Le journaliste et le blogueur, en pleine campagne


Mon confrère Antennes Relais s’est récemment demandé si Arnaud Leparmentier, correspondant du Monde à l’Elysée, ne suivait pas la voie dangereuse de son prédécesseur Philippe Ridet. Avec le recul, ce dernier lui-même s’était surpris à trouver dangereux une trop grande proximité avec l’objet de son travail.

Deux autres journalistes, Maurice Szafran et Nicolas Domenach, ont confié dans un ouvrage les propos Off recueilli auprès de Nicolas Sarkozy et le trouble qu’une proximité trop facile provoquait.

L’interpellation d’Antennes Relais venait de cet échange de Tweets avec le journaliste.

Il y a quelques jours, je m’étais interrogé sur l’attitude à l’encontre de Nicolas Sarkozy de la part de quelques-uns des journalistes chargés de le suivre.

1. Il me semble que les temps ont changé. J’ose le croire. J’espère avoir raison.

2. Arnaud Leparmentier confie souvent sur Twitter son exaspération devant les mises en scènes de plus en grossières de l’équipe élyséenne. Je me souviens du voyage en Libye, objet de mémorables comptes-rendus d’Arnaud L.

3. Son blog est souvent factuel. Certains, dont votre serviteur, y voient parfois une trop grande indifférence contre le jeu élyséen. Mais il s’en défend. Il faut lire entre les lignes, il y a souvent du second degré.

4. Pour finir, j’avoue. J’ai trop tendance à m’identifier à ces correspondants pour avoir envie de les décapiter quotidiennement. Choisissons nos têtes de turcs. Mais choisissons-les bien.

Publicités

8 réflexions sur « Le journaliste et le blogueur, en pleine campagne »

  1. Ne passes-t-il pas les plats élyséens en permanence? Est -il chroniqueur humoristique au second degré ou bien journaliste politique? Si il fait d u second degré dans ses papiers il faut qu’il les signe sous un autre nom. Cela me donnerait tous les arguments pour en faire ma t^te de turc

  2. Petite précision : “l’interpellation” via billet de blog visant Arnaud Leparmentier prenait sa source non dans l’échange de tweets cité + haut (ce n’était là qu’une occasion), mais dans l’attitude de Leparmentier durant l’affaire de la suite à #37000 € au G20 de Cannes – on pourrait d’ailleurs citer aussi Samuel Laurent venu alors défendre sur les réseaux sociaux son collègue du “Monde”, avec il est vrai des arguments de choc (1).

    (1) https://twitter.com/#!/samuellaurent/status/133858856265715712

  3. C’est l’erreur de la plupart des journalistes et même proches de Sarkozy de ne pas lui dire des vérités qui ne pourraient pas lui faire de mal et même le pousser à prendre de meilleures décisions. Ces colères sont légendaires mais où est l’amitié si tous font carpette pour éviter ses foudres ? Sans compter tous ceux qui oublient de lui passer les bonnes informations ou pire qui les arrangent à leur avantage.

  4. Ne soyons pas ridicules : vous auriez déjà vu sarkoTchev écouter quelqu’un
    d’autre que ses propres délires ?

  5. Il y a longtemps que je pense que Ridet a trouvé son clone et que je ne crois plus rien de ce qu’écrit Leparmentier/Pravda.

  6. @calamity jane: Que rajouter de plus a ta pertinente réflexion? Rien . Quant au tweet, je ne comprend absolument rien, je pense en être resté au twist

Les commentaires sont fermés.