Presse de gauche: je t’emmerde.


Le titre de ce billet est tout aussi vulgaire que celui de mon joyeux confrère Variae hier.

Ce dernier exprimait son ressenti à l’encontre d’une certaine presse que l’on pourrait qualifier « de gauche », en l’occurrence Libération et Mediapart qui vient de publier quelques méchants articles contre le candidat Hollande sur l’épineux sujet des retraites.

Je te pose alors, lecteur, lectrice, une question simple. Penses-tu que dans une situation comparable, le Figaro mettrait autant d’énergie à démonter, harceler, acculer Nicolas Sarkozy ou François Fillon ? Comme ça, spontanément, sans te lancer dans des recherches approfondies, que répondrais-tu ?

A supposer que tu répondes – comme moi – par la négative, tu vas peut-être me rétorquer immédiatement : oui mais justement, c’est l’honneur de la presse de gauche, d’être une vraie presse, impartiale, d’autant plus objective qu’elle est dure avec son camp, d’autant plus de son camp qu’elle est exigeante avec lui. Une presse libre car de gauche, de gauche car libre.

Et comme le dirait le grand Plenel, le soin qu’elle prend à penser contre elle-même fait toute sa grandeur, justement.

Et puis quoi, ce n’est pas parce qu’elle s’appelle presse de gauche qu’elle veut faire gagner la gauche, hein ? Elle est juste vraiment de gauche. Elle n’est pas aux ordres : elle défend des convictions. Elle, elle, elle, elle protège la gauche politique d’elle-même, elle est sa conscience.

Presse de gauche : tu m’emmerdes.

S’attaquer à des journaux ou des journalistes est toujours périlleux. Mais j’applaudis la démarche de Variae. A deux mains, et même avec les pieds. La presse dite de gauche est bien plus sévère avec la gauche que la presse dite de droite avec la droite.

1. Il y a une raison à cela. Elle n’est pas morale ni éthique. Elle n’a rien à voir avec une quelconque grandeur ni supériorité. Elle est mercantile. Une certaine presse de gauche vend plus facilement quand le pouvoir est à droite. Libération s’est cru sauvé en plongeant dans l’antisarkozysme raisonnable. Mediapart s’est créé contre Sarkozy.

J’ai toujours soutenu Mediapart, et même Libération période Joffrin. Je croyais qu’il fallait encourager et relayer ces rares médias qui osaient, dans les premiers jours noirs de la Sarkofrance triomphante, défier le story-telling du Monarque.

La période actuelle est autre, c’est celle d’une campagne. Libération reprend une pente bien connue, le savonnage que nous avons chacun subi du temps de la campagne de Ségolène Royal. En campagne, il s’agit de conquérir le pouvoir. Il s’agit d’efficacité. Le reste est bonne conscience et inefficacité.

2. La presse de gauche ne se limite heureusement pas à ces titres. Politis ou L’Huma défendent des orientations stables avec une constance efficace. Au risque de m’attirer quelques foudres, je maintiens que Marianne défend une ligne d’opposition régulière à l’autocratisme irresponsable du Monarque. Les rares blogueurs associés (dont votre serviteur) sont soit experts soit de gauche bien engagée. Et cette presse de gauche est-elle d’ailleurs vraiment de gauche ? A-t-on vu Libération se fendre d’une une sur un appel à la fin de l’abattement fiscal des journalistes ? Bref, la presse de gauche est protéiforme. Elle est parfois écrite par des gens de droite. On a longtemps et injustement assimilé ces médias à leurs patrons.

3. Variae pose en fait une question de fond.  A gauche, il y a en fait deux camps. La ligne de fracture n’est pas entre de prétendus réalistes et de violents idéalistes; entre des souverainistes et des fédéralistes. La vraie ligne de fracture, cherchez-la bien, vous la trouverez. Elle est devant vous, chaque jour, à chaque minute, dans chaque intervention.

A gauche, la fracture oppose celles/ceux qui veulent gouverner et celles/ceux qui préfèrent leur bonne conscience. Je me place dans le camp des premiers. J’ai toujours cru qu’il fallait éliminer le pire à défaut d’avoir le meilleur. Le blog Sarkofrance a été créé pour cela. Il est facile d’avoir raison tout seul, d’être la meilleure conscience d’un monde parfait et théorique. Gouverner, c’est réfléchir à convaincre celle ou celui que ne pense pas comme soi sans être « de l’autre côté de la Force ».

Je me fiche un peu des brevets de gauchitude que l’on voudra bien nous affubler.

A chacun(e) de définir si certains compromis deviennent insupportables.

Publicités

31 réflexions sur « Presse de gauche: je t’emmerde. »

  1. Je partage totalement votre analyse et celle de Variae (R.P). Cela fait des lustres que Libé par exemple n’est plus un journal de gauche, souvenez-vous de la diatribe de S.July contre le peuple qui avait osé voter NON en 2005. Libé et l’Obs sont des journaux de bobos qui ne sont pas a l’aise avec le peuple et dans le cadre de l’election présidentielle ces journaux sont plutôt des supplétifs de la droite que des soutiens de gauche.
    Honnêtement, avez vous vu – depuis 2006 – beaucoup d’articles flatteurs vis à vis de S.Royal dans leurs pages ? C’est plutôt du fiel qu’ils ont su déverser… et F.Hollande ne sera pas mieux traité.
    Alors oui, disons le franchement, le Figaro ne trompe pas son lectorat ni son camp et c’est tant mieux pour le Machin. Moi je me sens cocufié par ces canards dits de gauche.
    Seul bémol par rapport à Variae, je pense que Médiapart est d’ une plus grande honnêteté et je vous rejoins sur votre opinion de Marianne

  2. Bonjour mon très cher Juan
    (sans ironie aucune j’admire ta pugnacité et j’adore le blog sarkofrance).

    La presse de gauche, ou pas, est protéiforme. Et comme pour tout le reste, les usages qu’on en fait sont multiples et chacun a les siens. Qui la lit, qui allume le feu, qui lave ses vitre, etc..

    A ce stade de la campagne présidentielle il me semble que tout le monde a le droit de tenter d’influencer le débat. Je suis convaincu qu’au moment de se serrer les coudes pour faire gagner le moins pire cela se passera bien. Même moi dans le cas où je décidais de ne pas me rallier (je n’en suis pas archi-convaincu à ce jour) je fermerais gentiment ma gueule pour ne pas gêner.

    Mais le moment de se dresser comme un seul homme, chargé de ses compromis, pour un objectif consensuel qui est de virer sarko n’est pas encore tout à fait là.

    Les programmes ne sont même pas rédigés. Les équipes sont en réflexion. C’est justement le moment de tenter d’influencer sur les thématiques de campagne, sur les positions du/des candidats.

    Et pour ma part il est important que le candidat donné gagnant à ce jour soit un peu titillé et obligé de se (re)positionner. Car sinon que se passera-t-il ? un antiplebiscite sans fondement autre que virer un monarque oligarque … ce qui est déjà pas mal mais ne pourra nous réjouir qu’à court terme.

    En ce sens, et en ce moment, il me semble que la presse et les citoyens regroupés ou isolés ont tout à fait le droit, et cela peut parfois être très pertinent, de bousculer le candidat qui pourtant semble être le plus à même de les débarrasser de leur plaie.

  3. La presse de gauche est à l’image des partis des gauches, on tape un peu sur la droite ça ne mange pas de pain et on tape un peu plus sur Hollande pour se donner une bonne conscience de gauche.
    On a bien vu en 2007 Cette pseudo presse de gauche a aidé de concert la presse de droite à démolir Ségolène Royal.
    Dans son ensemble, la presse, a part quelques uns dont on peut saluer le courage, qu’elle soit de droite ou de gauche est dans la pensée unique et suiviste.

  4. Comment peut-on penser à gauche et ne pas vouloir en priorité susciter l’esprit critique du peuple, l’informer impartialement et le délivrer de la droite ?
    Ne sont-ils, ces médias de gauche, que des intellos qui s’admirent le cerveau, sans vouloir s’impliquer, s’engager ?

  5. Salut Juan,

    encore une fois, tu t’égares (en toute amitié 😉 ). Tu cites Libération et Médiapart : oui, il y a surement une part de volonté de vendre du papier dans leur « attaques » envers F.Hollande. Mais on ne peut leur reprocher de parle de lui, de son programme, de ses renoncements, de ses errements, de ses non-dits, de sa dérive lente mais sûre vers des positions sociales-démocrates de centre gauche qui n’a plus grand chose à voir avec le socialisme, etc…

    Nous avons tous, comme toi, la détestation de Nicolas Sarkozy, de ce et ceux qu’il représente et qu’il sert, et des politiques qu’il met en oeuvre. Mais si le TSS (Tout Sauf Sarkozy) est la seule chose qu’on a droit de dire pendant cette campagne, on ne va pas allé très loin. On va surtout se mentir, risquer d’aller au devant de grosses désillusions à gauche, et continuer à désespérer les gens de ce pays qui aspirent à un VRAI changement.

    En plus, si Variae ou toi faites référence aux récents articles dans Libé sur les ambiguités de Hollande au sujet des retraites, de la fin de la RGPP, du recrutement de fonctionnaires (prof, policiers, …) ou encore sur la politique énergétique (nucléaire, etc..), il est de salubrité publique, pour le bénéfice de l’éducation populaire et de la clarification des positions de tenter de faire la lumière sur ce que F.Hollande proposera dans son programme, et, dans une perspective de gauche, de critiquer ses contradictions ou renoncements.

  6. …entièrement d’accord avec stef_paris… la critique doit faire progresser Hollande dans ses propositions et éviter de décevoir, désespérer les électrices et électeurs français…

  7. Ils peuvent dénoncer les ambiguïtés de la gauche sans attirer le lecteur avec des titres qui ne reflètent pas la vérité.C’est pratiquer la désinformation tout simplement.Ce que pratique malheureusement toute la presse écrite.Le fric ,rien que le fric!.Je laisse tomber mon abonnement médiapart.

  8. La gauche ? Elle est par sa faute dans la débine. Si elle gagne, ce sera par défaut. Hollande est une nouille et il sera élu seulement parce que l’on ne veut plus de Sarko.
    Alors la presse de gauche, si elle va à vau-l’eau, ça n’a rien d’étonnant. Mais comment faire confiance au Nouvel Obs, journal de la gauche caviar, où l’on trouve des pubs pour des chaussures à cinq cent euros ?

    1. Louise,
      la plus vieille « nouille » a été découverte en Chine , elle date de 4000 ans ! Ce sont des « sucres lents » mais très énergétiques et très bons pour la santé contrairement aux « sucres rapides » qui se dissipent vite mais qui nous rendent malades ! C’est donc un qualificatif flatteur pour Hollande . lol

  9. Je suis de ceux qui se désolent qu’on passe plus de temps à taper sur les partis de gauche au lieu de reprendre point par point les errements et les horreurs de la droite .
    Mais on a le droit , je pense , de démontrer aussi les incohérences de François Hollande ,ne serait-ce que pour l’obliger à voir les choses autrement .
    La campagne officielle n’est pas commencée ,il en sera bien autrement quand les éléments de langage de l’Elysée empliront à pleines pages les unes du Figaro .
    Effectivement , si à cet instant même la presse de gauche reprend à son compte ces arguments en démontrant comme il est de bon ton dans notre société que « gauche et droite c’est pareil » , on pourra alors avoir des soucis à se faire .
    Pour l’instant , en ce qui me concerne , j’ai toujours été dubitatif à l’égard de Libération surtout lorsqu’il passait plus de temps à taper sur Ségolène que sur Sarkozy .
    Pour Médiapart j’ai une autre vision : ils font leur boulot de journalistes et ont dévoilé bien des magouilles à droite . On ne peut donc les encenser quand ça nous arrange et les jeter aux chiens quand ça nous dérange .
    Les journaux , même de gauche , ne sont pas là pour être les relais du futur ou présumé président PS ni pour faire sa promotion . C’est d’ailleurs ce qu’on reproche à toute la presse achetée par Sarkozy !
    Mais à part des militants qui lit encore Libération ou Médiapart ?

  10. OUi, je crois qu’il faut que les journalistes de gauche pèsent sur le débat politique, mais il faut raison garder. Une critique constructive pour faire avancer les idées, les projets et aussi les idées; je ne crois pas que l’on aide les socialistes à prendre le pouvoir si on les montre incapables de gouverner, si on les montre dans des contradictions. IL ya un projet socialiste, un socle, une colonne vertébrale qui a été approuvé dans la convention nationale au printemps dernier. A partir de cela, Le candidat Hollande construit son projet présidentiel, plusieurs réformes ne seront pas prises en compte car la conjoncture économique au niveau national et international a changé ! Comment faire pour que le projet d’hier soit valable aujourd’hui ? Si le projet ne plus valable, il faut évidement tenir compte des changements pour en amender ou pour l’enrichir ! C’est à cela que le candidat Hollande est confronté chaque jour… Alors, aidons gagner la gauche, aidons gagner François Hollande, je ne veux plus de la clique sarkoziste au pouvoir, il faut à tout prix le faire partir !

  11. Et puis, si nous voulons être de gauche donc foncièrement humain……la crise n’épargne pas ce secteur….

  12. D’abord, relativisons la presse de gauche, qu’à tout le moins, il faudrait quantifier et qualifier, pour le cas où elle existerait quelque part , tant la soumission au pouvoir est grande … Aujourd’hui, de toute façon , il n’est pas de débat  » gauche-droite » , nous sommes dans l’urgence ! Nous avons mis au pouvoir un individu dangereux, aux capacités de nuisances vertigineuses, son premier mandat en atteste, mais tremblez braves gens, il peut faire bien pire !!! Alors, vous pouvez « taper » toujours plus fort sur Hollande ou autres… ils seraient, tous ou presque ( il y a forcément un gros doute concernant cette bonne Marine !) bien moins nocifs pour notre beau pays, que j’ai connu, jadis, républicain et démocrate…

  13. Si ces journaux là ne faisaient pas de critique à ce qui apparait néanmoins à une majorité d’électeurs de gauche comme une candidature de balancier prêt à faire le mausais boulot anti social, on leur reprocherait de ne pas l’avoir fait quand le programme pas vraiment de gauche du candidat dit socialiste finira par jeter des millions de gens dans les rues. Et c’est bien ce qui me chagrine dans cette candidature :récupérer le trône pour accomplir les cochonneries que réclament les marchés en espérant que le peuple de gauche les avalent sans rien dire sous prétexte que çà viendrait d’un gouvernement prétendu de gauche On nous l’a déjà fait avec les gouvernements sucessifs qui se disaient de gauche et qui ont délocaliser à tout va. Cà ne passera pas à nouveau et il faut absolument que Hollande et ses courtisans en aient conscience avant qu’une véritable révolution chasse ce genre de gauche bidon. ARAMIS

    http://www.e-presse.fr/claude_carron/vacherie_de_miroir.php

    http://www.youscribe.com/catalogue/livres/litterature/romans-et-nouvelles/sale-temps-pour-les-faisans-687851

  14. Pour moi, la Presse de >gauche c’est l’humanité et les Left blogs.
    Tous les autres titres appartiennent aux financiers du Cac40, leurs éditorialistes et chroniqueurs siègent à Le Siècle. Ils ne peuvent que descendre les candidats de gauche.
    C’est la Presse dite de gauche qui a laminé Ségolène Royal: je n’ai aucune sympathie , aucun respect pour ces propriétés des Rotschield et autres.
    Quant à Médiapart, c’est une Presse indépendante; elle a raison d’obliger Hollande à être clair avec un électorat de gauche que le PS a décidé de laisser à l’abandon, l’électorat qui votait Ségolène Royal et qui risque de trouver des oreilles « bienveillantes » auprès de Mélenchon, Arthaud, Poutou, mais plus malheureusement auprès de Marine Le Pen.
    On ne doit pas tolérer du candidat du PS qu’il mente au peuple.
    Je soutiens Hollande, mais je n’arrive pas à faire une campagne convaincante pour lui, car je ne sais pas quoi promettre exactement aux gens des classes populaires avec qui je discute. Je sens comme un malaise après chaque passage dans les Médias des gens comme Sapin, Moscovici, Cahuzac, Manuel Valls. Je suis contre la position de Hollande sur les retraites, comment pourrais-je convaincre mes interlocuteurs sur le sujet alors que je n’y crois pas moi-même?
    Il nous faut de la clarté, de la fermeté, de la cohérence et le respect des fondamentaux de la Convention socialiste dans le projet du candidat Hollande, sinon, nous ne pourrons rien dire contre les journalistes qui le descendent, comme ils ont tous descendu hier et continuent de descendre aujourd’hui Ségolène Royal.

  15. Eh ben ! dire qu’il y en a qui y croient encore !
    Avec deux billets l’un intitulé « je t’emmerde » et l’autre « merde en sarkofrance »
    il faudrait encore donner une voix ? PF (pauvre France).

      1. Ce doit être bien difficile d’être inspiré tous les jours et même plus. Courage, Juan ! Il est normal et humain que vous ne soyez pas au top continuellement ; pour nous, c’est facile, nous réagissons quand nous sommes inspirés et ne sommes pas obligés de l’être.

  16. …presse de gauche ; je t’emmerde ! …. Oui évidemment, on peut dire çà comme çà, çà fait mal au coeur, bien sûr !! En lisant les posts devant moi, chacun avait un petit peu de ce que je voulais dire, donc je ne vais pas essayer de défoncer des portes ouvertes ! j’aurais pu en faire la synthèse , mais bon, un peu comme Juan, je ne suis pas trop inspiré ! ( et puis, je souffre d’une acné rosacée, qui m’empêche de réfléchir ! )

  17. « A gauche, la fracture oppose celles/ceux qui veulent gouverner et celles/ceux qui préfèrent leur bonne conscience. Je me place dans le camp des premiers »
    A trop vouloir supporter le candidat Hollande qui n’est pas à gauche , tu ne t’es pas aperçu qu’il existe une vrai gauche ,Mélenchon et le Front de gauche , qui veut gouverner ET garder leur conscience ET qui peuvent prouver que l’on peut y arriver sans flinguer les ouvriers avec la rigueur les tuer avec une retraite à 42 ans de cotisations ,ou mépriser les vrais écolos avec des accords pourris.
    Le vote utile est le vote Front de Gauche

  18. A part MédiaPart je trouve que la Presse de Gauche ne joue pas franc jeu.

    Que d’articles pour encenser la ou le chouchou du journal ou descendre
    la ou le mal vu. Il est clair qu’elle s’est associée aux Médias de droite pour
    toujours diminuer et et descendre Royal.

    En fait La Presse de Gauche est trop proche des milieux du pouvoir et
    de ses habitudes où sont bien trop ses sources pour des partis pris et
    jugements qui ne soient pas vieillots et fermés.

    Pour moi les présidentielles doivent être au-dessus des Partis
    et ce Droite Gauche N. Sarkosy F. Hollande est très caricatural.

    D’accord changer Sarkosy et pas pour M. Lepen,
    mais Hollande représente des aspirations et intérêts très contradictoires.
    et s’il n’est pas concret pour ce qu’il fera il n’y a vraiment pas de quoi être
    rassuré pour un quinquennat avec lui.

    En nous vendant un match forcé Sarkosy Hollande
    On ne parle pas assez des autres candidats.

  19. Cher Juan, serais-tu un dangereux naïf ou un escroc parfaitement lucide ?
    Car enfin t’attaquer aux « journaux » de gauche parce qu’ils ne soutiennent pas assez le « candidat » de gauche relève d’une réelle mauvaise « foi EN » la gauche !
    En effet : primo ces journaux qui se disent de gauche prennent tous leurs ordres auprès des oligarques parisiens, secundo Hollande et toute cette clique de Solferino sont à la gauche et au « peuple » de gauche ce que la brioche était au pain pour Marie-Antoinette !
    Tous ces bobos caviardisés se sont appropriés les termes de « gauche » et « socialistes », ils en détiennent le monopole droit d’auteur dans le discours alors que dans les actes ils ne sont rien d’autres que des « strausskhanistes » (je dis bien « strausskhanistes » et pas « strausskhaniens », en référence à l’idéologie et pas au comportement, encore heureux!… ).
    Reste Mélenchon et malheureusement M. Le Pen pour se souvenir du Peuple. D’ailleurs les journaux inféodés au CAC 40 et au Siècle ne les accusent-ils pas de « populistes » ? Et souvenez-vous du mépris condescendant avec lequel ils raillaient S. Royal parce qu’elle osait s’adresser aux « Gens » !
    Cette « gauche » ne vaut pas mieux que la droite. El si Hollande est élu, la déception que son échec prévisible va engendrer dans les masses populaires amèneront immanquablement Marine Le Pen au pouvoir en 2017.
    Si c’est ça que vous souhaitez … votez Hollande au 1er et au 2nd tour de 2012 !
    Ce vote utile-là c’est un vote différé en 2017 pour le FN ! Bon courage !
    Gardez surtout bien à l’esprit que l’anti-sarkozisme n’est pas un programme !

    1. Merci pour ce commentaire, qui synthétise également ma position :
      L’anti-sarkozysme n’est pas un programme,
      le vote utile n’est pas une philosophie politique,
      F.Hollande n’est pas toute la gauche (encore moins la vraie)

  20. Si les retraites occupent la tête des cortèges, n’oublions pas les salariés qui subissent ce que les socio-libéraux appellent du bout des lèvres : la mondialisation et que la gauche qualifie : le capitalisme. Pour notre département, les derniers chiffres du chômage sont révélateurs ( 1.7% au mois de mai Catégorie A).

  21. Gouverner ? Pour quoi faire ? Si c’est pour préparer le terrain à une droite encore plus dure, je ne vois pas tellement l’intérêt. Comme disait Patrick Font : « le pouvoir pour le pouvoir, non. Mais le pouvoir pour pouvoir pouvoir, oui ».
    À bons entendeurs…

Les commentaires sont fermés.