Carlton, DSK et vendre du papier avant tout.


Je me suis accroché. Nous nous sommes accrochés. L’affaire du Carlton de Lille est édifiante. DSK est sorti des pages politiques et je le laisserai bien volontiers dans les pages « faits divers »

Quand Le Nouvel Obs, voici 9 jours, a sorti sa nième couverture sur DSK, avec des détails que même Laurent Joffrin n’avait pas lu, je me suis comme d’autres abstenu de commenter la publication.

Non pas par précaution personnelle, mais par dégoût.

D-é-g-o-u-t.

Nous connaissions DSK chaud lapin. Il est tombé dans une catégorie « autre » qui ne nous intéresse plus. Je remercie chaque jour Nafissatou Dialo d’avoir involontairement disqualifié la candidature présidentielle de DSK. Non pas par opposition politique (quoique), mais parce que cette cascade de casseroles est si impressionnante que je comprends pourquoi Sarkozy préférait DSK comme opposant.

Cette semaine, l’acteur Dany Boon a décidé de porter plainte. On lui prête une amitié avec l’un des accusés de proxénétisme dans l’affaire du Carlton. Il y avait un magazine Trash pour salir l’acteur, évidemment.

Tout est bon pour vendre du papier.

Ses avocats, Mes Thierry Marembert et Virgine Lapp, ont annoncé jeudi 24 novembre qu’ils poursuivaient en diffamation le magazine lui reprochant une allégation « parfaitement mensongère » ajoutant que toute publication qui reprendra ces « allégations grotesques » sera poursuivie.

« Elles ont été démenties, par écrit, lundi 21 novembre par monsieur le procureur de la République de Lille, en charge du dossier en France, et le lendemain par monsieur le procureur du roi en charge du volet belge de la procédure », poursuivent dans un communiqué les conseils, pour étayer leur démenti. Or, « tous deux ont confirmé que son nom n’apparaissait pas dans la procédure ».

Source: Le Monde

 

Publicités

22 réflexions sur « Carlton, DSK et vendre du papier avant tout. »

  1. denières nouvelles
    le portable (du Sofitel NY) de DSK aurait été piraté et demeure introuvable
    la thérie du complot refait surface
    la presse trash a encore de beaux jours devant elle

    1. Faut arrêter avec la théorie du complot !

      Il y a des faits avérés un point c’est tout. Ils paraissent comme par hasard juste un peu tard, trop tard en tous cas pour que DSK puisse se présenter aux présidentielles. C’était le principal concurrent de Sarko … comme en 2002.
      Il a été éliminé de la course grâce à cette machination bien relayée par les merdias (et je précise que je ne suis pas affilié PS ni à aucun parti politique d’ailleurs) et il n’est pas plus chaud lapin qu’un autre (faut arrêter d’être hypocrite ou planer à 5000)

      Voici les faits :

      « L’affaire du Sofitel de New York est loin d’avoir livré tous ses secrets. Accusé d’agression sexuelle par une femme de chambre le 14 mai dernier à New York, Dominique Strauss-Kahn a admis une « faute morale » après avoir échappé à un procès au pénal. Mais l’affaire n’est pas close. Les questions inédites posées par Edward Epstein dans un long article de la New York Review of Books à paraître ce week-end, et auquel LeMonde.fr a eu accès, soulèvent de nouvelles zones d’ombre.

      Qu’est-il advenu du BlackBerry disparu de l’ancien directeur du FMI ? Avait-il été piraté ? Que s’est-il passé dans la chambre 2820, située au même étage que la suite de DSK et où Nafissatou Diallo s’est rendue à plusieurs reprises avant et après sa rencontre avec l’ancien favori des sondages ? Le journaliste américain, qui a eu accès aux enregistrements réalisés par des caméras de surveillance du Sofitel et à certains relevés téléphoniques, revient, minute par minute, sur les événements troubles qui ont jalonné ce 14 mai.

      Début de matinée

      Dominique Strauss-Kahn découvre qu’il a « un sérieux problème avec un de ses téléphones BlackBerry ». L’appareil, qu’il utilise pour envoyer et recevoir des messages personnels et professionnels, a vraisemblablement été hacké. Une amie de l’ancien directeur du FMI, qui travaille comme documentaliste au siège parisien de l’UMP, lui a envoyé un message dans la matinée pour le prévenir « qu’au moins un de ces e-mails privés récemment envoyés depuis son BlackBerry à son épouse, Anne Sinclair, avait été lu dans les bureaux de l’UMP à Paris. »

      10 h 07

      Inquiet, Dominique Strauss-Kahn téléphone à sa femme depuis le BlackBerry en question. « Au cours d’une conversation qui dure moins de six minutes, il lui annonce qu’il a un gros problème » et insiste pour qu’elle contacte Stéphane Fouks. Patron de l’agence Euro RSCG, ce dernier pilote depuis quatre ans la stratégie de communication de DSK en vue de la présidentielle de 2012. L’ancien directeur du FMI demande à son épouse de prévenir cet « ami » pour qu’il puisse rapidement « faire examiner le BlackBerry et l’iPad par un expert », une fois que DSK sera rentré à Paris.

      12 h 06 – 12 h 07

      Nafissatou Diallo, qui travaille depuis trois ans comme femme de chambre au Sofitel, pénètre dans la suite présidentielle occupée par Dominique Strauss-Kahn. D’après les déclarations de l’ancien directeur du FMI, ses bagages sont « visibles » dans l’entrée. « En temps normal, rappelle le journaliste de la New York Review of Books, le personnel n’entre pas dans une chambre pour la nettoyer tant que le client s’y trouve ».

      Que se passe-t-il dans les six ou sept minutes qui suivent ? Edward Epstein s’en tient au rapport du procureur de New York qui évoque un « rapport sexuel hâtif ». A 12 h 13, Dominique Strauss-Kahn téléphone à sa fille Camille avec laquelle il a rendez-vous pour déjeuner, pour la prévenir qu’il risque d’être en retard.

      12 h 26

      Nafissatou Diallo entre dans la chambre 2820, située au même étage que celle de Dominique Strauss-Kahn. La femme de chambre s’y est déjà rendue à plusieurs reprises dans la matinée, selon Edward Epstein. « Y avait-il quelqu’un dans la chambre 2820 en dehors de Nafissatou Diallo avant et après sa rencontre avec DSK ? Si oui, qui étaient-ils et que faisaient-ils là ; et pourquoi, dans tous les cas, Diallo a-t-elle nié qu’elle s’était rendue dans la chambre ? » s’interroge le journaliste. Interrogé à ce sujet par les avocats de l’ancien directeur du FMI, le groupe Accor a refusé de répondre.

      12 h 28

      Dominique Strauss-Kahn quitte le Sofitel dans un taxi en direction du restaurant McCormick & Schmick’s, sur la Sixième Avenue. D’après les caméras de surveillance de l’établissement, il arrive à destination à peu près une demie-heure plus tard.

      12 h 51

      Le téléphone de DSK est déconnecté et le système de géolocalisation de l’appareil désactivé, comme en témoignent les archives de la compagnie BlackBerry. « Si on excepte la possibilité d’un accident, pour qu’un téléphone soit mis hors service de cette façon, il faut, selon un expert légal, une connaissance technique du fonctionnement du BlackBerry », précise Edward Epstein.

      12 h 52

      Nafissatou Diallo est prise en charge par le service de sécurité de l’hôtel.

      13 h 03

      John Sheehan, un expert des questions de sécurité « identifié sur son profil LinkedIn comme ‘directeur de la sûreté et de la sécurité’ chez Accor », reçoit un appel du Sofitel. Appelé en renfort pour assiter les équipes de l’établissement, il passe au moins un coup de fil dans la voiture qui le conduit à l’hôtel. A qui et pourquoi ? Impossible de le savoir. Le journaliste de la New York Review of Books se borne à rappeler que le responsable de la sécurité du groupe Accor, et donc le plus haut supérieur hiérarchique de John Sheehan, n’est autre que René-Georges Querry, un ancien membre de la brigade antigang, qui « a travaillé dans la police avec Ange Mancini, coordinateur national du renseignement du président Sarkozy ».

      13 h 33

      Brian Yearwood, ingénieur en chef du Sofitel, et un homme dont l’identité n’a pas été dévoilée – mais qui a auparavant accompagné Nafissatou Diallo jusqu’au PC sécurité – s’éloignent du groupe rassemblé autour de la femme de chambre. A l’abri des regards, ils se congratulents, frappent dans leurs mains et se lancent dans « ce qui ressemble à une extraordinaire danse de fête qui dure trois minutes ». Pourquoi les deux hommes se livrent-ils à une telle démonstration de joie ? Edward Epstein, qui a visionné les enregistrements des caméras du Sofitel, s’abstient d’émettre la moindre hypothèse.

      14 h 05

      Deux officiers de police arrivent au Sofitel.

      14 h 15

      Dominique Strauss-Kahn se rend compte dans le taxi qui le mène à l’aéroport que le BlackBerry qu’il souhaite faire expertiser à Paris a disparu. Depuis un autre mobile, il réussit à joindre sa fille et lui demande de retourner au restaurant pour vérifier que l’appareil ne s’y trouve pas. Camille renvoie un message à son père à 14 h 28 pour le prévenir qu’elle a fait chou blanc. A 15 h 01, le directeur du FMI, toujours en route vers l’aéroport, essaie en vain de joindre le BlackBerry à partir de son portable de rechange. Une demie-heure plus tard, il se résigne à appeler le Sofitel pour avertir le personnel qu’il a vraisemblablement oublié son téléphone dans la suite 2806.

      15 h 42

      Un employé de l’établissement new-yorkais rappelle DSK. L’homme, qui parle en présence d’un détective de la police, annonce « faussement » à l’ancien directeur du FMI que son téléphone a été retrouvé. Il lui propose de lui faire porter. « Je suis au terminal d’Air France, porte 4, vol 23″, répond l’intéressé.

      16 h 45

      La police arrête Dominique Strauss-Kahn dans l’avion qui devait le conduire à Paris. Le BlackBerry ne sera jamais retrouvé et les soupçons de piratage de l’appareil jamais étayés par des analyses d’expert. »

      Elise Barthet

      http://www.lemonde.fr/dsk/article/2011/11/25/sofitel-de-new-york-un-journaliste-americain-souleve-de-nouvelles-zones-d-ombre_1609422_1522571.html#xtor=AL-32280308

      1. « Faut arrêter avec la théorie du complot ! » …et ensuite votre longue réponse tend à en démontrer la véracité ! Il faudrait savoir ce que vous voulez!
        « il n’est pas plus chaud lapin qu’un autre (faut arrêter d’être hypocrite ou planer à 5000) » .Excusez-moi de ne pas me situer dans ce que vous appelez « les autres » .

        On peut toujours refabriquer des preuves après coup , interpréter , accuser , défendre , se prendre pour un enquêteur en ne lisant que ce qu’on trouve dans les torchons ou les médias qui copient les uns sur les autres , DSK a été victime de son mépris des femmes , un point c’est tout . Qu’il disparaisse à tout jamais de la vie politique , qu’il arrête de faire semblant d’être la victime et qu’il se fasse soigner c’est tout ce qu’on lui demande !

      2. Votre diatribe contre Juan est peu compréhensible, elle ressemble à un caca nerveux. Juan fait un travail intellectuellement honnête et salutaire LOL, il s’assure que ns n’oublierons pas tout ce qui s’est passé durant ce quinquennat, et que ns ns en souviendrons le moment voulu, pour que personne ne puisse dire « je ne savais pas », il n’impose rien, il rappelle, permet une mise en perspective, libre à chacun de se faire une idée et de se déterminer.
        Pour asseoir votre diatribe vous exhumez des faits largement rapportés dans la presse depuis six mois, et les commentaires du Post, dont Arnaud Lagardère le « frère choisi de l’autre choisi par lui ou le contraire »… Le Post fait largement partie de ceux que vous qualifiez de »merdia ». Les animateurs journalistes sont ceux virés de journaux de référence pour incompétence ou comportements inappropriés ou incompatibilité d’humeur donc de point de vue. Le Post est un ejournal qui se voudrait de référence, sur lequel tout le monde joue au ejournaliste, dans l’anonymat le plus absolu mais c’est la règle. Le Post se hausse du
        col mais en fait c’est un émetteur d’info en temps réel trash sans image. C’est un vaste fourre-tout, une sorte de ecafé du commerce !
        La justice américaine et la justice française ont dit la vérité juridique, sans soupçon de complot, mais avec des qualifications plus ou moins similaires/approchantes. Si le putsch,
        version armée et militaire est tjrs connu, le complot reste lui souvent non ou mal identifié, parce qu’il procède souvent de fantasmes, fantasmes de ceux qui n’acceptent pas la réalité, un complot ne peut pas cacher ni la réalité, ni la vérité. Je ne suis à la place d’aucun d’eux, il me semble qu’il aurait été bcp plus dévastateur -et profitable à Sarko- d’avoir laissé DSK être élu à la primaire et le « vilipender, le descendre, l’écraser, le tuer politiquement » avant et lors de la campagne présidentielle. Sarko a soutenu la candidature de DSK auprès de JC Juncker pour le FMI alors pourquoi situer le complot à NY. Sarko aurait donc soutenu pour le FMI une candidature amorale, Sarko ne sait pas choisir, pas bien pour un Chef d’Etat. La médiatisation planétaire de cette lamentable affaire est une honte pour la France qui est la risée, ce qui conforte notre image de gens pas sérieux ! alors que la France préside le G20. Cette mise en scène aurait été contre-productive et médiocre pour Sarko le présumé possible commanditaire du complot. Ceci dit je crois Sarko et sa clique capables d’avoir fomenté un tel truc, cependant cette bande de pieds nickelés n’est pas assez stupide pour avoir mal choisi le lieu et le moment. Quant à tenter de faire passer DSK pour une victime, il ne faut pas ns prendre pour de sombres abrutis demeurés. Chacun son avis, vs avez le vôtre, j’ai le mien !

  2. Ce qui me surprend est que cela puisse encore intéresser quelqu’un -e- ?
    DS-K devrait apprendre l’anonymat, cela lui permettrait peut-être de
    réflechir sans pression !

  3. Quand une affaire est « glauque » les gens (pas tous) ne sont jamais assez abreuvés…..alors une certaine presse leur fournit du « encore pire » pour assouvir leurs fantasmes.
    Et votre titre Juan dit tout : « vendre du papier avant tout ».

    1. C’est Juan qui doit se sentir mal car une fois de plus il est tombé dans le panneau. A force de se contenter de relayer quotidiennement le nez dans le guidon le contenu des merdias français Juan ne voit pas, volontairement ou non, ce qui se passe ailleurs.
      Voici un article que LePost (actionnaire principal : le groupe Lagardère) n’a pas pu censurer car lu depuis le mois de mai dernier – LE MOIS DE MAI DERNIER – par plus de 300 000 lecteurs (un record pour LePost d’autant qu’il n’a pas été « vérifié », c’est à dire non suivi par la ligne éditoriale alignée sur les merdias français) :

      http://www.lepost.fr/article/2011/05/15/2494988_dsk-arrete-ou-les-preuves-d-une-operation-minutieusement-orchestree-par-l-ump.html

  4. Non mais moi je suis parfaitement d’accord qu’il y a eu « complot », enfin, entre guillemets tout de même. En temps normal on aurait exercé une pression de ouf pour que la violée la ferme comme toutes les violées de DSK à travers le monde : Mexique. Maroc, etc…dont on a vite étouffé les plaintes. DSK a du harceler la femme d’un gros requin de la bande à Bidelberger ou la femme d’Obama ou …ou…ou… et ulcérer des égaux ou des pontes qui ont plus de pouvoir que lui. Trop arrogant, trop chiant, certains en ont eu plus que marre de ce satyre qui ne peut pas voir une femme, peu importe laquelle, sans sortir sa quéquette. Donc la consigne était de le coincer la prochaine fois qu’il violerait une femme de chambre (ce qu’il faisait quasi systématiquement sinon dans les hôtels où il descendait) et de la laisser porter plainte.
    Après il fallait pas pousser non plus et on l’absolvait ou alors la sainte pas claire a ramé pour rattraper la bourde et elle continue.
    Ce qui ne fais toujours pas de DSK un innocent et encore moins un mec fréquentable.
    Le complot a consisté à l’arrêter pour une fois, point barre.

  5. Si c’est ça la presse : des relents nauséabonds de caniveau, qu’elle ne s’étonne pas que ses ventes régressent régulièrement. Certes il y a ceux/celles qui ne lisent pas, mais il y a ceux/celles qui ne renouvellent pas leurs abonnements. Au lieu de tirer vers le haut, la presse tire vers le toujours plus trash. En n’en pas douter, dans qq années, cette affaire DSK sera un case study, étudiée dans les écoles de journalisme pour montrer comment la presse est devenue inexistante. Les lettres et autres news plus confidentiels, plus thématiques, mieux ciblés ont de beaux jours devant eux. Décidément « le plus jamais ça » est une formule qui ne prend pas, à cette formule bcp préfèrent « on lèche, on lâche, on lynche ». DSK était connu pour ses frasques ça se racontait dans certains diners en ville, il aurait dit qu’il craignait que candidat elles ne soient dévoilées, (avec sa judaïté, ce qui n’a rien à voir), il se dit aussi que Sarko l’aurait mis en garde avant son départ pour Washington et chacun connaît la suite. DSK pour moi a tjrs été un concept marketing il n’a publié aucun ouvrage économique de référence, il parlait peu, les autres parlaient à sa place, vantant tous mérites qui étaient tous répétés à l’encan, sans contrôle…. sous le regard énigmatique d’un DSK souriant mais muet comme l’enseignait Pilhan.
    DSK est désormais à la rubrique des faits divers

    1. N’oublions pas ceux qui n’achètent JAMAIS ce genre de journaux mais qui savent le contenu de leurs articles…..parce que chez le coiffeur c’est gratuit et anonyme !!!!!!

      1. Ces mag de coiffeurs ne sont pas des journaux de référence, Gala/Voici et Public sont à la presse de référence ce que le macdo est à la gastronomie, mais c’est sans aucun doute ce que vous sous-entendiez. Même chez le coiffeur, même gratuit, ces feuilles me tombent des mains, je prèfère ‘ »apporter ma lecture » »… LOL

    1. Complot et piège, les faces d’une même pièce. Le piège est ce qui est mis en place pour réaliser un complot. A l’origine, le complot était une action subversive contre un Etat.

  6. J’apprécie le titre de cette rubrique, elle me rappelle ma grand-mère qui disait de certains journaux « tout juste bon à emballer le poisson » ! ! Mais en 2011, le poisson n’est plus emballé dans du journal, alors à quoi servent ce genre de torchons ? ? ? A rien, et pourtant ça fait parler, écrire, comme quoi ? Peut-être qu’au fin fond dans la partie noire de nous tous, il y a qqchose qui ns plaît de voir un homme à terre, on prétend tous ne pas « tirer sur une ambulance ».
    DSK est un homme du passé, un has been crapoteux. Ce faits divers sordide souligne que les partis politiques et leur commission d’investiture devraient faire un très grand ménage ds leurs critères, être plus professionnels, plus rigoureux, plus exigeants, etc etc dans le choix de leurs candidats, parce que DSK n’est pas le seul au PS, même chose à l’UMP et très certainement ailleurs.
    La politique et la démocratie sont les grands perdants. La France est classée parmi les pays corrompus, pas de quoi se réjouir, ! Et chaque jour une nouvelle affaire vient « améliorer » ce classement. Les citoyens doivent être exigeants quant au choix des candidats qui leur sont présentés, et se méfier ! ! lorsqu’un candidat est survendu ! Un candidat est vendu comme un baril de lessive, ns savons ts ce qu’il en est d’une lessive qui lave plus blanc que blanc ! LOL LOL

  7. Je n’achète pas les journaux poeples mais les vois chez le coiffeur ou chez le médecin.
    Anne Sinclair apparait comme une femme admirable. J’en doute…

  8. Tout est bon dans le cochon ! (Venise, t’offusque pas si je reprends ton bon mot !)
    Une vrai mine d’or pour le séïde sarkokiste que ce personnage de « fictions » !
    Dominique nique nique, s’en allait tout simplement, baiser aux quatre vents !
    Il nous parle du FMI, de la crise et des bilans, mais on trouve tout ça un peu gnagnan…
    J’aime quand tout se déroule sans accroc.
    La gauche avait un boulevard. Avec cette ou ces histoires remisent sans cesse sur le tapis (ou la moquette, c’est plus doux), c’est une impasse qui lui choiera dans les mains !
    Il est bien commode pour se refaire une santé.

Les commentaires sont fermés.