Des clics et des claques


Depuis la rentrée de septembre, une curieuse et réjouissante émission s’est insérée dans mon agenda médiatique. Des clics et des claques, sur Europe1, chaque soir du lundi au vendredi entre 20h et 21h. On y trouve Laurent Guimier (le « taulier » comme dirait Nicolas), notre estimable confrère Guy Birenbaum, la jeune Lise Pressac qui tweete beaucoup, le protéiforme David Abiker (absent la semaine dernière pour cause de vacances), et une autre dame que je connaissais pas et qui s’appelle Agnès Léglise. Nicolas Carreau fait une revue de presse u peu avant 20 heures 30. Et le communicant Emery vient livrer une météo du Web, un gros quart d’heure avant la fin.

Dans #dcdc, certains méritent des claques, comme Joffrin qui vient donner ses leçons d’ancien journalistes, ou Benoist Apparu venu jouer au Djeun’s branché de l’UMP. Ou l’ineffable Nikos, jeudi dernier (et oui…).

Pour qui s’amuse du Web ou vit dans le Web, cette émission est rafraîchissante. Elle fait un lien dynamique entre deux mondes qui ne se croisent officiellement jamais, le Web et le reste.

A force de multibloguer quotidiennement depuis bientôt 4 ans, j’ai l’impression de vivre mes nuits dans un monde parallèle. #dcdc me rappelle que mon monde est réel. J’ai entendu des vrais blogueurs parler à l’antenne, comme Eolas ou ma copine Mrs Clooney.

Comme Guy, j’en ai marre qu’Internet soit décrit comme un monde sans loi ni éthique ni honneur. Internet est comme la vie. On y trouve des pirates, des racailles, des rumeurs. Sur internet, on peut même s’exprimer, ce qui n’est pas forcément le cas dans la vie réelle.

#dcdc est une passerelle heureuse, incomplète et indispensable.

Merci à eux.

Publicités

5 réflexions sur « Des clics et des claques »

  1. « Comme Guy, j’en ai marre qu’Internet soit décrit comme un monde sans loi ni éthique ni honneur. Internet est comme la vie. On y trouve des pirates, des racailles, des rumeurs. Sur internet, on peut même s’exprimer, ce qui n’est pas forcément le cas dans la vie réelle. »

    y en a quand même plus dans le monde politique et à l’UMP en particulier

  2. Et oui et c’est bien çà qui défrisse ces « vedettes » du monde policé et hyper filtré, le Net c’est comme dans la vraie vie et là y a trop de risques pour ces privilégiés ayant toujours des leçons à donner et ne souhaitant jamais en recevoir. Comme dit Séguéla (Qu’est ce qu’il a qui c’est celui là ? Aurait dit Pierre VASSYLIU) le spécialiste de la Rollex : « L’internet, c’est la pire création de l’homme » Tu parles, il n’y est pas en vedette avec ses copains à nous bourrer le mou et risque d’y prendre des coups, un enfer quoi. ARAMIS

  3. Internet… ! forcément « mauvais » et à dézinguer puisque c’est le seul grain de sable (inattendu de surcroît ) dans la fabuleuse machine à formater les esprits qu’ils croyaient maîtriser e programmer tous seuls……..

    Mais on peut craindre qu’il n’en advienne, comme de la spontanéité bouillonnante initiale de « la Place Tarhir » … … on laisse faire, on s’extasie même, dans un premier temps mais c’est pour mieux reprendre le contrôle ensuite et en passant par la coulisse….

    (c.f. également les bruits de manipulation du mouvement « WStreet » par G Soros et pas que….)

  4. Internet, pour le commun des mortels comme moi, c’est un lieu où on peut dire ce que l’on pense en sachant que d’autres pourront le lire ; un lieu où l’on peut discuter sans prendre de gants pour ne pas fâcher l’un ou l’autre ; exprimer son assentiment ou son désaccord… Cela n’a pas forcément grande utilité, mais « fait du bien » ; on se sent libre et c’est là qu’actuellement peut encore s’exprimer la démocratie ; bien sûr, comme partout, on y rencontre tout et n’importe quoi, tout et n’importe qui, mais c’est normal, on y rencontre tout un chacun…
    Que cela déplaise à ceux qui tiennent les manettes, quelles que soient ces manettes, qu’elles appuient sur tel ou tel fondement de la société, qu’elles servent à nous diriger dans telle ou telle direction, c’est bien normal : la critique déplaît toujours quand on travaille pour sa petite personne et son petit ego, ce qui est le cas de bien des personnalités dans notre société argentée, mais c’est notre liberté, notre fierté de montrer que nous ne sommes pas dupes, que les gens de « la vraie vie » voient, réfléchissent et jugent sainement ceux qui tentent de « formater nos esprits » et de nous « bourrer le mou », ont des valeurs autrement intéressantes que l’argent et le pouvoir.

  5. pour un type comme moi qui n’achète quasiment jamais de livres, de cd et autres dvd, pour qui les sorties culturelles sont rares, tout ça par manque de moyens, et qui par conséquent n’est pas particulièrement cultivé, internet m’est devenu indispensable sinon nécessaire pour ne pas sombrer dans l’ignorance totale. c’est un vivier d’informations que je sollicite quotidiennement. j’ai longtemps fréquenté les Chats, que je préfère aux forums, mais pour les deux j’ai du mal, car il me semble qu’il est impossible d’établir un échange véritable sur la toile (comme on le ferait autour d’une tasse à café) où selon mon expérience, lire et comprendre, sélectionner et analyser successivement, sans que chacun de ses verbes n’y perdent de sa définition, relève de la pure fantaisie. on s’y sent si proches mais à la fois si séparés. il y aura tjs ce petit truc qui met une distance je ne sais comment l’expliquer. et effectivement, si il n’y avait pas internet, j’ose à peine imaginer à quoi ressemblerait mon cerveau disponible aujourd’hui, qui aurait été alimenté uniquement par la radio, les journaux régionaux ou la télévision où la plupart du temps, on nous raconte pas mal de bobards et nous diffuse de la musique à deux balles.

Les commentaires sont fermés.