Des journalistes doutent de François Hollande


« Le doute s’installe dans l’équipe Hollande »

l’article est du Parisien, samedi dernier. Il est signé Éric Hacquemand et Rosalie Lucas. Il a compilé des informations d’une importance géostratégique: le choix du siège de campagne du candidat (« une équipe de campagne sans domicile fixe »), l’absence supposée de Martine Aubry (« cafouillages de communication et de coordination entre l’équipe du candidat et le PS se succèdent. »), et l’improvisation prétendue du candidat (« Sarkozy est méthodique, Hollande improvise« ). Pour un peu, on croirait l’article, 3552 caractères (espaces compris), rédigé à deux, tout droit sorti d’un tract UMPiste.

Sérieusement ? N’avaient-ils que cela à écrire sur la campagne de Hollande ?

Eric Hacquemand a rejoint le Parisien en 2008. Il a pourtant travaillé au Bondy-blog. J’écris « pourtant », car je pensais qu’un journaliste issu du « terrain » n’aurait pas le biais sociologique bourgeois du microcosme médiatique habituel qui consiste à surévaluer l’anecdotique et la tactique aux détriments du fond. En 2009, il a été condamné pour violation et recel de violation du secret d’une enquête pénale après avoir illustré un article d’une photo de l’accusé pourtant présumé innocent.

Rosalie Lucas a co-écrit un ouvrage sur Martine Aubry, « les secrets d’une ambition« . Elle suit le PS depuis 2007.

 

Des journalistes doutent, enfin, de François Hollande. Certains sont capables d’alimenter un mauvais « buzz » – les soutiens de Ségolène Royal savent de quoi je parle. Mais l’affaire a peu d’enjeu. La rupture entre un certain monde médiatique et le reste du pays est un tel cliché qu’il est inutile d’insister.

Ces deux journalistes avaient sans doute un papier à rendre ce samedi.

Publicités

17 réflexions sur « Des journalistes doutent de François Hollande »

  1. les journalistes ?
    nous on en doute plus , on est sur qu’ils sont du côté du manche
    surtout quand Dassault se propose de les acheter

  2. Les journalistes veulent faire les élections à la place de la population, c’est bien connu hélas.
    Messieurs les sus només faitent votre travail d’informer point.

  3. De nos jours, 90% des journaleux flottent dans le sens du vent. Le vent, c’est souvent la rentabilité, surtout chez Le Parisien. Ne pas chercher les débats d’idées dans ce tabloïd, axé buzz et faits divers.

    Le cursus des rédacteurs tient de la logique alimentaire. Il n’y a rien à apprendre de ces deux là.

  4. Nouvelle tentative des médias de déstabilisation !! Le papier, toujours le papier !! Evidemment le personnage se prête parfaitement à l’installation du doute, pour l’instant ! son charisme, sa verve, sa désinvolture sont en parfaite contradiction avec l’autre « candidat non déclaré » qui lui, par contre ne se gène pas pour torpiller les idées de son challenger, hors temps d’antenne officiel, autrement dit de tricher, avec un aplomb de bateleur de foire aux bestiaux !!

  5. C’est pas déjà l’effet  » La tribune » ça ? des fois que Proglio ou autres couperaient les pubs ….

    On achève bien la presse française…

  6. Des journalistes qui évitent d’afficher leur appartenance à l’UMP.
    Qui sont-ils pour douter d’un candidat autre que Sarkozy?
    La sondocratie de Droite et leurs Journaleux veulent faire la politique à la place des politiciens et choisir à la place des citoyens.

  7. « Mais l’affaire a peu d’enjeu. La rupture entre un certain monde médiatique et le reste du pays est un tel cliché qu’il est inutile d’insister. »

    Je ne suis pas d’accord avec ta conclusion. Lorsque l’on constate le pouvoir de nuisance de ces individus qui se disent journalistes alors qu’ils ne font que transcrire l’air du temps ou plutôt l’aire qui rythme l’état de leurs finances dont les paroles sont mises en musique par toujours les mêmes pour que rien ne change, je ne suis pas si optimiste que toi.

    Royal qui avait dans son programme une réponse, réaliste et réalisable, à presque tous les points qui bloquent le bien vivre ensemble en ce moment et dont aucune de ses propositions n’ont été portées sur le terrain public ou discutées par le cercle d’experts de ce monde médiatique qui ne voit jamais rien venir, et pour cause… en est l’exemple de ce pouvoir de nuisance. Elle n’a pas été éliminée à cause de son programme, de ses compétences ou capacité, ou parce que d’autres propositions semblaient mieux convenir à la société, non, elle a été éliminée par ces nuisibles au service du roi argent.

    Jusqu’à ce que DSK s’auto-élimine avant l’heure programmée par les toujours les mêmes, il nous était vendu comme de la salade fraîche et cela se vendait bien.

    Je n’ai pas de solution à y apporter, la lutte contre l’ignorance et la paresse intellectuelle par la promotion de la culture, du traitement en tant qu’adultes des citoyen et de l’éducation civique est un programme dont la droite et ses affidés droitiers contrôlent tous les ressorts pour la combattre. Il ne nous reste que une sortie: y résister!

  8. Quel cliché ?
    Le peuple sait ce qu’est la crise et sait bien que les journalistes (politiques)
    souffrent !!

    Laissons les donc survivre en faisant leur cour
    et toucher leurs pensions de la noblesse de Droite ou
    de la Noblesse de Gauche,
    Qu’importe ils faut qu’ils croûtent.

    C’est trop grave et ce serait très malvenu et très inconvenant
    de leur reprocher de ne pas
    écrire « Utile ».

  9. En fait, ce qui gêne ce n’est pas tellement « Hollande improvise » mais « Sarkozy est méthodique » : prière de ne pas rigoler s’il vous plaît !!!! Depuis quand Sarkozy est-il « méthodique » en quoi que ce soit ?

    1. Moi aussi, le « Sarkozy méthodique » m’aurait fait bien rire s’il ne m’avait pas rendu plutôt furieuse et « Hollande improvise » : c’est l’hôpital qui se fout de la charité !

      Ce qui me répugne en ce moment : le candidat non déclaré fait sa campagne tranquillement par le biais du président de la République, du Premier ministre, de tous les UMPistes… et ils seront tous les premiers à crier au scandale si les autres candidats ont 30 s de plus aux micros.

  10. On connait les accointances du Parisien. Elles ne penchent pas vraiment à gauche. Ce média nous roule quotidiennement. Il est plus fourbe que le Figaro. Sans imagination donc. Le coup du trou d’air c’est pas nouveau. Sarkozy fut élu grace aux médias. Ils sont toujours dans son giron. La gauche part avec un handicap impossible a combler. C’était déja le cas sous Mitterand. Il passa de justesse. Les médias ont démoli SR. Batards !

  11. Combien sommes nous a ne plus faire confiance aux médias? Je crains que nous soyons trop peu!C’est une constatation que je fais tous les jours avec mon cercle d’amis de quarante ans pour certains.Plus ou moins intellectuels pour certains,se disant de gauche tout le temps!mais reprenant à chaque fois ,pour me contrer(j’ai et suis tjrs soutien de Madame Royal) les arguments diffusés par ces tristes journaleux aux ordres.Ils sont tous pris sous le charme de la communication facile(télé,journaux à grand tirages,nouvel obs,l’express,le monde,le parisien,extr..)ça fait bien de dire que l’on est abonné à ce genre de journaux qui ont perdu toute indépendance depuis longtemps. Il est plus difficile et ça prend beaucoup plus de temps d’aller chercher la bonne information dans des livres ou sur internet. Le problème est là,hélas.Le Nabo est privilégié et je crains qu’on l’ait encore longtemps. Je ne suis pas du tout optimiste de ce côté là.

  12. Bonjour. Ce n’est pas les journalistes, à la solde de Sarko, qui vôtent, mais les électeurs, qui j’espèrent iront vôter pour Hollande, sans abstention, car ceux de droite, eux, ne s’abstiennent pas, et depuis 2007, l’on voit le résultat, ou cela a mené, notre pays.Amitiés.

Les commentaires sont fermés.