Quand de Gaulle nous demande de nous débarrasser de Nicolas Sarkozy

Nos femmes et hommes politiques se sont déchaînés cette année pour présenter leurs meilleurs voeux. Le Lab d’Europe1 s’en est amusé. Midi Libre en a fait un article.

Le plus drôle reste Hervé Morin. L’an dernier, Monsieur 1% s’était montré dans sa cuisine en train d’assembler un plat de viande rouge. Image improbable. Sans le son, nous étions dans un informercial pour une cuisine Mobalpa. Cette année, il a invité 11 Français dans son salon. On aurait préféré son écurie.

Dominique de Villepin s’est affiché debout devant la caméra avec un « chers compartiotes » introductif et un panel de Français derrière variés. Eva Joly était seule sur un canapé. François Bayrou avait fait appel à un professionnel. Le fond était flou mais esthétisant.

François Hollande les a livré par téléphone à 250.000 participants à la primaire (Hé Copé  ! C’est du fichage volontaire, ça , non ? Rooooo). Le message était simple: « J’aurai besoin encore de vous pour cette campagne et aussi pour ce qui nous attendra après la victoire« .

Je préfère encore les voeux d’un certain général, publiés par l’ami Rimbus.

Publicités

J-1 avant 2012: faux bilan de 2011

Yann m’a fait lâcher une larme en évoquant un blogueur décédé cette année que je suivais mais ne connaissais que virtuellement. Le Coucou avait suivi son épouse.

Ce souvenir a tout à voir avec l’activité blogosphérique. Nous écrivons, nous nous commentons. De temps à autres, quelque fasciste ou autre troll Umpiste tombe par hasard ici dans cette taule pour jeter sa gerbe, mais on s’en fiche. Je lis les commentaires d’Aramis, Eutherpe, Anne Marie, Coup de Grisou, Sylvie, David et d’autres que j’ai aussi rencontré dans la vraie vie.

2011 est la dernière année avant 2012 (sans blague ?), stress et fin d’une histoire.

2011, en vrac, c’était la fin politique de DSK, le succès des primaires citoyennes mais l’échec de ma préférée, un Monarque Sarkozy en sur-place agité, une interminable pré-campagne, des printemps arabes réjouissants, un catastrophe écologique à Fukushima, la confirmation que la Crise durera sans doute encore longtemps, une boucherie en Syrie qui s’éternise, notre première vraie guerre chirurgicale en Libye. Plus personnellement, je pense à une copine qui s’est découvert le Crabe il y a peu et qui combat cette saleté avec un sacré humour.

2011 était une sale année. Espérons que 2012 sera la délivrance.

Meilleurs voeux à toutes et tous.

J-2 avant 2012: êtes-vous prêt ?

Comme d’autres, je l’attendais avec impatience cette année-là. Et avec la sourde crainte que nous échouerions à nouveau.

Nous y sommes, dans quelques heures.

Depuis 4 ans, 7 mois et 24 jours, nous avons collectivement oeuvré pour alimenter le débat politique, apporter un éclairage politique souvent alternatif au bruit de fond médiatique, partager nos rages et nos désespoirs sur ces pages blogosphériques, et nous rassembler autant que nous pouvions. Nous ? Ces dizaines milliers de lecteurs, ces centaines de commentateurs, ces dizaines de blogs politiques. Nous sommes certainement prêts pour 2012.

A droite, la greffe 2.0 a mal pris pour une raison évidente: on ne trouvait sur les sites sarko-compatibles qu’une répétition des arguments vus, lus, entendus chaque jour dans les grands médias par porte-parole interposés. Nicolas Sarkozy a si bien dressé son élevage de perroquets (conseillers, ministres, secrétaires, dirigeants de l’UMP, etc), qu’il a privé d’intérêt toute tentative d’information et de propagande complémentaire sur le Web.

En 2012, nous y sommes, dans quelques heures. La campagne changera peut-être certains de nos traitements. Si nous soutenons des candidatures différentes, nous éviterons de nous tacler trop fort, voire de nous tacler tout court. L’ennemi s’appelle Marine Le Pen, l’adversaire Nicolas Sarkozy. En 2012, les débats seront les bienvenues. L’absence de débat avec Nicolas Sarkozy, candidat absent, incite la presse à sur-couvrir les disputes internes à chaque camp.

En 2012, nous pourrons échanger directement avec deux types de protagonistes électoraux: les journalistes politiques, d’une part, et les femmes/hommes politiques d’autres part. Depuis 2011, leur présence sur Twitter est désormais massive. Du côté des premiers, nous ne trouvions que les « forçats de l’info » et quelques expérimentés plus éclairés. Désormais, tous ou presque s’y sont mis. Même Jean-Michel Aphatie (qui ne « follow » toutefois personne).  Côté politique, certains ont compris l’intérêt de répondre aux interpellations. D’autres sont encore surpris.

J-3 avant 2012: Salut à toi

2012 dans quelques heures, et cette chanson est ressortie au hasard de quelques pérégrinations sur YouTube. 25 ans ans plus tard, les saluts ont changé mais la rage solidaire devrait être intacte.

Cette chanson reste plus explosive et inquiétante que bien d’autres.

Un commentaire d’un Mariniste

On appelle « mariniste » ces nouveaux fans du Front National, plus intéressés par sa présidente-candidate Marine Le Pen. Il y a peu, l’un d’entre eux, davantage fâché que votre serviteur avec l’orthographe, s’est fendu d’un commentaire édifiant sur ce blog, à l’occasion d’un billet sur un possible score à 35% de MLP.

Je vous le livre tel quel.

arrêter de critiquer le front national c est un parti qui lui au moin dit la vérité au français

se qui arrive aujourd’hui la crise et l effondrement de l euro seul marine le pen l avait prévu

a dire vos mensonges vous faites le jeu de l umps

2012 je vote pour marine et beaucoup d autres devrais faire la même chose vire ceux qui

trahisses depuis plus de 30 ans bien réfléchir avant de voter vive la France vive marine le pen.

Sur le coup, j’ai cru à une blague. Puis je me suis dit que nous avions encore beaucoup de chemin à parcourir pour convaincre.

Le journaliste et le blogueur, en pleine campagne

Mon confrère Antennes Relais s’est récemment demandé si Arnaud Leparmentier, correspondant du Monde à l’Elysée, ne suivait pas la voie dangereuse de son prédécesseur Philippe Ridet. Avec le recul, ce dernier lui-même s’était surpris à trouver dangereux une trop grande proximité avec l’objet de son travail.

Deux autres journalistes, Maurice Szafran et Nicolas Domenach, ont confié dans un ouvrage les propos Off recueilli auprès de Nicolas Sarkozy et le trouble qu’une proximité trop facile provoquait.

L’interpellation d’Antennes Relais venait de cet échange de Tweets avec le journaliste.

Il y a quelques jours, je m’étais interrogé sur l’attitude à l’encontre de Nicolas Sarkozy de la part de quelques-uns des journalistes chargés de le suivre.

1. Il me semble que les temps ont changé. J’ose le croire. J’espère avoir raison.

2. Arnaud Leparmentier confie souvent sur Twitter son exaspération devant les mises en scènes de plus en grossières de l’équipe élyséenne. Je me souviens du voyage en Libye, objet de mémorables comptes-rendus d’Arnaud L.

3. Son blog est souvent factuel. Certains, dont votre serviteur, y voient parfois une trop grande indifférence contre le jeu élyséen. Mais il s’en défend. Il faut lire entre les lignes, il y a souvent du second degré.

4. Pour finir, j’avoue. J’ai trop tendance à m’identifier à ces correspondants pour avoir envie de les décapiter quotidiennement. Choisissons nos têtes de turcs. Mais choisissons-les bien.