de 2006, il est difficile de faire quelques compliments sur Martine Aubry. Cette dernière nous a volé le Congrès de Reims, j’y étais mais je pardonne. Et pourtant, dans ces primaires socialistes, les deux femmes en lice, Ségo et Marta, sont celles qui m’inspirent le plus.

Ségolène Royal est et sera intraitable et indépendante. On lui a reproché d’être seule, de n’écouter qu’elle même. Elle conserve justement l’un des meilleurs sens politiques du moment. Sego sera capable d’éteindre celles et ceux qui tenteront de la concilier.

Martine Aubry a sans doute moins d’idées percutantes, elle reste « gauche tradi », c’est-à-dire trop prévisible. Mais « Marta » sera capable du coup de boule qu’il faut. Elle l’a déjà prouvé.

Je ne suis pas socialiste, mais écologiste tendance mélenchoniste. Malheureusement, ni les uns (écolos) ni les autres (Front de gauche) ne gouverneront l’an prochain. Désolé les gars et les filles. Il faut être réaliste.

Il nous faudra donc choisir chez les socialistes.